Affichage des articles dont le libellé est Patrimoine. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Patrimoine. Afficher tous les articles

jeudi 8 mai 2014

Réussir votre projet par la Pensée Design et la Facilitation de projets


LE MONDE BOUGE

Le monde bouge, devient de plus en plus complexe et interconnecté.
Les Organisations, publiques comme privées, vivent des mutations permanentes, dignes des précédents Révolutions Industrielles. Les Porteurs de projets ne savent plus vers qui se tourner, ils se sentent seuls, plus que jamais...

Il faut donc innover pour mieux se réinventer, pour survivre ou se métamorphoser.

FACILITER LA VIE DES PROJETS

Pour cela, nous leur facilitons la tâche par une approche humaine et transversale, la Facilitation de projets. Celle-ci, insuffler dans les projets, va provoquer différentes formes d'innovations.

Pour qu'elle fonctionne, il va falloir l'employer en composant avec 2 ingrédients.

- Un mode de pensée, la Pensée Design ou Design Thinking 
- Et un processus itératif, le Creative Management.

©© Creative Commons (pas d'utilisation commerciale) Prima Terra l'Agence 2014.

L'innovation émotionnelle et sociale (marketing, valeurs, relations sociales, gouvernance), l'innovation fonctionnelle, associant désirabilité sociétale et faisabilité technologique, le management de l'innovation et son processus organisationnel, composant avec la viabilité économique et la faisabilité technique. 
La dernière, l'innovation par l'expérience, au croisement des autres formes, est celle de l'expérience d'utilisation, à partir des usages par les usagers eux-même.

La Pensée Design, cocktail de créativité, de curiosité, de sciences participatives, s'attache à cela, positionner le porteur de projet, l'utilisateur au cœur de l'innovation pour produire l'avenir.

Nous composons avec de manière décloisonnée, de façon à les hybrider sans cesse, afin d'innover, d'interconnecter et de valoriser les idées, les trésors cachés de nos territoires.


©© Creative Commons (pas d'utilisation commerciale) Prima Terra l'Agence 2014.

Pour les Collectivités, nous l'avons interprétée dans une logique de territoire et de valorisation des ressources territoriales, les Patrimoines, avec notre approche du Design territorial.

Pour les Porteurs de projets (créateurs d'entreprises, d'associations ou particuliers ayant un projet) et les Organisations privées et du Tiers-Secteur (Economie Sociale et Solidaire), nous avons développé une méthodologie éprouvée, la Facilitation de projets.

DES OUTILS VARIES

Afin de produire au mieux ses services, nous développons des outils personnalisés performants, ludiques et fluides qui favorisent l'innovation décloisonnée et la réussite de vos projets. On peut notamment citer :

- Des Concours et Appels à proposition ouverts, afin de produire de l'idée et des projets collaboratifs, générée par la société civile ou des publics plus ciblés.

- Des Tables rondes : ateliers créatifs avec des scénarios, des jeux de rôles et des fiches.

- Le Serious Games "Ressources Créatives", pour produire des idées individuelles et collectives de valorisation des ressources patrimoniales d'un territoire.

- Des réseaux d'intelligence collective et de rencontres, ouvertes et privées, comme le réseau citoyen Terres Créatives (dans les Charentes : Charentes Terres Créatives), pour rencontrer, échanger, réseauter et brasser de l'idée.

- Des logiques d'hybridation des projets : depuis la fabrication collective et public-privée du projet jusqu'au financement et ses partenariats, eux-même croisés.

et bien d'autres outils au service de vos projets !

jeudi 23 janvier 2014

Les Français, l'Environnement et les pratiques collaboratives [Bilan ADEME 2013]


Une lecture de la dernière publication "L'ADEME & VOUS - Stratégies & Etudes" de l'ADEME, laisse ressortir des informations importantes sur les pratiques françaises 

en termes de pratiques collaboratives ...
© "ADEME & Vous", janvier 2014.

On peut alors se rendre compte des facteurs de pratiques collaboratives, aux motivations individuelles affirmées, comme participer à des achats groupés, à celles, coopératives, où les motivations collectives sont primordiales.

Louer ses biens à d'autres particuliers, mais aussi participer à une autre mobilité ou adhérer à une AMAP sont des projets collectifs, nécessitant un travail de mise en commun d'idées, d'envies et de ressources.

On peut également souligner les verbes d'action voisinant avec les pratiques collaboratives.
Acheter ou redistribuer sont des postures individuelles, là où se déplacer et s'alimenter sont des pratiques répondant davantage d'un système, d'une chaîne de valeur, d'un corps collectif.


mais aussi en termes de renoncement à la poursuite de projets ...


© "ADEME & Vous", janvier 2014.

On peut alors lire l'importance des fonds et de la recherche de ces derniers, laissant de côté la possibilité d'emprunter ou le temps à consacrer au projet mais également l'apparition d'un événement d'ordre personnel.

La question situationnelle des porteurs de projets, leur situation personnelle et les ressources à disposition ou pouvant l'être par des biais indirects semblent être d'une importance primordiale.

C'est pourquoi nous développons, avec PRIMA TERRA l'Agence, un service de facilitation de projets intégrant la prise de recul sur le parcours de vie du porteur de projet, l'ouverture culturelle sur des formes et attitudes nouvelles pour le développer ou encore la recherche de fonds, publics, privés et alternatifs.


ou, l'importance des problématiques situationnelles des Français,



© "ADEME & Vous", janvier 2014.

Nous pouvons alors observer, avec ce graphique, la montée en puissance de l'importance, aux yeux des Français, des problématiques de chômage, des retraites, de l'immigration et de la lutte contre le terrorisme.

Dans des périodes d'incertitudes comme celle que nous vivons actuellement, le développement de projets coopératifs et innovants sur les territoires semblent un axe majeur à mettre en place.

Construire des systèmes de mise en relation entre porteurs de projets et le grand public, produire du lien social par la Culture ou l'Economie collaborative ou encore fabriquer des lieux de convergence territoriale, des tiers-lieux, comme les "Café Repaire", les "Ressourceries" ou les "Espaces de coworking" semblent être une priorité pour remédier aux pertes de repères des populations.

C'est pour cela que PRIMA TERRA l'Agence développe, avec des acteurs locaux et nationaux, des projets transversaux favorisant les mises en relation, l'émergence et la valorisation de projets culturels, innovants et créatifs. C'est le cas notamment de Charentes, terres créatives.


et enfin, les problèmes environnementaux.


© "ADEME & Vous", janvier 2014.

C'est alors que l'on s'aperçoit des thèmes environnementaux les plus préoccupants aux yeux des Français interrogés. La pollution de l'eau  et de l'air arrivent en tête puis l'effet de serre et le réchauffement climatique avec la dégradation de la faune et de la flore.

La dégradation des paysages, conséquences des premières notamment mais aussi de l'expansion urbaine et de la prise en compte partielle de ces derniers dans l'aménagement des territoires, est par contre bien plus loin dans les résultats.

C'est pour cela que PRIMA TERRA l'Agence a construit une expertise transversale dans la facilitation de projets associant des thématiques variées pour la pleine réussite de ces derniers.

Ainsi, le développement d'un projet lié à la valorisation du patrimoine fluviale et à sa culture (moulin, chemin de halage, etc.) va permettre de favoriser une prise de problématiques comme l'eau, bien sûr, mais aussi l'air, la faune et la flore, le bruit ou les paysages, richesses portées par les cours d'eau.

N'hésitez donc pas à nous contacter !






vendredi 3 janvier 2014

Un Jardin des sculptures en Normandie


Il y a de cela plusieurs années, j'ai réalisé un stage sur les paysages et les arts avec Jean-Marc de Pas, artiste et paysagiste, dans les Jardins du Château de Bois-Guilbert (76750).

A l'époque, quelques ateliers de groupes étaient organisés, Jean-Marc, le propriétaire et artiste-paysagiste, plantait encore beaucoup de plants d'arbres récoltés dans la forêt voisine avec l'aide de stagiaires, comme moi à l'époque, Stéphanie, sa compagne, développait la communication du projet de façon encore timide ...




Des années sont passées depuis ce stage, où le parc de sculptures venait à peine d'être labellisé "Jardin Remarquable" ...

Depuis, celui-ci est devenu un parc à multiples activités autour des sculptures et des paysages, valorisant les patrimoines présents en place depuis de nombreuses générations.

 Animations et ateliers artistiques, restauration du patrimoine bâti, visite grand public et de groupes des jardins, séminaires, réceptions et événementiels, stages et formations, galerie d'art ...

Une belle évolution pour ce lieu magnifique où des paysages enchanteurs côtoient des pépites artistiques, une chaleur humaine et un transmission des savoir-faire.

Je vous invite à vous y rendre.

Les Jardins de Bois-Guilbert,
Château de Bois-Guilbert
76750 Bois-Guilbert

Téléphone : 02 35 34 86 56
E-mail : contact@lejardindessculptures.com

Demander Stéphanie de Pas de notre part.

lundi 30 décembre 2013

Créer une SCIC pour polliniser son environnement et " Faire avec "



© Visuel du programme 2013 de la Friche Belle de Mai

La Friche Belle de Mai à Marseille est un lieu culturel, artistique et tout public atypique.
Construite avec l'ancienne Manufacture de tabacs du quartier de la Belle de Mai, ce lieu est devenu une scène majeure des arts alternatifs et participatifs en région PACA

Son projet politique est particulier, le lieu aussi, son fonctionnement également.

En effet, la structure s'est constituée en SCIC ou Société Coopérative d'Intérêt Collectif en 2007. Une SCIC permet de s'ancrer dans le local tout en pensant dans le global. En effet, une SCIC est une forme coopérative permettant d'intégrer salariés, bénévoles, associés, partenaires et fournisseurs autour d'un projet commun.

A la Belle de Mai, la Ville est ainsi partenaire fondateur au côté d'autres collectivités territoriales (Conseil Régional, Conseil Général) et du Ministère de la Culture et  restent propriétaires des lieux. La SCIC, quant à elle, a signé un bail emphytéotique et s'est vu confier la responsabilité foncière.

Les acteurs du site deviennent ainsi producteurs du développement de leur équipement pour 45 ans.


© Caroline Dutrey


A cela, elle rassemble dans son Conseil d'Administration, les principaux partenaires culturels et artistiques, les usagers et les institutions publiques qui accompagnent le projet.

Le principe même de la Friche Belle de Mai est de " jouer collectif " en étant résolument pluridisciplinaire et multifonctionnelle, perméable aux croisements entre les pratiques, poreuse entre ses espaces dédiées et mutualisés. La Friche se construit comme un lieu de vie et non un simple lieu d'art.


© Projet Quartiers créatifs, Friche Belle de Mai


L'attitude de pollinisateur est de mise ici, cherchant l'esprit de village ou de quartier, reposant sur la capacité à vivre ensemble avec ses différences.


Vous aussi, vous cherchez à construire un projet coopératif et innovant sur les territoires ? Contactez PRIMA TERRA l'Agence, nous saurons vous accompagner dans cette belle aventure humaine et créative.


Plus d'infos ici : http://www.lafriche.org/content/comment-%C3%A7a-marche

dimanche 29 décembre 2013

Articuler les acteurs créatifs et culturels sur un territoire, une attitude gagnante


Le cas de Poitiers, ville créative

© Poitiers Mag, article sur la vie artistique poitevine.



A côté des journées "Créativité et Territoires" organisées par la plateforme nationale du même nom à l'Espace Mendès France, la ville de Poitiers développe une attitude volontariste à l'égard du concept de "ville créative".

Voici une lecture faite dans le magazine "Poitiers Mag" de novembre 2013.
Un article était consacré à "Poitiers, ville créative" avec une infographie d'une partie de la chaîne de valeur des industries créatives et culturelles poitevines.

© Poitiers Mag, infographie sur "former et accompagner les artistes"

Plus d'informations ici : http://magazine.poitiers.fr/poitmag212/poitiersMag212.pdf


Si, comme Poitiers, vous souhaitez valoriser la filière créative et culturelle sur votre territoire, développer des projets fédérateurs en valorisant des patrimoines (comme l'ancienne manufacture de tabacs de la Friche Belle de Mai à Marseille) ou créer un événement mobilisateur autour d'une thématique créative (un concours national, un workshop culturel, un fablab éphémère ...), PRIMA TERRA l'Agence est faite pour vous.

Voici notre site ... www.prima-terra.fr

vendredi 27 décembre 2013

Frich'Angou-lême : incubateur de projets citoyens avec les friches des Charentes


La fabrique créative Frich’Angou-lême s’est créée autour de la culture des friches, à Angoulême et dans les Charentes, pour inventer des univers, de nouveaux imaginaires, des écosystèmes culturels, créatifs et économiques différents.



Prima Terra l'Agence est à l'initiative de ce projet d'incubateur de projets citoyens autour des friches industrielles. 

L'Agence est maintenant chargée de son animation, en partenariat avec le COPA - Via Paysage, programme de Recherche-Action sur l'espace public de l'association nationale des Acteurs de l'Aménagement des territoires, Via Paysage.

mardi 24 décembre 2013

Dessins au bord des affluents de la Charente


Quoi de mieux que de dessiner au bord de l'eau, dans la campagne, pour observer, comprendre et découvrir les beautés de nos pays ?

C'est ce qu'à développer Alexis, à l'occasion d'une sortie estivale avec des adolescents de 17-18 ans en Charente près d'Aigre (16140).

Une occasion unique de dessiner le patrimoine vernaculaire (lavoirs, églises...) mais aussi la beauté végétale environnante.

Ici, des planches réalisées au fusain avec un temps limité (de 3 à 10 minutes).






Ici, une planche réalisée avec des feutres pinceaux en 15 minutes.



Pourquoi ne pas proposer des ateliers de découverte de la Nature et des Patrimoines de la campagne par le dessin et le Paysage ? 

Prima Terra peut se charger de concevoir les parcours, programmer les interventions et les thématiques voire animer ces dernières.

Bonnes fêtes à vous et à bientôt !

mercredi 18 décembre 2013

Retour sur la conférence « Patrimoine immatériel et territoires » à la Caisse des Dépôts


Organisée par la Chaire européenne du management de l’immatériel (Université Paris-Sud), l’Agence du patrimoine immatériel de l’État (APIE) et la Caisse des Dépôts (CDC), la conférence "Patrimoine immatériel et territoires" se déroula le 17 octobre dernier.





Les organisateurs de la conférence


Retour sur les échanges ...

Les actifs immatériels sont de puissants facteurs de compétitivité et de croissance dans les économies modernes. Ce capital intangible est sans doute un atout majeur pour nos territoires pour faire face à une concurrence mondialisée. Les entreprises sont évidemment concernées au premier plan, mais le secteur public est lui aussi riche d’un patrimoine immatériel : savoir-faire, brevets, marques, données, patrimoine culturel, etc.


Contexte : l’émergence des actifs immatériels dans nos systèmes de production et de formation (Ludovic Valadier, Ahmed Bounfour, Jo-Michel Dahan)

Les chercheurs, les grandes institutions internationales, mais aussi les pays émergents accordent une importance accrue à l’étude de l’impact des actifs immatériels sur l’attractivité des territoires. Cet intérêt croissant s’explique notamment par le poids des investissements immatériels dans nos économies, mais aussi par le fait que la concurrence entre entreprises se joue désormais de plus en plus sur des facteurs de compétitivité hors-coût. Les composants immatériels tels que les marques, le design, la réputation, les réseaux, jouent désormais un rôle fondamental.

Ce changement s’accompagne d’une autre évolution majeure, à savoir l’émergence de nouveaux modes de production de l’économie de la connaissance s’appuyant sur des réseaux, ou des communautés donnant lieu à des formes intermédiaires de création de valeur. Ces nouveaux modes d’organisation aboutissent à leur tour à la création d’actifs immatériels nouveaux, produits conjointement par différents acteurs, publics et privés. Ces actifs d’un type nouveau nécessitent une gouvernance appropriée, restant à définir, pour en retirer tout le potentiel pour nos territoires.

Autre bouleversement de grande ampleur, la montée en puissance du numérique, domaine dans lequel la Caisse des Dépôts agit pour le développement des infrastructures et des usages. Pour prendre l’exemple de la formation, c’est un axe majeur utilisé notamment par les établissements d’enseignement supérieur pour renforcer leur visibilité nationale et internationale, et un formidable outil pour optimiser le pilotage et la gestion par l’utilisation des
systèmes d’informations.

Dans les territoires, il est un outil de désenclavement. Il touche aussi le coeur des missions fondamentales de l’université, à savoir l’enseignement. Ces établissements développent de nouvelles stratégies adaptées aux conditions d’accès à la connaissance (e-learning, blended learning, mobile learning, etc.). La production de savoirs sera de plus en plus numérisée et mondialisée, notamment avec les MOOC (Massive Open Online Courses). Le gouvernement a lancé une initiative avec la plate-forme France université Numérique.

Cette action contribue à la visibilité des universités, à leur attractivité et leur compétitivité internationale.

Plus globalement, le secteur public ne peut rester indifférent à ces évolutions. En premier lieu parce qu’il a un rôle à jouer dans l’organisation des réseaux de production de la connaissance grâce à son rôle de tiers de confiance. Mais aussi parce qu’il est détenteur d’un grand nombre d’actifs immatériels. Une gestion optimisée de ces actifs contribue à améliorer l’efficience des
entités publiques. Mais mis à disposition de tiers, ils peuvent aussi renforcer l’attractivité des territoires par un phénomène de fertilisation croisée.


Les paradoxes de l’économie de la connaissance :
l’affirmation des territoires (Ludovic Valadier, Pierre Veltz, Michel Ruffin)

Nous assistons à une hyper polarisation qui s’explique par le développement autour de plateformes communes, mais aussi par un besoin croissant d’interaction entre les différents acteurs qui nécessite une proximité physique pour faciliter les échanges. Une étude de l’université de l’Indiana a calculé les distances géographiques entre les localisations des cosignataires d’articles scientifiques. Il apparaît, de façon paradoxale, qu’à l’ère du numérique, ces distances tendent à diminuer.

Missionnée par le Premier Ministre, la CDC a publié un rapport qui recommande de mettre en place un dispositif de quartiers numériques, s’appuyant sur les territoires pour engager une démarche collective, coordonnée au niveau national, favorisant l’animation, la mise en réseau et le développement des différents écosystèmes numériques locaux. Ces quartiers numériques posent trois questions paradoxales :
  • Paradoxe géographique : hyper-localité, très forte concentration et ubiquité
  •  Paradoxe du temps réel : cycles d’innovation rapide et nécessité du temps long
  •  Paradoxe Darwinien : laisser libre la créativité pour une recherche tout azimut et s’imposer d’être sélectif.


Patrimoine culturel et territoires (Stéphane Martinet, Julien Anfruns, Christian Hottin, Xavier Dectot)

La France a un patrimoine culturel de premier plan avec des marques mondialement connues comme en atteste le projet Louvre à Abu Dhabi, mais aussi la tournée mondiale de la Comédie française. Elle jouit également d’un patrimoine architectural qui a été préservé et entretenu, ayant fait naître une prise de conscience relativement tôt de l’importance de la conservation de cet héritage historique. La France dispose également de nombreux savoir-faire ou traditions, certains ayant été inscrits à la liste du patrimoine culturel immatériel de l’humanité établie par l’UNESCO.

Ce patrimoine immatériel joue un rôle essentiel dans l’attractivité de la France et de ses territoires. D’autres pays dans le monde fondent leur politique de développement économique, ou du moins leur politique d’influence diplomatique, sur le patrimoine culturel comme la Chine, le Qatar ou encore le Brésil.



L’innovation au sein des territoires (Daniel Thomas, Nicolas Carboni, Marianne Faucheux)


Les acteurs publics de la recherche (universités, centres de recherche) contribuent à créer de la valeur dans nos territoires par leur apport en termes de connaissances et d’innovation. Les pôles de compétitivité et les sociétés d’accélération de transfert technologique (SATT) sont des acteurs importants pour diffuser les connaissances produites auprès du tissu économique local.

Mais leur activité même est créatrice de nouveaux actifs immatériels, plus « liquides » que les brevets, tels que la confiance entre partenaires, la qualité des réseaux, l’image de marque d’un territoire, le pouvoir de peser sur la normalisation, etc. Ces actifs produits de manière conjointe entre acteurs publics et privés sont d’un genre nouveau et nécessitent d’être pris en compte par la gouvernance des différentes structures et les évaluations publiques.


Conclusion (Michel Ruffin, Danielle Bourlange)

Les nouveaux modes de collaboration au sein d’un territoire génèrent des actifs immatériels « coconstruits », relativement mal cernés comme l’image de marque et l’effet de réseau. Ce phénomène s’observe d’un point de vue économique avec le développement de partenariats entre entreprises, mais aussi au niveau de l’innovation sociale avec une importance accrue des réseaux associant ou non des acteurs publics.

Ces actifs immatériels développés conjointement, qu’ils soient durs comme les brevets ou plus « soft » comme les réseaux, représentent un atout indéniable pour l’attractivité de nos territoires.

Pour exploiter pleinement le potentiel de ces actifs territoriaux, il faut inventer de nouvelles formes de gouvernance de ce patrimoine. Or, la question de la complémentarité et de la fertilisation croisée entre actifs immatériels publics et privés n’a été jusqu’à aujourd’hui que peu explorée en tant que telle. Il parait donc nécessaire de mieux en appréhender les déterminants et les effets afin de disposer de repères utiles pour identifier, mesurer et piloter. Il y a là un nouveau champ d’investigation pour la recherche avec de nombreuses questions à éclairer.

Avec Pierre Veltz, nous pouvons dire que « là où tout est immatériel, ce qui ne l’est pas reprend d’autant plus de valeur », et contribue à l’affirmation des territoires et renforce la nécessité des lieux physiques de rencontre des acteurs. De cette expertise nouvelle découleront sans doute de nouveaux modèles de gouvernance ou d’évaluation de la performance, dans le cadre d’une économie de la connaissance impliquant à la fois la sphère publique et le secteur marchand.


> Compte-rendu complet des échanges sur demande.


Des informations particulièrement intéressantes pour les collectivités, les entreprises, les établissements de formation, etc. cherchant à valoriser ce qui fait leurs valeurs, leur notoriété, qui peut être l'héritage de patrimoines matériels (bâti, espaces naturels...) et immatériels (histoire des lieux, paysages, le principe de biodiversité...).

Vous cherchez à réfléchir aux moyens pour valoriser, dynamiser ou tout du moins pérenniser les patrimoines en votre possession ou dont vous avez la gestion, PRIMA TERRA l'Agence peut vous accompagner.


dimanche 15 décembre 2013

Visite ludique et valorisation de patrimoines vivants


Au cours du promenade dans les vignes autour de Cognac, nous avons découvert le Jardin de l'Yeuse, à Châteaubernard. Du 19 au 20 octobre était organisé la 2ème édition de la Fête de la Courge dans les jardins du Château de l'Yeuse mais aussi Hôtel et Restaurant.

Des animations avec des ateliers ludiques étaient organisées, un "village des bonnes choses" avec une boutique intégrée mais aussi une visite mystérieuse à l'aide de la carte ci-dessous ...

Une action promotionnelle intéressante pour rassembler des publics variés, faire connaitre le patrimoine en place, créer du lien social sur le territoire et valoriser les savoir-faire locaux.


© Association des Jardins Respectueux 2013


Vous avez vous-même un site avec du patrimoine, un projet en lien avec des Patrimoines matériels (bâti, espaces naturels, objets ...) ou immatériels (savoir-faire, paysage, savoir-faire ...) et vous souhaitez le valoriser ?

N'hésitez plus, Prima Terra l'Agence peut vous permettre d'analyser la stratégie et les actions à mettre en oeuvre, de construire le programme culturel, de rechercher les soutiens (financiers, médiatiques, etc.) et de coordonner le tout. Au service des territoires, des patrimoines et par les innovations croisées.

lundi 14 octobre 2013

Quand le concept de "Ville durable" rencontre celui de "Smart Tourism"


Lorsque le concept de "ville durable" rencontre les TIC, cela créer des innovations au service des usages. L'exemple de l'événement organisé à Nice à la SKEMA, par Télécom Valley, le 10 octobre dernier en est un exemple...

Pour titre, "Smart tourism, TIC et OpenData" où comment l' écotourisme pourrait intégrer des webapps, des données libres, des services intelligents pour faciliter la vie du touriste en voyage.

Une réflexion intéressante pour donner de la liberté d'action, de l'autonomie d'usages mais également de l'inclusion sociale dans les pays visités, rendant le tourisme non plus une couche supplémentaire d'activité économie sur un territoire mais bien une case complémentaire de l'échiquier, sous une forme symbiotique.

Voici une vidée de présentation de ce colloque.


Journée M tourisme par TELECOM_VALLEY


Vous souhaitez en savoir plus ? Prima Terra l'Agence peut vous accompagner dans votre réflexion de valorisation territoriale, accompagnée d'expertises sélectionnées en Loisirs Culture Tourisme mais également en TIC.

mardi 8 octobre 2013

Parcours enrichi à Versailles


Quelle belle rencontre que celles des Jardins du Château de Versailles en version enrichi 2.0.
En effet, les Jardins de Versailles se sont équipés, avec le soutien d'Orange, d'une application smartphone gratuite pour Iphone et Android, permettant de visiter autrement les espaces.




Une autre manière de découvrir ou de redécouvrir, avec de nouveaux supports et contenus personnalisés, votre découverte des jardins.

Et oui, car, l'application smartphone vous offre ainsi :

- De vous orienter avec une carte en 3D et un système de géolocalisation.
- Personnaliser votre parcours en téléchargeant des modules complémentaires avec notamment le regard original de l'écrivain Erik Orsenna sur les jardins ou celui de l'artiste Guiseppe Penone sur son exposition.
- De parcourir et découvrir de façon ludique les jardins sur les traces des fontainiers de Versailles et d'obtenir le diplôme de "Maître-Fontainier".
- De partager votre visite avec votre entourage en enregistrant des commentaires, en prenant des photographies et en constituant une galerie personnelle des jardins.

Alors n'hésitez plus, contactez PRIMA TERRA l'Agence pour vous faire découvrir les possibilités qu'offrent la culture numérique pour révéler ou amplifier la valeur de vos patrimoines.

Plus d'infos sur la webapp Jardins de Versailles ici.

samedi 5 octobre 2013

Sciences participatives, perception des cadres de vie et jeu ludique pour percevoir les paysages ordinaires ?


Vu dans le 20 Minutes Paris du mercredi 2 octobre 2013, le lancement de l'événement "Mon paysage au quotidien" partout en France.

L'idée, faire participer les habitants de France à la réflexion sur leur cadre de vie en remontant les informations à l'échelle du Ministère du Développement Durable.

"Montrer ce que l’on voit ou aperçoit depuis son appartement, la fenêtre de son bureau, sa cour d’école, pendant le trajet vers son lieu de travail et le capturer par une photographie !" comme l'exprime le communiqué presse ministériel.


Sciences participatives, vivre son quotidien de façon ludique, faire exprimer les populations sur leur environnement et ses atouts / opportunités, une belle démarche opérée par le Ministère pour animer la réflexion autour de la "Ville durable" de façon ludique et ouverte.

Et vous, qu'en pensez-vous ?


lundi 10 juin 2013

Valoriser son Patrimoine territorial


Valoriser les ressources locales est un facteur clé de développement territorial. Pourtant, celle-ci n'existe pas en soi. 


Un projet de valorisation territoriale par les facteurs artistiques et culturels,
 à Saint-Lô (50),
avec T. Guezais et Prima Terra l'Agence

Détecter ce qui fait ressource, le Patrimoine*, puis l'activer, sont des préalables à la valorisation. 

Cela se construit au sein d'un creuset de multiples enjeux, individuels et collectifs, dans un environnement en perpétuelle évolution, qui se compose généralement d'autres ressources et aménités qu'il faut orchestrer.


Parce qu'il importe aux Acteurs territoriaux de valoriser au mieux leur territoire de façon multilatérale par des biais multiples, Prima Terra l'Agence pour développer et proposer ses compétences au service de la Performance globale territoriale.


Diagnostiquer le territoire, connaître les parties prenantes, décomposer les différentes étapes du cycle de vie de la ressource patrimoniale, faire émerger les projets de valorisation et favoriser la coordination des dynamiques d'activation et de valorisation des ressources patrimoniales au sein d'un territoire sont les services que nous activons.


Pour cela, Prima Terra l'Agence s'appuie sur un réseau de partenaires nationaux pour faire aboutir de façon efficiente les projets de nos Clients.


Nos Clients sont ainsi des Entreprises de services, Industriels et Associations, propriétaires et/ou usagers de territoires, mais également des Collectivités, responsables de la bonne gestion des territoires de leurs citoyens.


Nous nous appuyons ainsi sur des agences de conseil et communication en Développement Durable, comme le e-magazine "Green is Beautiful", des associations environnementales, comme "Jardins de Noé" de "Noé Conservation" ou des associations professionnelles et des collectifs pluridisciplinaires comme "le Collectif du Patrimoine Spontané" de "l'association-réseau Via Paysage".



* Patrimoine : ce qui est considéré comme l'héritage commun d'un groupe (cf. Larousse), dans lesquels nous pouvons notamment lister les "ressources naturelles, immatérielles, historiques, culturelles et technologiques" (cf. Collectif du Patrimoine Spontané) présents sur un territoire donné.