Affichage des articles dont le libellé est Stratégie. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Stratégie. Afficher tous les articles

vendredi 29 septembre 2017

[ La Longue-Vue n°1 ] Retour sur les actualités de l'été


LA LONGUE-VUE, c'est la lettre des actualités de l'écosystème Prima Terra (ses marques, ses projets, ses lieux, ses amis...) à destination de tous ceux qui s'intéressent à "la coopération comme outil stratégique pour le développement".

Elle reprendra, tous les mois, les actualités, les articles de fond, des événements passés qui ont marqué le mouvement des idées liées à la coopération.

UN MOT

Par coopération, nous entendons "un domaine de recherche, de conseil et une posture permettant la convergence, momentanée ou pérenne, d'intérêts de deux parties au service d'un projet commun". Ainsi, les responsabilités, les ressources et les décisions sont potentiellement partagés, mutualisés, convergentes.

En ce sens, nous faisons une distinction avec la "coopérative", qui fait référence à un modèle, un statut et une histoire sociale. En France, les coopératives s'inscrivent dans l'Economie Sociale et Solidaire, avec la loi Hamon du 31 juillet 2014 et représentent notamment les statuts juridiques des SCOP, SCIC, SCOP CAE (Coopérative d'Activités et d'Emplois) et d'autres.

> + d'informations ici


DES IDÉES

Espaces hybrides
Prima Terra travaille depuis plusieurs années sur la recherche, l'analyse stratégique et la diffusion des idées associées aux concepts "d'espace hybride", "d'espace public" et de "tiers-lieu". 


Par tiers-lieu, on entend "un lieu dans lequel on ressent un sentiment d'appartenance et d'être comme chez soi, la présence d'une communauté intentionnelle et des usages mixtes, ni propres à ceux de la maison et du travail".
> + d'informations ici


"Eco-poétisme" 
L'association nationale Via Paysage travaille depuis 2013 sur le principe "d'espace public par le management de la maîtrise d'usage", à travers son programme de recherche-action "COPA - Collectif du Patrimoine Spontané". Tous les membres de Prima Terra sont investis dans ses actions expérimentales.

Elle construit plus particulièrement sa réflexion autour des projets de "jardins éco-poétiques" et son manifeste, cherchant à augmenter la diversité floristique et faunistique des jardins par l'augmentation de la diversité de la création présente, notamment artistique.

> + d'informations ici


DES MOMENTS PARTAGES

Fin août, de nombreuses coopératives d'activités se sont retrouvées à l'occasion de la Bigre Rencontre, à Sète (34). L'occasion de partager des pratiques, des idées et des envies sur la coopération territoriale, le travail en réseau, l'assistance à maîtrise d'usage.

Ici, le principe de Bigre!, la mutuelle de coopération de plusieurs structures de l'ESS.

> + d'informations ici


Le jeudi 21 septembre, Alexis Durand Jeanson - associé cofondateur de Prima Terra,  aux côtés de Florence Bazzoli - directrice du Centre Michel Serres et Jacky Prieur - administrateur Croix Rouge Française, tous intervenants du CNAM, ont animé un atelier-amphi pour une centaine de personnes issues du Sanitaire et Social à but non lucratif (opca UNIFAF) sur le thème "Osez l'innovation".


 

> + d'informations ici 

Ce mois-ci, Alexis Durand Jeanson est intervenu pour des formations, pour le CNAM Nouvelle-Aquitaine sur le thème "Osez l'innovation" pour l'UNIFAF et le réseau CANOPE ainsi que pour l'IUT de Châtellerault - Université de Poitiers sur un projet de codesign sur commande réelle sur les "objets connectés".

> + d'informations ici

Mathilde Cota et Alexis Durand Jeanson ont participé à l'écriture d'un ouvrage collectif, "Les 101 mots du Paysage à l'usage de tous", qui sera lancé dans le cadre de l'Agora Bordeaux, biennale dédiée au design, à l'architecture et au paysage. Les mots "habiter" et "hybride" ont été proposés.

> + d'informations ici

Sonia Woelfflin est intervenue aux côtés d'Alexis Durand Jeanson à Lorrez le Bocage dans le cadre de la deuxième résidence d'accompagnement de la commune dans sa démarche participative de codesign d'une future "Coop", un tiers-lieu d'échanges multiculturels associant une médiathèque troisième lieu et une maison de services publics.

Ici, pendant un atelier de co-conception des espaces de La Coop'.

> + d'informations ici


Mathilde Elie a participé à plusieurs actions au service du mouvement pour l'Economie Circulaire Créative avec la Révolution Sensible en Pays-de-la-Loire : rédaction d'une convention pilote avec la Région, futur projet tuteuré sur les nouveaux modèles économiques de l'économie circulaire créative, partenariat avec des festivals ...
Ici, le paradigme de l'économie circulaire qui relie économie, créativités et vision territoriale.

> + d'informations ici


A plusieurs reprises, l'équipe a vécu des moments coopératifs avec le reste de l'équipe Vie to B, leader en France de l'assistance à maîtrise d'usage dans l'Habitat (AMU).

Ainsi, Prima Terra est actuellement particulièrement investie dans le domaine, l'équipe étant associée de la marque coopérative tout en ayant accompagné dernièrement encore un projet d'assistance à maîtrise d'ouvrage et de modélisation méthodologique pour le compte d'un projet de crèche à Lattes (34), près de Montpellier.




> + d'informations ici sur l'AMU


###


Au plaisir de partager des moments ensemble,
A très bientôt en octobre !


Alexis pour l'équipe

dimanche 15 décembre 2013

Visite ludique et valorisation de patrimoines vivants


Au cours du promenade dans les vignes autour de Cognac, nous avons découvert le Jardin de l'Yeuse, à Châteaubernard. Du 19 au 20 octobre était organisé la 2ème édition de la Fête de la Courge dans les jardins du Château de l'Yeuse mais aussi Hôtel et Restaurant.

Des animations avec des ateliers ludiques étaient organisées, un "village des bonnes choses" avec une boutique intégrée mais aussi une visite mystérieuse à l'aide de la carte ci-dessous ...

Une action promotionnelle intéressante pour rassembler des publics variés, faire connaitre le patrimoine en place, créer du lien social sur le territoire et valoriser les savoir-faire locaux.


© Association des Jardins Respectueux 2013


Vous avez vous-même un site avec du patrimoine, un projet en lien avec des Patrimoines matériels (bâti, espaces naturels, objets ...) ou immatériels (savoir-faire, paysage, savoir-faire ...) et vous souhaitez le valoriser ?

N'hésitez plus, Prima Terra l'Agence peut vous permettre d'analyser la stratégie et les actions à mettre en oeuvre, de construire le programme culturel, de rechercher les soutiens (financiers, médiatiques, etc.) et de coordonner le tout. Au service des territoires, des patrimoines et par les innovations croisées.

lundi 30 septembre 2013

50 mesures pour l'écologie




La deuxième Conférence environnementale pour la transition écologique s'est tenue les 20 et 21 septembre au Conseil Economique, Social et Environnemental à Paris.

Les parties prenantes de la transition écologique se sont rassemblé autour de cinq tables rondes, co-présidées par treize ministres pendant deux demi-journées.

Parmi celles-ci, voici quelques-uns des sujets traités.

« Economie circulaire »

table ronde présidée par Arnaud Montebourg, Philippe Martin et Benoît Hamon
Facilitateur : Serge Orru

1. Définir une stratégie d’utilisation des ressources et des objectifs de long terme et un plan « déchets 2014-2020 ».
2. Une « conférence de mise en oeuvre » réunira cet automne dans la continuité de la table ronde les acteurs de l’économie circulaire.
Changer nos modes de consommation et de production, de distribution et de logistique, vers une économie plus efficace dans l’utilisation des ressources.
3. Favoriser l’éco-conception des produits pour augmenter leur durabilité, leur réutilisation et leur réparabilité ainsi que leur recyclage.
4. Lutter contre les pratiques d’obsolescence programmée et mettre en oeuvre concrètement les nouveaux droits du consommateur.
5. Renforcer le pilotage, la gouvernance et la mobilisation des filières à responsabilité élargie du producteur (REP) par la puissance publique au service de la transition vers une économie circulaire.
Impulser une nouvelle politique industrielle permettant de concrétiser l’économie circulaire, grâce à l’amélioration de l’efficacité du geste de tri, et la recherche d’innovations technologiques sur les produits, les process, et les matériaux.
6. Accompagner entreprises et collectivités locales dans cette transition par des outils financiers et réglementaires.
7. Créer le cadre favorable à l’amélioration du tri, par les citoyens comme par les entreprises.
8. Lutter contre les trafics illégaux.
Décliner l’économie circulaire comme un projet de territoires.
9. Accroître la connaissance des flux de déchets et de matières, des coûts et financements associés à leur gestion. Simplifier et faciliter l’accès à l’information correspondante, y compris pour le citoyen.
10. Mettre en place les outils d’incitation financière à la réinjection des déchets dans le cycle économique, sans accroître les charges globales pour les acteurs.
11. Développer l’écologie industrielle et territoriale (EIT) dans les territoires.
12. Conserver les ressources sur le territoire, notamment les plus stratégiques.


« Politique de l’eau »

table ronde présidée Stéphane Le Foll et Pascal Canfin
Facilitateur : Géraud Guibert

Préserver et améliorer la qualité de l’eau et des milieux aquatiques.
1. Renforcer la lutte contre les pollutions liées aux nitrates et aux produits phytosanitaires.
2. Poursuivre l’amélioration du traitement des eaux usées domestiques.
3. Lancement d’un nouveau plan national « zones humides » en 2014.
4. Faciliter les travaux de restauration des cours d’eau et de prévention des inondations.
5. Assurer une gestion pérenne des ressources en eau pour limiter les conflits d’usage.
Garantir la transparence de la politique de l’eau pour le consommateur.
6. Faciliter et fiabiliser l’accès par le citoyen à des données sur l’eau facilement compréhensibles.
Améliorer l’efficacité de la politique de l’eau.
7. Renforcer la gouvernance locale.
8. Améliorer l’efficacité du service public d’eau et d’assainissement.
9. Agir de façon spécifique dans les départements d’outre-mer pour l’approvisionnement en eau potable et l’assainissement
10. Poursuivre la réflexion sur la fiscalité des ressources en eau.


« Education à l’environnement et au développement durable »

table ronde présidée par Vincent Peillon, Valérie Fourneyron et George Pau-Langevin
Facilitatrice : Bettina Laville

1. Engager 10 000 projets d’écoles et d’établissements scolaires mettant en oeuvre des démarches globales pour l’environnement et le développement durable.
2. Développer les sorties et les séjours nature dans le cadre scolaire et des centres de loisirs et de vacances.
3. Intégrer dans l’ensemble des programmes de l’enseignement scolaire la prise en compte de l’environnement et du développement durable.
4. Accélérer la transition vers des campus durables et mettre en place les labels correspondants.
5. Elaborer un référentiel de compétences génériques et de connaissances en matière
de développement durable.
6. Former les enseignants à l’environnement et au développement durable, au sein des
Ecoles Supérieures du Professorat et de l’Education (ESPE).
7. Mettre en oeuvre l’intégration de l’EEDD dans les formations professionnelles initiales du champ de l’animation et du sport.
8. Développer le nombre de missions de service civique lié à l’environnement proposées par les collectivités et les établissements publics.
9. Faire du développement durable un axe des relations entre le ministère chargé des sports et les fédérations sportives.
10. Préparer l’accueil en 2015 de la 21ème Conférence des parties à la convention
climat en France en impliquant la jeunesse, les écoliers, les collégiens et les lycéens.

Mais aussi les tables rondes autour de "l'Emploi, formation et transition écologique" présidée par Cécile Duflot, Michel Sapin et Geneviève Fioraso ou "Biodiversité marine, mer et océans" présidée par Victorin Lurel et Frédéric Cuvillier.

Vous pouvez trouver plus d'informations ici.

mardi 3 septembre 2013

La ville fertile et l'économie circulaire résiliente


"Quand les villes se rêvent d'être locavores".
Cela aurait pu être le titre de l'article paru dans le Hors-Série de Terra Eco de Octobre - Novembre 2012.

Des chercheurs ont imaginé comment les villes de Paris et Rennes pourraient devenir autonome en alimentation, autrement dit autosuffisantes.

Ainsi, comme l'illustrent le schéma suivant, des chiffres parlent d'eux-même : "la région parisienne est aujourd'hui tout juste autosuffisantes en salades" ou " 40 % des jardins publics, 50 % des squares et 60 % des toits de Rennes devraient être transformés en cultures pour le maraîchage pour contribuer à rendre la ville autosuffisante".

Terra_Eco_Villes
Que mangent nos villes ? © Terra Eco

Selon Terra Eco, la principale motivation des citadins serait :

- une alimentation de qualité
- avec un lien avec le monde agricole.

Car les paniers paysans, la vente directe ou les jardins partagés, "en apparence, ils en redemandent".
En réalité, selon les Associations pour le maintien d'une agriculture paysage, les Amap, les 106 existantes fourniraient à peine 50 000 personnes. Quant aux potagers urbains et autres jardins partagés de la région, ils représenteraient moins de 50 hectares et alimenteraient 12 000 personnes, soit un Francilien sur 1000 !

Mais, comme le note l'agronome Christine Aubry, "l'intérêt principal de ces démarches est d'interroger les autorités sur les stratégies alimentaires globales pour leur ville".

Car, selon Roland Vidal, ingénieur de recherche à l'ENSP de Versailles, l'un des questions les plus fortes qui se posent pour réconcilier ville et agriculture est ailleurs.
"L'agriculture est toujours mieux ailleurs qu'en ville ! Ce qu'il faut, c'est gérer l'interface entre les deux, apprendre réellement aux citadins à reconsidérer leur campagne."

Ainsi, selon le collectif des Ekovores, la solution serait là, composant avec l'aménagement du territoire et la production agricole péri-urbaine, la distribution et la consommation de proximité et une transformation - valorisation circulaire. Le schéma ci-dessous le présente succinctement.

L'économie circulaire locale © Les Ekovores

Mais comme le rappelle Roland Vidal, la gouvernance alimentaire des métropoles ne se joue plus au micro-local, il s'agit bien d'élargir l'échelle. "Autour de Paris, toutes les terres maraîchères ont été consommées par la ville il y a cent cinquante ans. Est-il pour autant judicieux de vouloir réimplanter le maraîchage sur les terres du bassin parisien, qui sont les meilleures terres céréalières du monde ?"



Car, dans le bila environnemental d'un légume atterrissant dans notre assiette, le transport ne pèse que 15 % quand la culture elle-même (intrants notamment), en constitue la majeure partie.

Autrement dit, vaut-il mieux nourrir la ville avec des denrées produites durablement mais plus loin ou cultiver des tomates localement, chauffées sous serres et élevées à grands jets de fertilisants ?


Plus d'infos sur la Ville fertile dans le Hors-Série Terra Eco.

mardi 15 janvier 2013

Innover, une solution de rupture


Comme je pouvais le lire dernièrement dans la revue Entreprendre dans un article sur l'innovation, il existe des solutions adaptées pour innover selon les moyens d'une PME. 



L'innovation, facteur de réussite

Celles-ci doivent être mises en oeuvre selon l'environnement dans lequel se situe l'Organisation et non en réalisant un "copier-coller" du voisin comme une simple recette de cuisine miracle. 

Votre Organisation, vos Clients, votre Marché est unique, soyez-en certain.


Mais cela ne veut pas dire qu'il faut seulement répondre au quotidien et se refermer dans des à-priori avec des règles de travail acquise avec le temps et qui ont peut-être votre réussite. C'est parce que vous avez été différent à un instant donné que cela a fonctionné. 


Mais ce n'est pas certain que cela marchera encore demain ... le marché évolue sans cesse, vos clients aussi. Alors, vous le devez également.


Pensez donc différemment, positionnez-vous en rupture avec vos confrères, la différence est une force, une marque de fabrique

N'oubliez pas que le mot "innovation" vient du latin "innovatio" qui signifie renouvellement. Employer l'innovation est donc le moyen de renouveler un environnement par une action, un positionnement différent, différenciant.

Voici, selon moi, quelques pistes pour réfléchir aux moyens de se différencier.

L'Offre renouvelée


Proposer de nouveaux produits et/ou de nouveaux services. C'est la vision courante et la plus classique que l'on peut avoir de l'innovation. Elle se caractérise par trois étapes majeures, la conception, l'optimisation et la commercialisation de nouvelles prestations.


La Plate-forme


Faire appel à un dénominateur commun en innovant à partir d'une plate-forme, la base utilisée permettant de décliner ensuite différents produits ou services finis. On le voit notamment dans des secteurs comme l'automobile où l'on va employer un même châssis pour produire deux modèles de véhicules différents.


Les Solutions intégrées


Proposer des solutions revient à proposer des produits, services et connaissances dans le but de répondre de manière plus ou moins exhaustive à des besoins, en intégrant voire en personnalisant un ensemble de prestations regroupé sous une entité commune.


Les Clients inconnus


Chercher à identifier un ou plusieurs nouveaux segments de clientèle, jusqu'alors inexploités, et formuler des propositions ciblées est le principe de ce type d'innovation. On recherchera alors à avoir une connaissance fine de son environnement et des besoins du Client.


L'Expérience client


Mobiliser tous les sens (les 5 sens conventionnels ainsi que le sixième, les émotions) afin d'en faire un allié inconditionnel qui permettra de créer une culture, une atmosphère et une expérience autour de vos prestations bien à vous. C'est le cas notamment d'Apple avec ses produits "à forte sensibilité partagée".


La Valeur (re)capturée


L'Organisation cherchera alors à (re)générer de la Valeur à partir de la valeur ou de la proposition initiale. On pourra notamment citer le cas d'une entreprise cherchant à donner des licences ou des franchises.


Les Processus


L'innovation n'est pas qu'un moyen visible à l'extérieur de l'Organisation. Reconfigurer les processus internes pour obtenir plus d'efficacité voire d'efficience en est un exemple. Les interrelations entre activités internes et externes d'une entreprise peuvent être refondues complètement pour apporter un gain d'intérêt général pour le coeur de métier.


L'Organisation repensée


Refondre l'organisation d'une structure peut être un facteur d'innovation. C'est souvent le cas lorsque l'on redistribue intelligemment les fonctions, les activités ... 


Cela peut se faire par du management par projets, par celle dite "centrée client", par une organisation "corporate" pour et par une véritable culture d'entreprise ou par une communication de marque qui promeut directement les produits et services ...


Cet axe croise souvent le précédent, l'innovation et l'organisation étant des éléments commutatifs. En effet, si une meilleure organisation permet (théoriquement) d'innover, l'innovation peut conduire (théoriquement) à une meilleure organisation.


La Logistique


Penser par le terme anglais plus large de "supply chain", incluant les sources et modalités d'approvisionnement pour innover.


La Distribution


C'est le pendant de l'axe précédent. On va chercher à créer de nouveaux canaux de distribution ou toute autre innovation au niveau des points de vente.


Le Networking et les NTIC


On va chercher à innover en exploitant les NTIC ou Nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication comme l'Internet de manière générale, les réseaux sociaux, le m.commerce ...


La Marque


Construire une véritable identité de manière à positionner la marque et ses déclinaisons apparentées à différents niveaux, dans différentes branches ou secteurs d'activités. 

On pensera alors selon une stratégie globale de marque et non plus de produits ou services indépendants les uns des autres.

Voici quelques axes d'innovation. Si cela vous intéresse d'innover et d'être différent, contactez-nous, nous sommes là pour cela.


Dans tous les cas, il faut penser que tout ne sera pas forcément possible. Il faudra penser stratégiquement en étudiant votre environnement de manière à employer les méthodes qui (vous) correspondent le mieux.

lundi 26 novembre 2012

Développer le Design management comme source de différenciation


Au cours de la consultation de la veille technologique de l'agence, je me suis attardé sur la dernière newsletter d'un fournisseur maintenant bien connu, AquaTerra Solutions.

Et quelle surprise de lire que cette entreprise, à la réussite visible, à en croire chiffres communiqués par Infogreffe, emploie un discours propre au Design management !

En effet, dans cette newsletter de novembre 2012, on peut lister des axes stratégiques.

Elle commence tout d'abord par replacer l'entreprise dans son contexte.

"AquaTerra Solutions n’est pas une entreprise comme les autres. Notre société, leader, est remarquée pour ses innovations ainsi que pour son engagement au service des clients et pour la protection de l’environnement."

On peut ainsi lire son rôle de leader par rapport au marché des solutions de génie végétal. Qui s'explique, à leurs yeux, par l'engagement au service des clients et de la protection de l'environnement.

Ensuite, une déclinaison se fait autour de valeurs humaines propres à la société, qui sont les bases du design management.

"... le même souci du détail, la même volonté de perfection et le même esprit d'équipe animent et font progresser les collaborateurs du groupe."

Enfin, son auteur, Stéphane Couret, énonce quelques éléments qui définissent ainsi l'esprit entrepreneurial de la société.

"Innover pour fournir les bonnes solutions [...] La passion de la performance [...] L’engagement permanent au service de nos clients ..."

Des axes forts qui permettent de définir avec clarté la manière dont l'entreprise cherche à construire son image, mois après mois.

Une manière forte intelligente de se présenter non plus comme simple fournisseur pour les prescripteurs et les entrepreneurs mais bien comme un réel partenaire de confiance, recherchant les solutions les plus innovantes pour répondre à leurs attentes.

Une approche assez intéressante qui permet de se rendre compte des possibilités qu'offre le management orienté par l'innovation.

Bien entendu, il n'appartient qu'à vous-même de vous faire votre propre opinion sur cette structure en lisant ici la newsletter que nous avons pu nous-même recevoir.

Cela dit en passant, ne serait-il pas intéressant pour cette structure de conforter son image en construisant une identité coorporate davantage en accord avec son discours ? 

Des pistes d'amélioration existent semble-t-il, que cela soit au niveau de son identité graphique, de la manière d'entrer en contact avec les clients potentiels ou par la manière de faire entrer l'internaute (professionnel) dans son univers ... le site web étant riche en contenu mais quelque peu lourd à parcourir.

Mais ce n'est que mon humble avis !

vendredi 23 novembre 2012

Label de gestion écologique, des leviers de motivation ... et de valorisation



Le label EcoJardin, une manière de gérer les espaces verts


Lors de mon passage au Salon des Maires et des Collectivités hier, j'ai pu profiter d'une conférence organisée par Plante & Cité.

La conférence était intitulée "La gestion écologique de nos espaces verts grâce à EcoJardin".

A cette occasion, plusieurs intervenants ont pu exprimer clairement, en tant qu'ambassadeurs, les aspects positifs d'une telle démarche.

Notamment Natureparif, l'organisme parisien chargé de promouvoir la biodiversité en Ile-de-France, était présent.

Ce fut l'occasion d'écouter son fonctionnement, organisé selon une gouvernance tripartiteEn effet, la démarche labellisée est assurée par trois types d'acteurs.

Plante & Cité, en tant que gestionnaire du référentiel, Natureparif, en porteur du projet de labellisation pour 3 ans et des cabinets privés, chargés d'auditer les sites.

Des aspects intéressants ont pu ressortir de là.

D'une part, le prix relativement faible. En effet, celui-ci ne coûte que 675 € TTC / site audité, facturé directement par l'auditeur externe.

D'autre part, les aspects non négligeables que peuvent apporter une telle démarche, que ce soient pour les collectivités gestionnaires de sites que pour les entreprises d'espaces verts, pouvant être amenés à gérer ou tout partie de ces espaces. 

Ces aspects furent notamment présentés par la Ville de Metz et son fameux parc de la Seille mais également par la Ville de Versailles, représentée par Magali Ordas, adjointe à l'environnement et Cathy Biass-Morin, directrice des Services Espaces Verts.

En voici les principaux selon moi.

C'est tout d'abord la possibilité d'accompagner le Changement, aussi bien en dans le fonctionnement interne, pour les services techniques et les élus, qu'en externe, vis-à-vis des possibles entreprises d'espaces verts, des fournisseurs et surtout, des habitants.

Accompagner le Changement par une sensibilisation opérationnelle et quotidienne, mais également par la possibilité de mettre en place une démarche Qualité, structurant ainsi les méthodes de travail et permettant ainsi d'assurer la gestion durable des espaces verts. 
Par ce biais, on peut ainsi tendre vers la culture de l'écrit, en transmettant les informations, les expériences aux intervenants.

Ensuite, c'est l'occasion de développer de manière importante le travail collaboratif

Pourquoi ?

Parce que les équipes sont ainsi amenées à participer pleinement aux objectifs et cibles, à réfléchir aux pistes d'innovation et d'amélioration potentielles mais également en demandant de rendre compte de leur efficacité.

Et ce décloisonnement des responsabilités, laissant une part de créativité à chacun, va permettre de favoriser l'émulation collective, la valorisation des éléments moteurs mais également de construire une image nouvelle et ambitieuse des équipes.

Une ambition forte de renouveau, de remise en question constante et de possibilité de valoriser le travail fourni qui peut-être intéressant pour l'ensemble des acteurs du Paysage.



Un moyen fort intéressant de différenciation territoriale et d'optimisation de ses processus, qui peuvent être peu négligeables par ces temps moroses.

Pour les personnes intéressées, voici le lien web de description de la démarche de labélisation.

Si vous souhaitez également connaitre l'interlocuteur pour vous présenter les principes écologiques, n'hésitez pas, demandez nous !

jeudi 22 novembre 2012

Se différencier dans la durée


Se différencier dans la durée ...

L'évolution du iMac, un archétype qui date ...


Lourde tâche qui incombe à toute entreprise de développer des concepts de services qui permettront, d'une manière ou une autre, de construire le fossé de la différenciation.

Et celui-ci ne se fait pas sans investissements, qu'ils soient humains, financiers ou en créativité.

Je pouvais lire dernièrement, dans un blog consacré au design, la manière dont Apple avait pu construire, selon l'auteur, son process de développement.

En effet, cette firme que tout le monde connait a développé une démarche qui repose sur des étapes itératives, qui sont une constante pour l'ensemble des entrants de produits sur un nouveau marché.

1/ Créer un produit archétype qui pourra être modifié ou redéfini ultérieurement.

2/ Améliorer tout au long de la vie du produit la technologie et les procédés de fabrication.

3/ "Traire" le produit le plus longtemps possible. 

Un résumé fort intéressant vous ne trouvez pas ?

Cette démarche peut en effet aussi bien être employée pour construire un nouvelle activité dans votre Organisation que celle consistant à employer cette approche dans le cadre de votre "métier" actuel. 

Et oui !
Que vous soyez une agence de créatifs dont les compétences sont liées à l'architecture, l'urbanisme, le paysage ou le design produit aussi bien qu'entrepreneur en espaces verts, travaux publics, la démarche peut être reprise.

Car ce qui compte, c'est de créer une identité, un modèle économique, qui corresponde aux besoins de vos Clients. Besoins actuels comme futurs bien entendu.

Pour cela, deux manières d'agir.

+ Développer une attitude basée sur le Creative management cherchant à optimiser, canaliser la créativité permanente qu'offre votre métier.

ou ...

+ Construire une cadre créatif et innovant selon les axes du Design management en assouplissant les règles de votre structure organisationnelle, en donnant une certaine liberté de regards à votre personnel et en développant une image de vous basée sur l'innovation.

Dans un cas, il vous faudra canaliser cette créativité pour homogénéiser votre activité, dans l'autre, il sera bon de placer celle-ci à toutes les niveaux de votre Organisation de manière à construire un autre modèle de management.

mercredi 21 novembre 2012

Gagner en souplesse pour devenir leader !



" Jouer l’innovation et la qualité, l’esprit d’entreprise et la prise du risque, rompre les barrières et travailler ensemble, mettre en valeur les compétences et (re)donner le goût du progrès technique, ouvrir de nouveaux espaces de dialogue et stimuler l’intelligence collective. Il y a là tous les ingrédients pour mobiliser les forces vives du pays et, en particulier, la jeunesse.
C’est de là que viendra la confiance, l’optimisme et donc le succès."
Extrait du Rapport Gallois pour la Compétitivité de l'Industrie française
Un extrait du Rapport Gallois pour la compétitivité française qui prend tout son sens lorsque l'on observe la vie quotidienne de nos entreprises.
Innover, entreprendre et maîtriser les risques, optimiser une certaine qualité ... tout ceci sont les besoins primordiaux que toute entreprise, cherchant à se différencier, devra assurer.
Une ambition totalement réaliste et approchante de celle dans laquelle l'Agence des Solutions créatives Prima Terra se place pour accompagner les Organisations par le Creative management. Une approche nouvelle, prenant ses origines dans le Design et la démarche participative.
Mais cela peut-être difficile culturellement au démarrage, comme peut l'illustrer ce dessin fort explicite ...

Une façon humoristique de décrire ainsi le fait que le dirigeant doit être prêt à modifier sa perception du management, de sa culture de l'organisation hiérarchique, de sa façon de construire et mettre en oeuvre des idées de développement ...
L'ère est à l'innovation, à l'intrapreneuriat, à l'innovation collective et à la souplesse organisationnelle. Ceux qui en seront encore à parier sur l'organisation pyramidale et  ses postes monofonctionnels risque d'être déçus !

jeudi 15 novembre 2012

Fournir une expérience unique au Client




Étonner, surprendre et enrichir l'expérience du Client, qu'il soit l'utilisateur ou le décisionnaire.

Voici quelques mots clés que vous devez toujours avoir à l'esprit lorsque vous construisez, excusez-moi de l'anglicisme, l'identité coorporate de votre Organisation.

Pourquoi ?

Parce que vous devez toujours avoir conscience que votre Client est unique, contrairement à vos concurrents, très ... nombreux. 

Le simple fait de créer une surprise prouvera donc déjà que celui-ci ne s'attendait pas à ce que vous fassiez une proposition ambitieuse, originale, en un mot, créative.

Pour cela, vous devez avoir à l'esprit que toute relation avec le Client se doit d'avoir le même fil rouge que l'expérience que vous avez lui fournir au cours de la prestation de services, ou que celle que vous avez lui offrir au moment ultime de l'utilisation de vos services.

Parce qu'il n'y a pas que le prix !

Comme j'ai pu l'illustrer ici par un imprim'écran du site d'Apple, apprenez à vous détacher du prix. Celui-ci est loin d'être le seul facteur de différenciation. La meilleure preuve n'est-elle pas Apple et son Iphone, ses Ipad ?

Bien sûr, si vous êtes simplement une copie conforme de votre concurrent ...


Le fil rouge

Celui-ci se doit d'être uniforme tout au long de la relation que vous allez avoir avec votre Client, c'est lui qui vous caractérise, vous définit, vous identifie.

La créativité canalisée doit permettre cela, fournir une expérience unique à votre Client tout en permettant à votre structure d'optimiser durablement la création de valeur. Et ceci quelque soit l'unité de valeur.

lundi 12 novembre 2012

Pourquoi du Conseil avec Prima Terra l'Agence ?





Au début, un constat

Parce que les Organisations de l'Aménagement des territoires ont besoin d'interlocuteurs uniques pour orchestrer efficacement leurs projets, 

parce que les prestataires de services sont généralement nombreux pour répondre à ces attentes, la multiplication des interlocuteurs engendrant des surcoûts évidents et des défaillances d'organisation inévitables, 

nous avons voulu répondre à vos besoins.

De là est née PRIMA TERRA l'Agence®
votre unique interlocuteur pour construire avec vous l'identité, les stratégies et l'organisation qui correspondra à votre projet, l'ensemble étant alors valorisé par une communication ciblée, tout naturellement.


De l'exploration d'idées à la concrétisation

Pour vous, nous développons ensemble les idées qui vous ressemblent pour construire ainsi vos projets de demain.



SE PROJETER

Parce que ... vous vous devez d'élaborer et de suivre le fil rouge qui vous permettra d'accomplir et de réussir votre projet, sous toutes ses coutures.


ETRE & DEVENIR

Parce que ... le reflet de votre organisation doit répondre le plus justement à votre projet, nous composons pour et avec vous l'identité qui colle, tout simplement.


PENSER, CRÉER

Parce que ... votre métier, votre projet est votre credo, parce notre démarche co-créative est notre credo, parce que nos solutions créatives seront les réponses à vos attentes.


COORDONNER


Parce que ... vous ne devez rien laisser au hasard, nous composons une équipe adaptée à vos besoins. Nous sommes l'interlocuteur unique qui optimise votre temps tout en orchestrant tout du long le processus créatif qui vous rendra différent du voisin.


OPTIMISER

Parce que ... votre organisation se doit de répondre au plus près aux attentes de vos projets, nous assurons en interne l'intégration de nos solutions créatives, performantes ... et efficientes.


VALORISER & COMMUNIQUER

Faire savoir votre savoir-faire, quelle meilleure ambition pour parachever votre projet ?



Articles les plus consultés