Affichage des articles dont le libellé est ville créative. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est ville créative. Afficher tous les articles

vendredi 18 mars 2016

[Nouveaux Territoires] Eprouver, composer et penser le local en ville !



Grâce à un courriel issu de la veille de la plate-forme Créativité et Territoires dont nous sommes membres, nous avons découvert ce colloque fort intéressant pour notre recherche-action sur les nouveaux territoires !
 
Éprouver, composer et penser le local en ville : ressource identitaire, compétence ordinaire et expérience innovante


  Sophie Gravereau, maître de conférences à l'Université du Littoral-Côte-d'Opale ( Hors EHESS )
  Franck Mermier, directeur de recherche au CNRS (TH) ( IIAC-LAU )
  Caroline Varlet, chargée de mission à l'ENSA de Normandie ( Hors EHESS )


2e et 4e lundis du mois de 15 h à 17 h (salle 1, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 14 mars 2016 au 27 juin 2016


La question de la territorialisation dans ses relations à la notion de ressource et d’innovation sociale est encore peu étudiée par les sciences sociales dans son articulation avec la production de la ville. Nous nous proposons ainsi d'aborder les phénomènes locaux de territorialisation comme autant d'appuis de pratiques, de représentations etc. des espaces urbains et de réfléchir dans cette perspective aux formes diverses de localisation, délocalisation, relocalisation, ancrage et dés-ancrage, et toutes dynamiques tendant à « faire territoire » – comme à le défaire – qui se produisent dans les métropoles contemporaines.


Les territoires sont devenus, au gré des changements économiques, politiques et sociaux, des lieux d’innovation s’adaptant aux nouveaux enjeux culturels, identitaires, patrimoniaux et sociétaux, émergeant dans un contexte de mondialisation. Ainsi, les diversités sociales se recomposent, se développent et s’intègrent à ces villes globales, dans un mouvement perpétuel qui certes n’empêche nullement des phénomènes localisés de dépérissement urbain, mais par un effet contraire favorisent l’émergence de situations locales de créativité


Ainsi, des territoires, au cœur de processus de recomposition, forment des pôles d’attraction pour les habitants aux multiples appartenances, participant à la structuration physique et symbolique des espaces ruraux comme urbains. Les représentations d'une situation sociale que construisent les acteurs, édiles politiques comme minorités, et les conséquences collectives de l'action – requalification culturelle, valorisation touristique, labellisation – qu'ils développent en réponse, en connaissance de cause ou pas, seront privilégiées comme autant d'entrées, comme indicateurs pour observer et comprendre les modalités adaptatives à l'œuvre dans ces moments de contraction des évolutions sociales et territoriales.

D’une manière générale, les processus de territorialisation à l’œuvre dans les cités contemporaines mettent au jour les relations complexes et contradictoires entre identité locale et ville monde. Il s’agit de comprendre comment se créent, disparaissent et se transforment les lieux et les marquages territoriaux dans les villes actuelles. En quoi la pensée urbaine peut-elle être un instrument pour éprouver les espaces : transformation, gestion, appropriation ? Comment les recompositions interpellent les acteurs dans leur contribution à la construction d’un local ? Comment se mesure l’ancrage spatial de ces productions dans une ville faite de territoires composites et transitoires, où règnent des dynamiques réticulaires favorisant les fragmentations ?


Le local dans le temps long comme ressource face à la mondialisation


Selon des modalités locales spécifiques, des territoires constituent et se développent dans le contexte de la mondialisation ; de nouveaux modes de vie s’inventent et la vie quotidienne des habitants s’en trouve profondément transformée. Cette dynamique de restructuration économique, sociale et urbaine produit des changements territoriaux importants. Ces derniers affectent notamment l’ensemble des groupes urbains, leurs moyens économiques, leurs formes d’expression esthétique, culturelle ou politique, leurs inscriptions spatiales et temporelles. Il s’agit là d’un processus de longue durée qui s’inscrit pleinement dans l’histoire de la ville et du fait spatial, de manière général. 


Ce temps long est aujourd’hui une ressource clé dans la fabrication des territoires. Ce qui est questionné ici c’est la temporalité de la territorialisation comme condition de la mise en œuvre de l’innovation sociale et urbaine. Quels que soient les contextes locaux, nationaux, transnationaux, l’histoire urbaine des XXe et XXIe siècles se distingue volontiers par une prise de conscience locale toujours plus intense : décliné sous de multiples facettes, le lieu incarne les territoires autant par le biais matériel du monument historique, que par celui du paysage urbain et des pratiques des habitants. 

Au cœur du processus de construction des villes contemporaines, le lieu est essentiellement une affirmation identitaire rattachée à une réalité historique, politique et territoriale constamment en mouvement, réaffirmée, reconstruite et redéfinie. La création territoriale se construit, s’intensifie et se diversifie dans les contextes économiques, environnementaux, sociologiques et politiques en difficulté. L’élan pour le local serait alors un indicateur de changement social ou une réponse à une période de crise, à l’échelle d’un territoire, d’une région ou d’une nation.

Vivre le local : une ressource identitaire innovante


Les métropoles contemporaines semblent apparaître comme des lieux où des individus se fabriquent, par décomposition et recomposition. Qu’ils en soient proches ou éloignés, les citadins repèrent clairement ces nouveaux mondes : il s’agit bien souvent de « quartiers » qualifiés en fonction des minorités qui l’habitent et l’investissent. La définition identitaire de ces nouveaux groupes urbains fait se définit par des appartenances diversifiées : ethnique, religieuse, sociale, professionnelle, culturelle, linguistique ou encore de genre, d’âge, de style de vie, etc. Cette définition se révèle complexe dans la mesure où ces appartenances sont multiples. L’approche privilégiée dans ce projet se construit à partir de l’inscription physique de ces minorités dans les villes-métropoles. 


En quoi les appartenances minoritaires constituent-elles des ressources clés pour l’innovation ordinaire en contexte urbain globalisé ? À la différence des études sur l’ethnic business, traitant principalement de la visibilité économique des minorités, la problématique du projet porte sur la question minoritaire au cœur des processus urbains de territorialisation : comment observer et penser les relations entre territoires et cultures des minorités ? Dans quelles conditions le territoire, et la manière dont il est investi, serait-il l’un des facteurs d’une cohabitation culturelle entre des groupes sociaux, minoritaires ou majoritaires ?

Labels territoriaux comme ressort de l’innovation sociale et urbaine


Les labels territoriaux apparaissent comme un objet particulièrement intéressant pour mener une réflexion sur la fabrique des territoires, notamment dans leur dimension symbolique. La labellisation urbaine consiste à s’appuyer sur des territoires existants ou en construction en vue de les promouvoir, de les faire exister, de les rendre attrayants et d’inciter à les pratiquer, à y investir son temps, ses loisirs ou son capital. 


Le label devient ainsi un élément innovant dans la concurrence actuelle entre les territoires et s’inscrit dans une logique de marketing territorial. Celui-ci est apparu vers la fin des années soixante, principalement à l'occasion de campagnes politiques mises en place pour attirer les investissements de promoteurs dans de grandes opérations d'aménagement urbain et aider à la commercialisation des zones industrielles. Il s’étend désormais à la promotion de l’image de la ville. L’attractivité d’une ville repose à terme sur la qualité effective de son urbanité, à savoir, cette capacité singulière de faire d’une ville un « espace » qui favorise les échanges et les rencontres entre individus, voire encourage la participation aux affaires publiques. 

Par la question des labels, c’est bien la question de la ville dans son ensemble qui est posée, comme enjeu des représentations et des discours citadins. Et puisque le discours révèle les représentations et les intentions des acteurs et joue un rôle dans la production territoriale, il apparaît nécessaire de le prendre en compte dans une analyse locale, si l’on veut comprendre comment les acteurs urbains en arrivent à produire des labels territoriaux.

Les trois grands axes thématiques résumés ci-dessus offrent ainsi une triple approche du fait territorial : 

- une étude (de « genèse ») sociohistorique des processus à l’œuvre dans les contextes de mondialisation ; 
- un travail (« par le bas ») ethnographique et sociospatial sur les usages et les pratiques des habitants ; 
- une analyse (« par le haut ») sociologique et sémiotique des espaces et des acteurs (architectes, aménageurs, communicants, édiles, élus, techniciens, théoriciens, etc.) qui les produisent.
 





Mots-clés : Anthropologie, Sociohistoire, Urbaines (études), Ville,

Aires culturelles : Transnational/transfrontières

Centre : IIAC-LAU - Laboratoire d'anthropologie urbaine

Renseignements :

Laboratoire d'anthropologie urbaine, CNRS, 27 rue Paul-Bert 94204 Ivry-sur-Seine cedex, tél. :  01 49 60 40 83, télécopie : 01 46 71 84 96, lau(at)ivry.cnrs.fr

Adresse(s) électronique(s) de contact : sophie.gravereau(at)free.fr, franckmermier(at)yahoo.fr, varlet.c(at)wanadoo.fr

mardi 13 janvier 2015

[Existe en ville] Galeries éphémères d'art contemporain pour les fêtes de fin d'année


19 artistes, en vitrine, à l'occasion des fêtes de fin d'année, installés par l'association des commerçants du centre-ville de Poitiers, dans des locaux commerciaux vacants jusqu'alors ... à travers l'opération "Artistes sur place", voici l'idée créative imaginée pour valoriser l'image du centre-ville.

Une mise à disposition par un des membres, directeur d'une agence immobilière et des partenaires financiers et médiatiques, le tour est joué !

Des prix variés (à partir de 8 euros), pour des arts (sculpture, peinture, collage, céramique...) et des publics cibles relativement diversifiés au programme (familles, enfants, jeunes couples venus en centre-ville pour les emplettes de fin d'année). 

On regrette seulement la part peu importante accordée aux jeunes artistes...

Et les résultats sont bien là :


  • Employer un patrimoine bâti inutilisé ...
  • Exposer des talents locaux
  • Stimuler la vente artistique et créative pour tous les publics
  • Rendre attractif un quartier en pleine désertification commerciale
  • Offrir une offre culturelle complémentaire en plein centre-ville 
  • Communiquer en tant que ville créative, collaborative et innovante ...


La preuve en images !



En images :



Plus d'infos sur La Nouvelle République.

Nous pouvons vous accompagner à développer (et pérenniser) ce genre d'actions au service de la dynamisation de votre territoire.

lundi 13 octobre 2014

[invitation] 3èmes Journées d'Automne "Créativité et Territoires" à Poitiers du 22 au 24 octobre

Rendez-vous du mercredi 22 au vendredi 24 octobre 2014 à l'EMF Poitiers pour les Troisièmes Journées d'Automne "Créativité et Territoires", Prima Terra l'Agence co-animera une table ronde le vendredi matin sur l'ingénierie territoriale et l'accompagnement de porteurs de projets.



***
Trois journées de tables rondes, d’ateliers pour échanger autour de la question : comment mobiliser efficacement pour la créativité des territoires ?

Modalités d’inscription :

La participation aux journées est gratuite mais l’inscription obligatoire, en remplissant ce formulaire en ligne.
Un buffet est proposé à l’Espace Mendès France, café, vin compris à 15 € (dans la limite des places disponibles).
Plan de Poitiers au format pdf : PlanPoitiersWeb
-

Programme :

Téléchargez le programme au format pdf : ProgrammeJournéesAutomneCreativiteTerritoire2014
-

Mercredi 22 octobre 2014

14h – 14h15 : Présentation et modération de la journée par Jacky Denieul
14h15 – 17h : Introduction par Jean-Pierre Comettiphilosophe.
Temps de Recherche & Développement sur cette question avec un échange entre un groupe de chercheurs transdisciplinaire : Fiorenza Cout, chercheuse en traditions populaires – Vallée d’Aoste ; Brigitte Ollier De Boucaud, participante au montage formation ouverte à tous (MOOC) sur la créativité ; Yvette Lazzeri, enseignant – chercheur au centre d’études et de recherches internationales et communautaires (CERIC) de l’université de Aix-Marseille ; Delphine Crublet, ethnologue (SEA Europe), chargée de développement collectivité territoriale, Picardie ; Michel Richard, président de l’institut Jacques Cartier (géopolitique) ; Paul Vermeylen, architecte-urbaniste, expert en management public, et un groupe de professionnels-praticiens des territoires.
17h – 18h30 : Poitiers, ville de savoirs. Visite guidée du centre ville avec Nathanaëlle Gervais, guide – conférencière.
20h : Dégustation cuisine du monde à la cafétéria de l’Espace Mendès France. Avec Yassir Yebba, Randy Menard (cuisine de Louisiane).
 -

Jeudi 23 octobre 2014

Modérateur de la journée Pierre Pérot, urbaniste sociologue (Espace Mendès France).
9h – 9h30 : Interventions de Jean-François Macaire, président du conseil régional Poitou-Charentes, de Alain Claeys, président de l’agglomération de Poitiersmaire de Poitiers, mot d’accueil de Didier Moreau, directeur de l’Espace Mendès France.
9h30 – 10h : Introduction générale de Paul Vermeylen, architecte-urbaniste, expert en management public, sur le temps de la métropole.
10h – 11h : Table-ronde sur l’entrepreneuriat dans les territoires sous toutes ses formes (éducation, culture, accompagnement…)
Interventions de Jean-Yves Dugast, directeur général de la Fondation entreprendre ; Jean-Paul Pronost, responsable animation réseau de la fédération des agences de développement et des comités d’expansion économique (CNER) ; Jean-Marc Neveu, président du Centre des jeunes dirigeants (CJD) Région Poitou-Charentes ; témoignage de Jean-Luc Charrier, président de l’association ICARE – informations pour les créateurs et aides aux repreneurs d’entreprises à Thouars.
11h – 11h45 : Les enjeux de la créativité dans les territoires
Interventions de Edgar Morin, sociologue et philisophe, directeur de recherche émérite au CNRS et de Jean-Pierre Aubert, chargé de la mission sur l’amélioration de l’anticipation des mutations économiques et leur accompagnement par le cabinet du 1er Ministre, secrétaire général de la chaire MAI – Mutations-Anticipations-Innovations de l’IAE de Paris.
11h45 – 12h30 : Table-ronde sur l’action sociale, au service de la créativité du territoire
Interventions de Gérard Creux, sociologue attaché de recherche à l‘institut régional du travail social (IRTS) de Franche-Comté ; Yves Lusson, accompagnateur en créativité collective – Auvergne ; Anne Chesnot, psychologue – psychanalyste (conférence théâtralisée – Poitiers).
12h30 – 14h : Buffet à l’Espace Mendès France (places limitées sur inscription)
14h – 14h30 : Mise en situation concrète de créativité « Alliance Pursuit », jeu présenté par Jean-Marc Neveu, président du Centre des jeunes dirigeants (CJD) Région Poitou-Charentes.
14h30 – 15h15 : Table-ronde sur le rôle, en centre ville, du commerce, du tourisme… dans la créativité du territoire
Interventions de Hervé Lemainque, président de la journée nationale du commerce de proximité ; Francis Palombi, président de la confédération des commerçants de France ;  Philippe Gustin, directeur des Affaires Internationales de la ville de La Fayette (USA) : les festivals dans la ville, une revitalisation du centre urbain ; présentation du mouvement des Greeters de Tours par Virginie Rivainoffice de tourisme de Tours ; et des représentants de commerces locaux.
15h15 – 16h : Table-Ronde « À chacun son lab »
Interventions de Sarah Goldberg, présidente de Maker / Seine à Paris ; Marie-Laure Cuvelier, animatrice de la coopérative Tiers-Lieux d’Aquitaine, et un représentant du réseau Fab’Lab de Poitou-Charentes.
16h – 17h : Table-Ronde de l’association française pour le développement de la créativité : Créa-Franceet ses antennes régionales, animée par Isabelle Jacob, présidente de Créa-France.
17h – 17h30 : L’innovation à l’international : quelles leçons pour nos territoires ?
Intervention de Denis Brunet, vice-président du conseil général de la Vienne.
Soirée libre, regroupement possible en centre ville pour une soirée d’animation autour de la Louisiane.
 -

Vendredi 24 octobre 2014

Modérateur de la journée Virginie Baubriaud, chef de projet éducation formation (CAUE 79).
9h – 10h : Table-ronde sur l’exigence culturelle, une nécessité pour dynamiser la créativité dans les territoires
Interventions de Nathalie Mansuy-Todeschini, responsable de la médiation jeunesse à la médiathèque départementale de Seine-et-Marne ; Catherine Simon, de l’IRTS de Lorraine ; Nelly Margotton, entrepreneure – philosophe ; Philippe Brunet, de la compagnie DEMODOCOS.
10h – 10h30 : Complémentarité entre l’ingénierie territoriale et soutien aux porteurs de projets
Interventions de Alexis Durand-Jeanson, facilitateur de projet Prima Terra ; Franck Buffeteau, architecte et metteur en scène ; et témoignages de porteurs de projets.
10h30 – 11h45 : Responsabilité Sociale et Environnementale
Intervention de William Bourdon, avocat, essayiste « Petit manuel de désobéissance citoyenne », édition JC Lattès, initiateur de l’association Sherpa, tournée vers la notion de responsabilité sociale des entreprises.
Expérience dans un département, le Drôme par Jean Roche, directeur de Kasciopé-CCSTI de la Drôme, président de la Réunion, association nationale des CCSTI ; Patrick Gagnaire et Gérald Drubigny.
11h45 – 12h15 : Faire pousser la créativité dans les territoires, éclairage sur l’apport du centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT) de Mathilde Vanderrusten, conseillère formation à l’institut spécialisé d’études territoriales (INSET) de Dunkerque.
12h15 – 12h45 : Le terroir et ses ressources, avec Fiorenza Cout, chercheuse en traditions populaires – Vallée d’Aoste.
12h45 – 14h : Buffet à l’Espace Mendès France (places limitées sur inscription)
14h – 15h : Le marketing territorial appliqué aux petites et moyennes villes par Christophe Alaux, directeur adjoint de l’institut de management public et de gouvernance – université Aix-Marseille.
15h – 16h30 : La ruralité créative
Interventions de Cédric Szabo, de l’association des maires ruraux de France (AMRF) ; Jean-Yves Pineau, du collectif ville campagne ; un représentant de France-Créative ; et témoignages d’acteurs locaux pour «capitaliser ce savoir que représente leur expérience passée au service des territoires».
16h30 – 17h30 : La marque Limousinedistinction et territoire par Ludovic Guinot, chargé de mission auconseil régional du Limousin.
17h30 : Clôture des travaux

Contacts :
Pour tous renseignements sur le programme de ces journées, contactez Jacky Denieul :jacky.denieul@emf.ccsti.eu ou contact@emf.fr

mardi 22 avril 2014

Valoriser les talents de son territoire et développer un emploi complémentaire, rencontre avec YouNeed.com


Lors de notre présence au Salon ProDurable, l'événement pour les professionnels de la Responsabilité Sociétale et du Développement Durable, nous avons eu l'occasion de rencontrer Laurent Blanchard, directeur de la plateforme web de valorisation de talents, YouNeed.com.


Une plateforme non négligeable pour ...


- les collectivités qui veulent offrir un emploi complémentaire ou permanent pour leurs habitants

- les entreprises qui souhaitent amplifier le développement personnel de leurs employés en leur proposant de mettre en valeur leurs compétences, en leur permettant d'obtenir une rémunération complémentaire
- pour les citoyens qui souhaitent valoriser leurs compétences, les valoriser économiquement et ainsi utiliser leur temps libre pour obtenir un complément de salaire.


Comment ça marche ?





Un exemple de partenariat bénéfique entre une multinationale, Procter & Gamble, et YouNeed.





Et enfin, quelques exemples de talents personnels mis en valeur.


Emmanuelle, photographe

Emile, cours de mathématiques à Paris
Hervé, cours de yoga à Neuilly sur Seine (92).


Vous souhaitez valoriser vos talents personnels ou ceux de vos concitoyens ou employés ?
En campagne comme en ville ? 

Contacter Prima Terra l'Agence, elle saura vous conseiller au mieux pour vous rediriger ensuite vers des structures partenaires comme YouNeed !


mercredi 29 janvier 2014

Les Friches, lieux d'avenir à Angoulême - Article paru dans Sud-Ouest


Frich’Angoulême a fait son apparition sur Facebook. 

Alexis Durand veut faire connaître cet incubateur de projets citoyens.



«Des friches à Angoulême et dans les Charentes, il y en a. Des créatifs et des urbanophiles aussi. Qu'est-ce qu'on attend pour inventer la suite ? », questionne Frich'Angoulême sur Facebook. Une page mise en ligne le 27 décembre et animée par Alexis Durand, 28 ans, d'Aigre. « Apolitique, Frich'Angoulême est porté par l'association professionnelle Via paysage sur une idée originale de l'agence Prima Terra, animatrice du projet », explique le Charentais d'adoption.

Paysagiste de formation, mais aussi environnementaliste et diplômé dans le management de projet, Alexis Durand travaille pour Prima Terra et occupe actuellement la présidence nationale de Via paysage, dont il est par ailleurs l'un des membres fondateurs. 

Et d'expliquer qu'Angoulême, et au-delà la Charente, de par son riche passé, dispose d'un sacré héritage patrimonial. Aussi bien matériel (ancien hôpital, usine désaffectée…) qu'immatériel, grâce aux écoles de l'image. « Dans trois ans, date d'arrivée de la LGV, soit les Charentais, donc nous, on se sera réveillés, soit la ville d'Angoulême appartiendra à d'autres. 
Les prix montent déjà. » D'où l'intérêt, selon lui, d'un incubateur de projets citoyens tel que Frich'Angoulême.

Un fonds de dotation

L'ancienne piscine Montauzier à Angoulême, l'ancien site de la SNPE (Société nationale des poudres et explosifs), friche Rondinot à Soyaux, ancienne tuilerie de Niollet à Garat, friche militaire à Ruelle… Autant de lieux recensés par Frich'Angoulême.

Certaines personnes ont déjà pris contact avec Alexis pour des projets de reconversion. Grâce au réseau et à l'expérience de Via Paysage, Frich'Angoulême dispose, entre autres, d'un fonds de dotation grâce à son carnet d'adresses d'investisseurs, donne des conseils et oriente les intéressés dans les méandres administratifs des demandes de subventions. 

Pour l'instant, motus et bouche cousue sur ces projets et ces contacts, mais Alexis Durand promet que « 2014 sera l'année des propositions », auprès des élus notamment. 

Parmi les lieux au potentiel important et dont la reconversion est possible à « moindre frais », on trouve l'ancienne piscine de Bourgines à Angoulême. « L'île des possibles », comme aime l'appeler Alexis Durand, dont l'esprit foisonne lorsqu'il évoque ce lieu. « On pourrait utiliser le bâti existant, l'ex-auberge de jeunesse et les bâtiments côté camping et y organiser un événement de fabrication autour d'architectures nomades, développer un espace collaboratif et de coworking ou bien lancer un festival alliant culture urbaine et école de l'image. » Ne reste plus qu'à…

mardi 14 janvier 2014

Art, Ecologie et Fabrication collective de l'espace public, l'exemple du "Jardin du 54" en cours


Petit retour sur le projet, en cours, de conception - fabrication collective du "Jardin du 54" rue Charles Schmidt à Saint-Ouen, en Seine-Saint-Denis.

Au départ, un environnement urbain qui s'enrichit d'une démarche transversale.

Un square de quartier de 1 700 m² environ, quelque peu employé mais à des fins peu recommandables.


©Google Maps - Le square de quartier

©Google Maps - Une vie du square depuis la rue Charles Schmidt

Un lycée, le Lycée polyvalent Auguste Blanqui, qui accueille des classes technologiques et générales et où un professeur de Sciences et Vie de la Terre, Madame Pluchard, élabore avec ses élèves un "Observatoire de la Biodiversité" dans la cour intérieure.


Un événement culturel et artistique, la biennale d'art dans l'espace public "Saint-Ouen Traversée d'Arts 2014".


©Saint-Ouen - Affiche de "Saint-Ouen Traversée d'Arts"


Une artiste, Camille T (de son nom They), faisant quelque peu parler d'elle ces dernières années en Ile-de-France pour son "Jardin du 16 bis" et son approche décloisonnée et sensible du jardin urbain. 


© Camille They - Camille They dans son "jardin du 16 bis"


Un principe, celui de croiser la démarche d'écologie dans la ville avec celle de l'art urbain, reprenant la démarche "éco-poétique" employée pour fabriquer le "jardin du 16 bis". Ainsi, des artistes pluridisciplinaires sont invités à participer à des ateliers avec différents publics pour concevoir et/ou réaliser des éléments du futur jardin public (mobilier, murs, plantations ...).



©Camille They et Jérôme Mesnager - " Le jardin du 16 bis et le bonhomme blanc"


Des artistes et partenaires, un groupement d'artistes de Street Art monté à l'occasion de la réalisation du "jardin du 16 bis", le "collectif du 16 bis" mais aussi le COPA, programme de recherche-action dans l'espace public de l'association nationale "Via Paysage".




Un terreau politique favorable, avec l'appui politique de l'équipe municipale de Saint-Ouen de vouloir croiser les "genres" et les publics autour d'un lieu et d'un événement.





Mais aussi, une action culturelle dynamique, avec l'envie et la volonté d'appuyer le projet et la démarche entreprise avec la Direction de l'Action Culturelle.

Tout cela permet aujourd'hui de fabriquer, mois après mois depuis septembre 2013 voire même depuis début 2013 avec les visites urbaines de l'Office de Tourisme de Saint-Ouen, un environnement favorable pour réaliser ce projet partagé.

Des visites guidées du "Jardin du 16 bis" et de "l'Observatoire de la Biodiversité" sont organisés régulièrement avec différentes publics (associations, grand public, professionnels) depuis l'année dernière par Camille T et Nathalie Pluchard elles-même ou par l'Office de Tourisme

A cela, des enquêtes et réunions de concertation sont réalisés depuis novembre afin de connaître les usages, les avis, les attentes des différentes parties prenantes (lycéens, usagers, habitants, opérateurs). 


© DAC de Saint-Ouen - L'affiche de la réunion participative au Lycée


Les premiers ateliers collectifs de création débuteront en février jusqu'en mai pour une inauguration à l'occasion de "Saint-Ouen Traversée d'Arts 2014" du 14 au 18 mai 2014.

Enfin, voici la démarche développée spécialement pour le projet du "Jardin du 54", en relation avec le concours national organisé également par PRIMA TERRA l'Agence, "MNU 2014 ou l'architecture éco-poétique pour les Jardins et la Ville".


© COPA-Via Paysage et PRIMA TERRA l'Agence - Le processus participatif


N'hésitez pas à nous contacter pour organiser ensemble un projet d'espace public partagé en relation avec une programmation culturelle, artistique et économique.

dimanche 29 décembre 2013

Articuler les acteurs créatifs et culturels sur un territoire, une attitude gagnante


Le cas de Poitiers, ville créative

© Poitiers Mag, article sur la vie artistique poitevine.



A côté des journées "Créativité et Territoires" organisées par la plateforme nationale du même nom à l'Espace Mendès France, la ville de Poitiers développe une attitude volontariste à l'égard du concept de "ville créative".

Voici une lecture faite dans le magazine "Poitiers Mag" de novembre 2013.
Un article était consacré à "Poitiers, ville créative" avec une infographie d'une partie de la chaîne de valeur des industries créatives et culturelles poitevines.

© Poitiers Mag, infographie sur "former et accompagner les artistes"

Plus d'informations ici : http://magazine.poitiers.fr/poitmag212/poitiersMag212.pdf


Si, comme Poitiers, vous souhaitez valoriser la filière créative et culturelle sur votre territoire, développer des projets fédérateurs en valorisant des patrimoines (comme l'ancienne manufacture de tabacs de la Friche Belle de Mai à Marseille) ou créer un événement mobilisateur autour d'une thématique créative (un concours national, un workshop culturel, un fablab éphémère ...), PRIMA TERRA l'Agence est faite pour vous.

Voici notre site ... www.prima-terra.fr

vendredi 27 décembre 2013

Frich'Angou-lême : incubateur de projets citoyens avec les friches des Charentes


La fabrique créative Frich’Angou-lême s’est créée autour de la culture des friches, à Angoulême et dans les Charentes, pour inventer des univers, de nouveaux imaginaires, des écosystèmes culturels, créatifs et économiques différents.



Prima Terra l'Agence est à l'initiative de ce projet d'incubateur de projets citoyens autour des friches industrielles. 

L'Agence est maintenant chargée de son animation, en partenariat avec le COPA - Via Paysage, programme de Recherche-Action sur l'espace public de l'association nationale des Acteurs de l'Aménagement des territoires, Via Paysage.

lundi 23 décembre 2013

"MNU 2014" : un concours national pour penser la Ville nomade et créative


L'association-réseau VIA PAYSAGE et son programme de Recherche-Action du COPA-Via Paysage ont l'honneur de lancer le concours national "Module Nomade Urbain© - MNU© 2014  ou l'art de penser l'architecture éco-poétique© pour les Jardins et la Ville".
$


Prima Terra l'Agence est à l'initiative de ce projet d'innovation décloisonnée avec Camille They, artiste, et est chargée de concevoir, produire et coordonner l'ensemble des actions s'y référant.



Articles les plus consultés