Affichage des articles dont le libellé est Optimiser. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Optimiser. Afficher tous les articles

mercredi 28 novembre 2012

Conquête ou fidélisation du Client ?



La conquête, une histoire de méthode ...



Une lecture récente d'un confrère d'outre-atlantique, l'agence de marketing Bang, m'a fait penser à la problématique que rencontre nombre d'entreprises comme d'agences dans l'Aménagement des territoires, "prospecter ou fidéliser le Client".

Et oui, faut-il chercher à poursuivre le Client en fouillant sur les annonces d'appels d'offres, privés comme publics, ou commencer par fidéliser ce dernier, déjà conquis par votre offre ?

Grande question, il faut l'avouer ...

Pour cela, quelques éléments clés que j'ai pu trouver sur la question.

Fidéliser un client revient entre 5 à 10 fois moins cher d'en trouver un nouveau.


Selon l’étude du Portail PME (source Portail PME Septembre 2009), 85 % des PME déclarent que le développement du chiffre d’affaires est leur objectif 
principal .

Tout secteur d’activité confondu, les étapes indispensables pour assurer le développement de l'entreprise sont “Prospecter, Vendre, Fidéliser”.

Pour autant, 68% de ces mêmes PME déclarent manquer de temps pour prospecter et lorsqu’elles en trouvent, seulement 50 % d’entre-elles relancent leur devis.

Au-delà du manque de temps, les petites entreprises ont besoin de méthodes pour structurer leurs opérations de prospection. En effet, 37% des PME déclarent manquer de méthodes pour prospecter.

Tous ces points sont illustratifs des objectifs que doivent ainsi se donner les dirigeants. Prospecter demande du temps et de la méthode que la petite entreprise n'a pas forcément ... 

Quoi de mieux donc que de commencer par fidéliser sa clientèle actuelle, qui est en contact régulier avec votre Organisation, que d'aller chercher des clients lointains. 

Bien sûr, fidéliser requiert de la méthode. Mais elle permet d'employer bien moins de temps à la prospection, source de dépenses importantes et ainsi d'investir ailleurs.

En effet, vous avez à disposition tout ce qu'il faut pour cela : des clients, une relation de confiance liée aux affaires suivies, du personnel fier de son travail, de fidèles partenaires ... 
Il ne vous reste plus qu'à développer cette approche et cet état d'esprit en interne.

Et c'est là que la culture du "fidéliser pour mieux prospecter" vous apporte un plus. En fidélisant, vous allez créer chez le client un statut inconscient d'ambassadeur, qui se chargera bien mieux que vous de parler positivement de votre travail.

Bien sûr, c'est à vous d'entretenir et de construire cette image de confiance ...

Et vous, vous en êtes où ?



L'esprit charrette, vecteur de simplicité ?



La roue de charrette (source : Edmond Prochain)


Et vous, l'esprit "charrette", vous en pensez quoi ?

Pensez-vous que cela soit un facilitateur de créativité, permettant de développer de nouvelles idées dans les derniers instants ?

Ou bien est-il un facteur de stress et de fatigue, propre à faire fuir à long terme vos collaborateurs ?

Et si vous réunissiez tous les points positifs de la "charrette" tout en réduisant au possible ces instants d'urgence et de gestion de crise, qu'est-ce que cela donnerait ?

Ce moment magique, que l'on retrouve dans le vocabulaire de nombreux métiers créatifs (graphiste, architecture, publicité, paysage, scénographie ...) mais pas forcément dans la culture de toutes les agences, est-il un passage obligatoire dans l'emploi du temps d'une entreprise ?

Doit-on forcément s'obliger à ne pas optimiser son planning de manière à passer sans cesse par cette étape particulièrement propice à resserrer des liens mais aussi à en défaire d'autres ?

Au final, la "charrette" vous ressemble-t-elle ?

L'image de l'agence de créatifs "désorganisée" donnée à vos partenaires et clients, illustrés par ses passages prétendument obligés,  vous correspond elle ?

Ceci est une manière de voir son travail, mais sachez qu'il existe des solutions pour s'en défaire ... ou mieux, de la canaliser.

A vous de conduire vos projets, vous êtes le chef de projet !


mardi 27 novembre 2012

L'esprit du blog, la culture Projet



L'esprit projet, une constante de l'agence


Suite à un échange Viadeo que j'ai pu avoir avec un confrère paysagiste consultant en aménagement territorial sur l'esprit du travail de l'agence Prima Terra, je vous offre la contenance.


Un moyen de comprendre ce qui paraît être à mes yeux, l'esprit de ce blog.



"A cela, pour aller dans votre sens, le blog que je tiens est un creuset d'idées, de lectures, de réflexions portées sur les manières de penser le projet dans sa dynamique entrepreneuriale (s'organiser, optimiser son travail d'étude et de proposition, valoriser et communiquer son travail).


C'est donc bien dans cette vision plus "politique" du projet que je transmets des idées et des opinions, néanmoins dans une approche non dogmatique loin de là.



Il me semble cependant, et c'est l'esprit de notre agence, que la plus grande des forces du concepteur peut être, et doit être ses différences. Car sa vision, sa manière de se projeter dans l'espace et le temps et ses méthodes pour travailler avec le site se liront dans les aménagements proposés. 

Et cela ne doit pas être oublié lorsque l'on lit mes articles, qui présente des idées à large spectre mais fortement adaptables aux métiers de chacun.


Et c'est là, il me semble, que les concepteurs doivent encore avancer. Contribuer à développer leur coeur de métier tout en opérant des améliorations voire des innovations constantes qui apporteront de nouvelles manières de vivre pour l'usager tout en ne s'oubliant pas en tant que professionnel sont les clés du succès. 


Car c'est en optimisant ces méthodes internes que l'on parvient à construire de manière pérenne des projets d'aménagement novateurs. Les grands concepteurs sont avant tout de grands chefs de projets. 

Nous pourrions notamment citer Alexandre Chemetoff que j'ai pu voir en conférence dernièrement. Sa vision est à la fois transversale et globale tout en étant marquée d'une profonde manière d'optimiser l'espace selon les couches successives du projet."


Une façon de faire savoir la manière dont nous voyons l'approche projet comme moyen de donner du sens en équilibrant durablement des impératifs économiques et temporels avec l'envie de bien faire, le qualitatif. 


Au plaisir de lire vos commentaires !


vendredi 23 novembre 2012

Label de gestion écologique, des leviers de motivation ... et de valorisation



Le label EcoJardin, une manière de gérer les espaces verts


Lors de mon passage au Salon des Maires et des Collectivités hier, j'ai pu profiter d'une conférence organisée par Plante & Cité.

La conférence était intitulée "La gestion écologique de nos espaces verts grâce à EcoJardin".

A cette occasion, plusieurs intervenants ont pu exprimer clairement, en tant qu'ambassadeurs, les aspects positifs d'une telle démarche.

Notamment Natureparif, l'organisme parisien chargé de promouvoir la biodiversité en Ile-de-France, était présent.

Ce fut l'occasion d'écouter son fonctionnement, organisé selon une gouvernance tripartiteEn effet, la démarche labellisée est assurée par trois types d'acteurs.

Plante & Cité, en tant que gestionnaire du référentiel, Natureparif, en porteur du projet de labellisation pour 3 ans et des cabinets privés, chargés d'auditer les sites.

Des aspects intéressants ont pu ressortir de là.

D'une part, le prix relativement faible. En effet, celui-ci ne coûte que 675 € TTC / site audité, facturé directement par l'auditeur externe.

D'autre part, les aspects non négligeables que peuvent apporter une telle démarche, que ce soient pour les collectivités gestionnaires de sites que pour les entreprises d'espaces verts, pouvant être amenés à gérer ou tout partie de ces espaces. 

Ces aspects furent notamment présentés par la Ville de Metz et son fameux parc de la Seille mais également par la Ville de Versailles, représentée par Magali Ordas, adjointe à l'environnement et Cathy Biass-Morin, directrice des Services Espaces Verts.

En voici les principaux selon moi.

C'est tout d'abord la possibilité d'accompagner le Changement, aussi bien en dans le fonctionnement interne, pour les services techniques et les élus, qu'en externe, vis-à-vis des possibles entreprises d'espaces verts, des fournisseurs et surtout, des habitants.

Accompagner le Changement par une sensibilisation opérationnelle et quotidienne, mais également par la possibilité de mettre en place une démarche Qualité, structurant ainsi les méthodes de travail et permettant ainsi d'assurer la gestion durable des espaces verts. 
Par ce biais, on peut ainsi tendre vers la culture de l'écrit, en transmettant les informations, les expériences aux intervenants.

Ensuite, c'est l'occasion de développer de manière importante le travail collaboratif

Pourquoi ?

Parce que les équipes sont ainsi amenées à participer pleinement aux objectifs et cibles, à réfléchir aux pistes d'innovation et d'amélioration potentielles mais également en demandant de rendre compte de leur efficacité.

Et ce décloisonnement des responsabilités, laissant une part de créativité à chacun, va permettre de favoriser l'émulation collective, la valorisation des éléments moteurs mais également de construire une image nouvelle et ambitieuse des équipes.

Une ambition forte de renouveau, de remise en question constante et de possibilité de valoriser le travail fourni qui peut-être intéressant pour l'ensemble des acteurs du Paysage.



Un moyen fort intéressant de différenciation territoriale et d'optimisation de ses processus, qui peuvent être peu négligeables par ces temps moroses.

Pour les personnes intéressées, voici le lien web de description de la démarche de labélisation.

Si vous souhaitez également connaitre l'interlocuteur pour vous présenter les principes écologiques, n'hésitez pas, demandez nous !

mercredi 21 novembre 2012

Gagner en souplesse pour devenir leader !



" Jouer l’innovation et la qualité, l’esprit d’entreprise et la prise du risque, rompre les barrières et travailler ensemble, mettre en valeur les compétences et (re)donner le goût du progrès technique, ouvrir de nouveaux espaces de dialogue et stimuler l’intelligence collective. Il y a là tous les ingrédients pour mobiliser les forces vives du pays et, en particulier, la jeunesse.
C’est de là que viendra la confiance, l’optimisme et donc le succès."
Extrait du Rapport Gallois pour la Compétitivité de l'Industrie française
Un extrait du Rapport Gallois pour la compétitivité française qui prend tout son sens lorsque l'on observe la vie quotidienne de nos entreprises.
Innover, entreprendre et maîtriser les risques, optimiser une certaine qualité ... tout ceci sont les besoins primordiaux que toute entreprise, cherchant à se différencier, devra assurer.
Une ambition totalement réaliste et approchante de celle dans laquelle l'Agence des Solutions créatives Prima Terra se place pour accompagner les Organisations par le Creative management. Une approche nouvelle, prenant ses origines dans le Design et la démarche participative.
Mais cela peut-être difficile culturellement au démarrage, comme peut l'illustrer ce dessin fort explicite ...

Une façon humoristique de décrire ainsi le fait que le dirigeant doit être prêt à modifier sa perception du management, de sa culture de l'organisation hiérarchique, de sa façon de construire et mettre en oeuvre des idées de développement ...
L'ère est à l'innovation, à l'intrapreneuriat, à l'innovation collective et à la souplesse organisationnelle. Ceux qui en seront encore à parier sur l'organisation pyramidale et  ses postes monofonctionnels risque d'être déçus !