Affichage des articles dont le libellé est Révolution Sensible. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Révolution Sensible. Afficher tous les articles

vendredi 6 septembre 2019

[manifeste] Vers une Révolution Sensible, février 2015

Manifeste rédigé par Alexis Durand Jeanson puis amendé et signé par le collectif de la Révolution Sensible en février 2015

La RÉVOLUTION SENSIBLE est vue comme
un dispositif-manifeste d'intervention territoriale devant être souple, fluide et pollinisateur,
ayant pour but, tel le papillon fructifiant et disséminant le pollen de la belle prairie aux essences variées,
de générer de la coopération autour de la Matière dont celle que l’on classe de “Déchet”,
par l’hybridation des univers des Arts, des Sciences et des Lettres,
pour tenter de répondre à des préoccupations sociétales contemporaines.
Toute personne peut ainsi se proclamer acteur de notre manifeste, en tant que citoyen, qu’il soit entrepreneur, élu de la communauté, jardinier de vie, artiste - créateur, constructeur, en recherche de travail … cherchant à porter la voix des créateurs de poésie sur leur territoire.
Le Créateur, qu'il soit poète, plasticien, designer… a le droit d'exister et de dire haut et fort que la Création, qui questionne le Sens, modèle la Matière, qui fait vibrer le cœur et les sensations de celui qui regarde l'Oeuvre doit être entendue, observée, respectée pour son rôle essentiel.
Face aux envies de changement qui infusent la société et que nous ressentons, NOUS PROCLAMONS LE TEMPS DE :
1/ OUVRIR le champ des possibles, donnant la parole à tous, cultivant l’ouverture et la diversité créative, offrant la possibilité à tout acteur* de porter les valeurs de la Révolution Sensible, employant cette bannière pour Faire.
2/ APPLIQUER l’Acte de création à l’ensemble de l'économie, dans une approche symbiotique**.
3/ ÉVEILLER à l’empathie, nourrissant une posture exigeante et inventive qu’il nous faut poursuivre, s’appuyant sur nos nobles convictions de partage et d'exemplarité.
4/ CULTIVER le détournement et l’éthique de l’artiste-chercheur, questionnant sans cesse la culture en place, recherchant la beauté du geste, à la quête de sens, ne méprisant pas la matière.
5/ IRRIGUER nos territoires de lieux de création plurielle, propices au ressourcement et à l’espoir, s’appuyant sur leurs histoires, révélant des besoins communs pour tenter d’y répondre ensuite collectivement.
6/ PARTICIPER à un Avenir commun, cherchant l’équilibre entre ses propres intérêts, les biens communs et ceux du public.

** Par la symbiose, nous souhaitons porter et défendre sous le principe d'Economie Circulaire Créative les sens premiers des notions d’économie vertueuse et de l'esprit d'une Création exigeante et multiple, qui ne se travestit pas mais se respecte, cherche du Sens. Celle-ci, inspirée de la Vie, se donne pour ambition de construire des relations harmonieuses entre les différents champs de l’économie (de la fonctionnalité, circulaire, culturelle, sociale et solidaire…), irriguée par des flux (matières et données), le tout relié par des actions collectives locales, forgeant un avenir commun, reconnaissant le principe de communauté d’espoir et de destin.
Pour cela, NOUS CHOISISSONS D'AGIR à travers 4 axes directeurs (base de notre feuille de route pour 2015-2020) :
- Recenser les pratiques contemporaines d'arts appliqués et les modèles socio-économiques associés pour Sensibiliser aux logiques co-créatives et les favoriser,
- Rapprocher des acteurs autour d’événements, de temps collectifs, propres à éveiller les sens, les partages et les émotions.
- Animer des projets de Recherche et Développement en y associant des chercheurs, encourageant ainsi les synergies entre univers culturels (exemple : Arts et Industries).
- Favoriser les lieux partagés pour Créer, associant en leur sein la Matière, le Sens, la Création et l'Eveil des publics, en fabriquant de véritables “communautés patrimoniales locales” (au sens de la Convention Européenne FARO).

A Tilières, le samedi 7 février 2015,
pour l'Assemblée Générale de
Le Carré Bouge, laboratoire d'arts appliqués interrégionale,
porteuse non officielle :) des voix de la Révolution Sensible en Pays-de-la-Loire et en Poitou-Charentes

vendredi 8 décembre 2017

[ La Longue-Vue n°2 ] L'hiver est là !


LA LONGUE-VUE, c'est la lettre des actualités de l'écosystème Prima Terra (ses marques, ses projets, ses lieux, ses amis...) à destination de tous ceux qui s'intéressent à "la coopération comme outil stratégique pour le développement".

Tous les trimestres voire plus fréquemment, elle reprend les actualités, les articles de fond, des événements passés qui ont marqué le mouvement des idées liées à la coopération.


UN MOT

Maîtrise d'usage
La Maîtrise d'usage a pour objectif de "placer les habitants au cœur du processus d'appropriation des enjeux de l'habité", ceci dans l'optique d'une plus grande résilience des espaces, d'une meilleure définition et compréhension de leurs attentes, de la reconnaissance du statut "expert" des usagers ou encore de la valorisation des projets de coopération.

DES IDÉES

Assistance à Maîtrise d'Usage
Nous avons observé que le monde du Bâtiment, et plus généralement de l'Habitat, connaissait aujourd'hui de profondes mutations, liées à de nouvelles attentes et contraintes sociétales. Une nouvelle mission apparaît : l'Assistance à Maîtrise d'Usage, ou AMU, temps méthodologique itératif offrant les moyens à la Ville de se ré-inventer, se dessiner, se pratiquer et s'habiter simultanément.

Ci-dessous, notre représentation de l'écosystème économique de l'AMU au travers des quatre temps de la ville : l'AMU pour le Bâtiment, l'AMU pour le collectif d’habitants, l'AMU pour la communauté de vie et l'AMU pour le territoire.




Et notre article sur le sujet:
> + d'informations ici !

Dans le cadre du lancement du réseau de l'AMU en Occitanie, dont voici le site web dédié aux acteurs professionnels locaux, initié par PRIMA TERRA, Mathilde Cota sera au forum des énergies ÉnerGaïa à Montpellier, le 13 & 14 décembre prochain.
> + d'informations ici !



DES MOMENTS PARTAGÉS

Le dispositif expérimental "Come'In" de Santé publique étudiante, accompagné par Prima Terra à l'Université de Poitiers, poursuit sa métamorphose en une innovation sociale et territoriale. Un "Choeur des étudiants" a notamment vu le jour, animé par le chef de choeur et d'orchestre Hugues Reiner. Une vidéo interview est notamment visualisable sur la chaîne YouTube de Prima Terra.


Ce projet est financé par l'Agence Nationale de la Recherche. Un projet de recherche méta est ainsi également en amorçage, en complément de l'accompagnement opérationnel, les deux co-animés par Prima Terra.
> + d'informations ici !


Alexis Durand Jeanson a analysé, conceptualisé et partagé l'interview de Monsieur Merriaux, ancien directeur général du Réseau CANOPE - établissement public dédié à la conception et l'accompagnement pédagogique en France, sur la question des "Ateliers CANOPE", faisant référence aux learning centers, aux ideas centers, etc. 

Ainsi, le lien évident entre les "tiers-lieux" et les "lieux d'apprenance" a été démontré, permettant de partager avec les participants des formations "Créativité", "Innovation Cadres" et "Innovation Atelier" les concepts "d'innovation et de design pédagogique" explorés depuis plusieurs années par Prima Terra.
> + d'informations ici !



La Chaire d'Économie Collaborative de l'IPAG Business School/ EXTECO a pour objectif de constituer un laboratoire vivant autour de l’habitat (Living Lab), regroupant entreprises, écoles et universités pluridisciplinaires, acteurs publics, privés, associations, individus afin de tester et de développer services, produits, outils ou nouveaux usages, notamment autour de l’habitat collaboratif. Une conférence et des ateliers de travail ont été co-animés avec Prima Terra le 21 octobre à Paris, pour réfléchir ensemble à ce qu’est l’économie collaborative appliquée à nos territoires.


L'IFRÉE et la DREAL ont organisé un Médiathon sur l'appropriation des énergies renouvelables. Cet événement a été co-animé avec Prima Terra. L'objectif était d'élaborer des projets concrets, d’outils, méthodes et actions en équipes pluridisciplinaires sur 2 jours, le 13 et 14 novembre dernier. De belles idées ont émergé !

EIEDD (Éducation interculturelle à l’environnement et au développement durable), le projet de recherche coopérative France-Québec auquel nous participons avec l'équipe de chercheurs universitaires, a démarré en France avec la participation de 2 lycées. Des questionnaires sont remis ce mois-ci aux élèves. Ils vont établir les premiers constats des rapports aux savoirs scientifiques et aux territoires (liés à la Seine et au Saint-Laurent) et de l'engagement écocitoyen des jeunes.



À VENIR

Du 8 au 10 décembre prochain, l'équipe sera présente au salon de la création et des Métiers d'art à Nantes pour l'animation de l'espace Pro[j]art, un village éphémère pour expérimenter les Métiers d’Art de demain, aux côtés des créateurs de la Révolution Sensible, un mouvement d'art citoyen pour réinventer l'art de faire ensemble.
> + d'informations ici !
En janvier, Babelcoop lancera avec Prima Terra, sa plateforme web pour inventer les lieux de vie de demain dans les friches et patrimoines d'aujourd'hui.
> + d'informations ici !




Fin février, des étudiants de Nantes publieront leur rapport en gestion sur les Modèles Économiques de l'Économie Circulaire Créative.
Ils ont étudié toute la filière à travers deux études de cas : Stations Services pour l'approvisionnement et le Carré Bouge, association co-créatrice de Révolution Sensible, pour la création. Leur rapport contiendra des propositions pour renforcer la chaîne de valeur de ce secteur.


Ce travail résulte d'un partenariat entre Capacités, la structure de transfert de technologie de la faculté de Nantes et d'un master de l'IAE, dans lequel des étudiants, en projet tutoré avec le chercheur Jean-Claude Boldrini, travaillent sur les modèles économiques de l'économie circulaire créative, un concept développé par la Révolution Sensible.
> + d'informations ici ! 

Au plaisir de partager des moments ensemble,
À très bientôt !

vendredi 21 avril 2017

Notre dispositif Révolution Sensible est citée par la Fonda, le "think tank des associations"


Bonjour à toutes et tous,

j'ai le plaisir de vous annoncer la sortie d'un article sur l'innovation sociale, réalisé par La Fonda, le club national de réflexions pour les associations, avec le bel exemple de "Révolution Sensible" parmi trente autres initiatives exemplaires.

Pour rappel, la "Révolution Sensible" est un dispositif et une plateforme web collaborative lancés en 2014 par Prima Terra pour favoriser des alliances entre les acteurs de l'économie circulaire (des secteurs du recyclage des friches, des déchets, des industries du bois, du métal...) et les acteurs de l'économie créative (des secteurs des arts appliqués comme l'architecture, le design, l'artisanat d'art...) et les outiller en solutions et outils pour construire leurs projets coopératifs et d'innovation sociale.

Voici les liens :
- Article sur la Révolution Sensible http://www.fonda.asso.fr/Pour-une-economie-circulaire.html

Une mention spéciale pour Jérémie Koempgen, cité spécifiquement dans l'article en tant qu'architecte sensible à la coopération et à l'innovation sociale. Bravo à lui !

Je vous conseille d'employer ces publications pour présenter à vos partenaires, élus et publics le travail que vous développez au quotidien en faveur de l'économie circulaire créative et de la coopération territoriale.

A très bientôt !

Alexis 
pour Prima Terra

ps : je vous invite à découvrir, vous inscrire et diffuser l'événement majeur de ce semestre pour l'économie circulaire créative, l'Université des tiers lieux de créations, qui aura lieu en mai près d'Angers.

mardi 29 novembre 2016

[SAVE THE DATE] L'Université d'été sera en Pays-de-la-Loire en 2017 !


Suite au succès de l'Université d'été 2016 à Angoulême (avec une promotion de 20 auditeurs !), sponsorisée par l'Association des entrepreneurs du Salon de l'Habitat de la Charente, nous vous proposons la prochaine éditions à Angers, en Pays-de-la-Loire, pour 2017 !



Au programme :

un défi commun, "inventer les nouveaux lieux de création.s", forcément collectifs et partagés, dans la mouvance des tiers-lieux, espaces hybrides, fablab, coworking, corpoworking, cohabitat ...

en mode atelier, pendant 3 jours d'immersion, du 15 au 17 mai 2017,

pour s'initier, partager et expérimenter une méthodologie unique, associant étroitement design, coopération et engagement sociétal, diffusée depuis 2014 par le mouvement Révolution Sensible,

avec de nombreux impacts positifs pour votre projet et votre territoire :

+ de visibilité, en rejoignant un réseau qui communique sur votre engagement
+ de projets, en rencontrant des acteurs qui font autrement
+ d'outils et méthodes pour faire mieux, à plusieurs, de façon efficiented'optimisation des coûts, en mutualisant à travers des actions et des lieux collectifs ...

Pour tout cela, nous vous invitons à partager, vous inscrire et partager cet événement clé de 2017 !


>>> Informez-vous et inscrivez-vous à l'Université d'été 2017 ici : 

Pour les collectivités, lieux et entreprises innovants, c'est la possibilité de faire connaître vos initiatives, contactez-nous ! 
Mathilde Elie est votre interlocutrice privilégiée : mathilde.elie@prima-terra.fr

jeudi 18 février 2016

[territoires en devenir] Lorsque certaines collectivités offrent leurs villages abandonnés contre "de la vie digitalo-artistique"


N'avez-vous jamais pensé, en passant devant des bâtisses abandonnées ou à travers des villages en ruine, que cela était bien dommage, que nous aurions pu en faire quelque chose ?

Certaines collectivités d'Espagne ont pris ce parti.

Ainsi, selon l'Institut National de Statistiques d'Espagne, ont compte près de 3 000 villages abandonnés à vendre. Le gouvernement de Galice, depuis 2013, propose donc de céder gratuitement des villages médiévaux en ruine à condition de redynamiser les lieux.

Des projets de "village communautaire", voire même de "communauté intentionnelle" comme l'exprime les Québécois, naissent ainsi de plus en plus.

Une communauté intentionnelle, selon le chercheur Thimothy Miller se définit de la façon suivante.


"Une communauté intentionnelle se compose, à minima, de 5 membres, possédant un objet commun, se plaçant, pour l'atteindre, aux marges de la société.
Ils savent sacrifier leurs intérêts propres au profit du collectif, vivent ensemble dans un lieu donné (soit dans des locaux partagés soit dans des maisons séparées mais rassemblées sur une même propriété), possèdent un sens affirmé des relations sociales et pratiquent le partage économique selon des modalités qui peuvent aller de l'allocation partielle à la mise en commun totale des biens des uns et des autres."

Un projet associant arts et numérique

L'exemple du projet de l'Artist Media Agency, une agence d'ingénierie culturelle et management de marque installée à Londres, est illustratif.
Il se nomme "Finding Aldea" et consiste à racheter un village abandonné en Espagne pour le rénover et le transformer en un espace de travail commun et permanent, occupé par 150 artistes, développeurs et scientifiques indépendants.




Le coworking, un marché en progression

Aaron Perlmutter, ingénieur data de 27 ans et l'un des 4 dirigeants de l'agence l'explique ainsi :
"Il y a aujourd'hui énormément de freelancers et un gros marché de location d'espace de travail partagé. Nous pourrions être un exemple d'un co-working exotique de niche."
L'idée est d'organiser cet "espace hybride" sur le modèle d'un collectif artistique, mais associant non pas uniquement des artistes mais aussi des ingénieurs et chercheurs en informatique.

L'agence recherche donc 150 volontaires pour peupler son village de coworking...
Voici la vidéo du projet.




D'un point de vue économique, le village sera ouvert à des indépendants de passage de façon ponctuelle, quelques semaines mais vivra surtout grâce à la cohabitation permanente des 150 pionniers...

Voir le site du projet et un article présentant le projet sur le blog de cette agence.

Une aubaine pour le territoire d'accueil et les parties prenantes

- Une aubaine pour les deux mairies locales potentiellement intéressées, qui peuvent y voir un intérêt à repeupler leurs territoires, générer de l'emploi localisé, revitaliser du bâti existant et constituer ainsi une nouvelle perspective de développement (local ?).

- Une aubaine également pour l'agence de Londres, qui achète ainsi un bien pour une modique somme, se constituant ainsi un actif matériel (le bâti) mais surtout immatériel, à travers "l'effet carte postale" de la situation géographique, le pôle d'innovation ainsi généré et un lieu d'expérimentations et d'observation des usages, que l'on dénomme "living lab", en mettant en "conditions créatives" un collectif de 150 personnes n'ayant pour "seul divertissement" que de créer des nouveautés. 
Nous pouvons également supposer que la collectivité leur fournira des conditions avantageuses d'un point de vue fiscal, lors de "la négociation du terrain".

- Enfin, une aubaine pour les indépendants, qui bénéficieront sans doute de conditions de vie agréables, ensoleillées et peu coûteuses, d'un lieu de travail "agréable et communautaire" ainsi que d'un lieu équipé pour "le travail et les loisirs créatifs" ... car tout autre lieu de loisirs sera sans doute loin, dans cette campagne dépeuplée.

Une nouvelle génération de phalanstère en somme ... où l'équilibre des relations et pouvoirs reste à inventer.

A quand des dynamiques similaires en France ?

Si vous en connaissez, contactez-nous et contribuez ainsi à "l'Obsidienne, l'observatoire des espaces hybrides et autres tiers lieux".

Vous souhaitez vous-même lancer une nouvelle manufacture ? Vous pouvez vous appuyer sur la dynamique Révolution Sensible associant le monde des arts, les enjeux de matières et de savoirs et les lieux de créativité collective.


Pour en savoir plus, voici l'article source, d'INfluencia.