Affichage des articles dont le libellé est Management. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Management. Afficher tous les articles

lundi 13 mars 2017

2017, année de la recherche sur les territoires apprenants, désirables, durables et collaboratifs pour Prima Terra !


L'année 2017 est à peine amorcée que l'équipe Prima Terra est déjà active sur plusieurs territoires pilotes et lieux hybrides de "recherche-action-transmission", concept par ailleurs développé en interne. 

Le tout forme un écosystème, où la compétition et la coopération se côtoient, au profit des usagers, des partenaires et des commanditaires.

En voici quelques-uns, certains permanents, d'autres sur une durée déterminée avant prise d'autonomie voulue par les acteurs locaux.




Ainsi, comme vous le savez, nous avons co-initié un réseau international de personnes et de projets de recherche-action-transmission sur les "paysages collaboratifs, durables et désirables, vers des territoires apprenants de la transition, "PAYSAGE.S", avec le chercheur Jean-Marc Lange, spécialisé en sciences de l'éducation à l'environnement et au développement durable et plus particulièrement sur la question de la responsabilité sociétale.




De ce réseau-écosystème de projets est né de belles rencontres, de riches idées et d'ambitieuses initiatives...
Voici les projets en cours et ceux à venir :

FIL ROUGE : LE CODESIGN & LES EDUCATIONS

- ScVal ou la participation citoyenne dans les sciences, avec l'Université de Montpellier, depuis janvier 2017.

- EIEDD ou l'Education Interculturelle à l'Environnement et au Développement Durable, projet labellisé ANR - Agence Nationale de la Recherche, avec une coopération France - Québec, depuis février 2017.

- "Usages et partages des paysages en transition des zones industrielles et artisanales de France", projet proposé à l'ADEME dans le cadre de leur appel à projets sur les transitions économiques, écologiques et sociales, en mars 2017.

- "L'Université évolue, nous aussi ou les mutations d'une maison des étudiants sur le campus de Poitiers", recherche-action en cours depuis février 2016, projet labellisé par l'ANR - Agence Nationale de la Recherche.

- L"Chaire européenne d'économie collaborative Etxeco - Habitons nos territoires !"Appel à territoires pilotes, envoyé aux collectivités qui nous semble à la hauteur de ces ambitions, les invitant à participer, le 21 octobre 2017 à l'IPAG Paris à un événement national dédié pour : 


- rencontrer les membres précurseurs de la Chaire,  
- discerner les enjeux stratégiques des territoires pilotes
- et élaborer la forme d'action partenariale la plus adaptée.



FIL ROUGE : LES ORGANISATIONS TERRITORIALES VIVANTES

- "Neruda Lab ou le processus d'éco-poétisme dans l'animation territoriale d'une ville comme Saint Ouen sur Seine", recherche-action depuis 2012.

- "L'Audacieuse ou le processus d'animation, d'appropriation territoriale de délaissés urbains et de construction de "communs urbains dans une ville comme Limoges", recherche-action depuis 2015.

- "Amélioration de la performance globale des tiers-lieux ou l'assistance à maîtrise d'ouvrage de la Région Nouvelle-Aquitaine et d'oeuvre de projets pilotes", recherche-action depuis 2016.

- "Le voyage de tous les possibles ou l'accompagnement participatif du village de Lussac les Eglises dans la requalification et la revitalisation de son/ses centre.s", recherche-action en cours depuis novembre 2015.

- "La Coop de Lorrez ou le processus de co-design d'un équipement public en médiathèque troisième lieu et maison de services au public sur la commune de Lorrez le Bocage Préaux", recherche-action en cours depuis juillet 2016.

Horizon 2020 avec un projet sur les "Territoires labellisés : PNR, Géoparc, living lab, UNESCO ... et processus participatif de co-création au développement durable local", dossier en cours de montage pour l'Union Européenne, depuis 2016.


FIL ROUGE SUR LES NOUVEAUX HABITATS

- "L'Habitat évolue, nous aussi ou les mutations d'une maison de l'architecture à Poitiers", recherche-action entre le 2ème semestre 2016 et le 1er semestre 2017, se reliant à des travaux d'expérimentation d'Assistance à Maîtrise d'Usage pour le compte de "Vie To Be", département de la coopérative Oxalis scop sa dédié à la définition des usages et l'appropriation des projets immobiliers.


FIL ROUGE SUR L'INTERCLUSTERING ET LES ARTS APPLIQUÉS

- "Révolution Sensible ou les dynamiques multiples de l'économie circulaire créative associant arts appliqués, innovations par les matières et lieux collectifs de créations", recherche-action-transmission en cours depuis 2014.


Si vous aussi, vous souhaitez initier, rédiger, développer ou valoriser un projet de recherche-action-transmission sur ces sujets contemporains, nous sommes à votre disposition pour en discuter. 
Nous pouvons d'ailleurs vous faire bénéficier du Crédit Impôt Recherche (CIR).

A très bientôt !

lundi 30 mai 2016

Prima Terra accompagne jusqu'en 2017 la Région ALPC sur la thématique des espaces hybrides et autres tiers-lieux


Prima Terra a été sélectionné, en mai 2016, pour accompagner pendant 24 mois la Région ALPC - Aquitaine Limousin Poitou-Charentes sur "l'amélioration de la performance globale des tiers-lieux".


Un groupement a été monté pour l'occasion, associant :

  • La Coopérative des Tiers-Lieux en Aquitaine, pour son expertise en animation du réseau aquitaine d'espaces de coworking et ses expérimentations d'espaces partagés avec des grands comptes.
  • Natural-Net, pour son savoir-faire en développement web et notamment en plate-forme communautaire de réservation en ligne.
  • Le CRIJ Poitou-Charentes, pour sa connaissance du monde de la jeunesse et des fablabs, ses compétences en animation de communautés du numérique ainsi qu'en tant que co-initiateur du réseau picto-charentais de tiers-lieux.
  • Prima Terra, pour avoir co-initié un Observatoire des Espaces hybrides et autres tiers-lieux, le réseau picto-charentais des tiers-lieux, un réseau international de recherche-action sur les paysages collaboratifs ainsi que pour ses compétences en UP'design (design global intégrant les dimensions territoriales, de services, le graphisme, pédagogique, sociale et citoyenne), son expertise en gouvernance des espaces et en management de la créativité et de l'innovation.

Le contenu de l'accompagnement comprend notamment :

  • Un benchmark international des typologies de lieux partagés et des grandes tendances du marché
  • Un profilage des utilisateurs existants et potentiels
  • La définition d'un "réseau idéal de tiers-lieux"
  • L'accompagnement pilote de projets d'espaces hybrides
  • La modélisation d'un référentiel d'accompagnement public des projets de lieux
  • Un plan stratégique et opérationnel d'attractivité et de communication territoriale, du futur réseau et de lieux "têtes d'affiche"

Les membres de Prima Terra susceptibles de travailler sur le sujet sont :


  • Mathilde Cota
  • Sonia Woelfflin
  • Cécile Villiers
  • Mathilde Haldenwang
  • Alexis Durand-Jeanson


Au plaisir d'explorer ensemble de nouveaux territoires où le travail, les espaces partagés et les coopérations territoriales sont de rigueur !

vendredi 4 mars 2016

[Ecosystème relationnel] Une conférence prochaine sur "l'Art de Manipuler ou l'Analyse Relationnelle"


Pierre Raynaud, théoricien de l'‪#‎AnalyseRelationnelle‬, réalisera une "conférence choc" sur "peut-on être un bon manager sans manipuler" à la‪#‎MaisonduManagement‬ à Paris, le 8 mars 2016 à partir de 18 heures.


Un événement qui se déroulera en 3 actes, d'après le fil rouge du livre "L'Art de manipuler".



- 1er acte : Nous sommes tous manipulés
- 2ème acte : Nous manipulons tous
- 3ème acte : Alors apprenons à manipuler (ne serait- ce que pour ne plus se faire avoir).
Qu'en pensez-vous ?

Nous y serons, d'autant plus que nous travaillons ainsi avec lui et son association, "l'ADEVAR - Association pour le Développement de l'Analyse Relationnelle", pour optimiser notre expertise des ‪#‎écosystèmesrelationnels‬ des organisations, projets et territoires.

Plus d'informations sur la conférence et obtenir une invitation :

lundi 22 juin 2015

[lecture du jour] Vers une entreprise libérée ?


"L'entreprise libérée est une question de philosophie, ses créateurs... des anti-bureaucrates", lecture d'un article paru dans Le Monde le 4 juin 2015.

Et si l'art du nouveau management consistait à ne plus avoir de "chef" ?
On assisterait, d'après l'auteur Isaac Getz, professeur à l'ESCP Europe, à la transformation du rôle des dirigeants de "chef" et "bureaucrate" à celui de facilitateur, cherchant à ce que les individus trouvent eux-mêmes des solutions pour la vie de l'entreprise, ceux-ci devenant alors "dispensables".

Qu'en pensez-vous ?

Cette vision n'est-elle pas davantage adaptée aux dirigeants "contractuelles", PDG, DG... élu pour leurs compétences, leurs expériences passées que le chef d'entreprise fondateur, ayant fabriqué de toutes pièces l'entreprise et cherchant à tout prix à la voir grandir, la développer, en rester le chef.

Ces deux profils n'empêchent pas en effet d'imaginer une nouvelle façon d'être dirigeant, ne s'appuyant plus sur son niveau hiérarchique, ses études, son élection mandatée par les actionnaires à celle d'un leadership bienveillant, actif, au service de l'entreprise ancrée, organique et systémique, basée sur l'intuition créative, la confiance mutuelle et la coopération associée à la fabrication d'un sentiment d'appartenance.

La question de la légitimité se rencontre souvent, lorsque l'entreprise ayant évolué, le dirigeant ayant perdu une vision stratégique, la référence aux valeurs des débuts,ainsi que la volonté et le charisme pour porter, tout du moins seul, l'organisation.

C'est alors que la question du Patrimoine de cette dernière a toute sa place, permettant de puiser dans ce qui a fait le passé de l'entreprise, son histoire et ses histoires, sa gloire pour en révéler les atouts, les points d'ancrage, le sens à donner à l'histoire présente et future, permettant de se renouveler sans toutefois se compromettre, s'effacer, s'oublier.

Enfin, il nous semble important que l'entreprise n'oublie pas ce pour quoi elle s'est installée à tel endroit, sur cette terre qui est la sienne, son territoire d'accroche, son terreau originel.

mercredi 30 avril 2014

Coopération, Web et Territoires : un club de chefs d'entreprises s'intéresse aux réseaux sociaux


Un article du journal "Charente Libre", le mercredi 23 avril 2014, par Pascal Baudoin.

Alexis Durand Jeanson de Prima Terra l'Agence, aux côtés d'Anne Boinier, de l'agence de stratégies web E-Content Services ont été invité au siège social du club de chefs d'entreprises de Nord Charente, Dynamique 16 pour une conférence initiatique sur les réseaux sociaux comme médium pour entreprendre ensemble.




Une conférence exploratoire sur les possibilités d'Internet et des réseaux sociaux en matière d'information et de communication collaborative des entreprises.

Des informations essentielles ressortent de nos échanges :

"Le web impose de s'adapter, oblige à de perpétuels changements. C'est un environnement virtuel mais bien réel qui évolue en permanence."

"Il faut réinventer son environnement, favoriser la créativité, inventer de nouveaux besoins, être identifié, localisé, appartenir à des réseaux et communiquer."

"Le web, les réseaux sociaux, peuvent faire d'abord penser à l'inconnu, sembler un effet de mode, demander une technologie accrue, imposer la consultation de nombreuses pages. En bref, on craint de ne pas savoir faire. Mais les réseaux sociaux apportent de nouveaux contacts, sont une mine d'information. Au travers de la communication du club Dynamique 16, on peut faire connaitre les entreprises du secteur."

"Il faut mettre un pied dans le numérique et dans l'avenir pour prospérer. Il faut réseauter plus large."

Une conférence apprenante et des formations-actions ont été proposées pour poursuivre la réflexion-action, afin de mettre ses idées en pratique. 

Plus d'informations avec ce lien.

mercredi 2 avril 2014

Rendez-vous au Salon Produrable le mercredi 2 avril 2014, à Paris


Rendez-vous à Produrable au Palais des Congrès de Paris, Porte Maillot !

PRIMA TERRA l'Agence sera présente, en la personne d'Alexis Durand Jeanson, le mercredi 2 avril 2014 au Salon PRODURABLE, le Rendez-vous des Professionnels du Développement Durable et RSE - Responsabilité Sociétale des Entreprises.

Depuis 7 ans, PRODURABLE s’impose comme l’événement incontournable de tous les professionnels du Développement Durable et de la Responsabilité Sociétale des Entreprises organisé sous le haut patronage du Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable & de l'Energie, et de l’ADEME.

En 2014," Le R.O.I de la RSE : PARLONS VALEURS...." sera le fil conducteur de la 7 éme édition de PRODURABLE.

Garantit-elle à mon organisation une meilleure performance ? Puis-je évaluer le « Retour sur Investissement » d’une telle stratégie ? Les bénéfices d’une politique RSE sont ils mesurables? Qui pourra me prouver qu’au delà de la valeur immatérielle de la RSE, ce que je pourrais en attendre des retours « sonnants et trébuchants »

Plus concrètement encore, et qui plus est en période de tension économique, acheter, produire, vendre et gouverner « autrement », qu’est-ce que j’y gagne ? Vais-je gagner des parts de marche ? Ou simplement améliorer mon image ? Vais-je attirer des investisseurs ? ou simplement rassurer mes actionnaires ? Vais-je innover et prendre le leadership sur mon métier ? ou me conformer à quelques nouvelles exigences supplémentaires ?

Nous vous donnons rendez-vous sur le stand du Club des Eco Business Angels, partenaire de nombreuses de nos actions d'accompagnement et financement de projets. 

Nous vous parlerons de Patrimoine immatériel, de "Révolution Sensible", d'écosystème et de design territorial ...

mardi 11 février 2014

Construire la coopération sur les territoires, Prima Terra l'Agence est là


Le 11 février 2014, le CNCRES organisait une rencontre nationale à Paris afin de réunir les acteurs de la coopération territoriale afin de réfléchir ensemble aux moyens efficients d'accompagner les projets de PTCE - pôles territoriaux de coopération économique.

PRIMA TERRA l'Agence y était.




L'occasion de faire le bilan sur les actions déjà mises en oeuvre, les différents niveaux de maturité de ces projets PTCE et les possibilités à construire dans ce sens.

Les enjeux de construire des "territoires à humanité amplifiée" qui ressortent.

- Marquer la dimension sociale et le souci de solidarité dans tout projet économique.
- S'ouvrir sur le développement local.
- Impliquer le citoyen dans le développement économique territorial.
- Veiller à la satisfaction des besoins collectifs et des services aux personnes mal satisfaits par le marché.
- Créer des emplois nouveaux liés à ces besoins et former, accompagner dans leur aptitude sociale et professionnelle ceux qui sont appelés à les exercer.

PRIMA TERRA l'Agence se charge de vous fournir toujours les meilleurs outils d'ingénierie de projets sur les territoires.

mercredi 18 décembre 2013

Retour sur la conférence « Patrimoine immatériel et territoires » à la Caisse des Dépôts


Organisée par la Chaire européenne du management de l’immatériel (Université Paris-Sud), l’Agence du patrimoine immatériel de l’État (APIE) et la Caisse des Dépôts (CDC), la conférence "Patrimoine immatériel et territoires" se déroula le 17 octobre dernier.





Les organisateurs de la conférence


Retour sur les échanges ...

Les actifs immatériels sont de puissants facteurs de compétitivité et de croissance dans les économies modernes. Ce capital intangible est sans doute un atout majeur pour nos territoires pour faire face à une concurrence mondialisée. Les entreprises sont évidemment concernées au premier plan, mais le secteur public est lui aussi riche d’un patrimoine immatériel : savoir-faire, brevets, marques, données, patrimoine culturel, etc.


Contexte : l’émergence des actifs immatériels dans nos systèmes de production et de formation (Ludovic Valadier, Ahmed Bounfour, Jo-Michel Dahan)

Les chercheurs, les grandes institutions internationales, mais aussi les pays émergents accordent une importance accrue à l’étude de l’impact des actifs immatériels sur l’attractivité des territoires. Cet intérêt croissant s’explique notamment par le poids des investissements immatériels dans nos économies, mais aussi par le fait que la concurrence entre entreprises se joue désormais de plus en plus sur des facteurs de compétitivité hors-coût. Les composants immatériels tels que les marques, le design, la réputation, les réseaux, jouent désormais un rôle fondamental.

Ce changement s’accompagne d’une autre évolution majeure, à savoir l’émergence de nouveaux modes de production de l’économie de la connaissance s’appuyant sur des réseaux, ou des communautés donnant lieu à des formes intermédiaires de création de valeur. Ces nouveaux modes d’organisation aboutissent à leur tour à la création d’actifs immatériels nouveaux, produits conjointement par différents acteurs, publics et privés. Ces actifs d’un type nouveau nécessitent une gouvernance appropriée, restant à définir, pour en retirer tout le potentiel pour nos territoires.

Autre bouleversement de grande ampleur, la montée en puissance du numérique, domaine dans lequel la Caisse des Dépôts agit pour le développement des infrastructures et des usages. Pour prendre l’exemple de la formation, c’est un axe majeur utilisé notamment par les établissements d’enseignement supérieur pour renforcer leur visibilité nationale et internationale, et un formidable outil pour optimiser le pilotage et la gestion par l’utilisation des
systèmes d’informations.

Dans les territoires, il est un outil de désenclavement. Il touche aussi le coeur des missions fondamentales de l’université, à savoir l’enseignement. Ces établissements développent de nouvelles stratégies adaptées aux conditions d’accès à la connaissance (e-learning, blended learning, mobile learning, etc.). La production de savoirs sera de plus en plus numérisée et mondialisée, notamment avec les MOOC (Massive Open Online Courses). Le gouvernement a lancé une initiative avec la plate-forme France université Numérique.

Cette action contribue à la visibilité des universités, à leur attractivité et leur compétitivité internationale.

Plus globalement, le secteur public ne peut rester indifférent à ces évolutions. En premier lieu parce qu’il a un rôle à jouer dans l’organisation des réseaux de production de la connaissance grâce à son rôle de tiers de confiance. Mais aussi parce qu’il est détenteur d’un grand nombre d’actifs immatériels. Une gestion optimisée de ces actifs contribue à améliorer l’efficience des
entités publiques. Mais mis à disposition de tiers, ils peuvent aussi renforcer l’attractivité des territoires par un phénomène de fertilisation croisée.


Les paradoxes de l’économie de la connaissance :
l’affirmation des territoires (Ludovic Valadier, Pierre Veltz, Michel Ruffin)

Nous assistons à une hyper polarisation qui s’explique par le développement autour de plateformes communes, mais aussi par un besoin croissant d’interaction entre les différents acteurs qui nécessite une proximité physique pour faciliter les échanges. Une étude de l’université de l’Indiana a calculé les distances géographiques entre les localisations des cosignataires d’articles scientifiques. Il apparaît, de façon paradoxale, qu’à l’ère du numérique, ces distances tendent à diminuer.

Missionnée par le Premier Ministre, la CDC a publié un rapport qui recommande de mettre en place un dispositif de quartiers numériques, s’appuyant sur les territoires pour engager une démarche collective, coordonnée au niveau national, favorisant l’animation, la mise en réseau et le développement des différents écosystèmes numériques locaux. Ces quartiers numériques posent trois questions paradoxales :
  • Paradoxe géographique : hyper-localité, très forte concentration et ubiquité
  •  Paradoxe du temps réel : cycles d’innovation rapide et nécessité du temps long
  •  Paradoxe Darwinien : laisser libre la créativité pour une recherche tout azimut et s’imposer d’être sélectif.


Patrimoine culturel et territoires (Stéphane Martinet, Julien Anfruns, Christian Hottin, Xavier Dectot)

La France a un patrimoine culturel de premier plan avec des marques mondialement connues comme en atteste le projet Louvre à Abu Dhabi, mais aussi la tournée mondiale de la Comédie française. Elle jouit également d’un patrimoine architectural qui a été préservé et entretenu, ayant fait naître une prise de conscience relativement tôt de l’importance de la conservation de cet héritage historique. La France dispose également de nombreux savoir-faire ou traditions, certains ayant été inscrits à la liste du patrimoine culturel immatériel de l’humanité établie par l’UNESCO.

Ce patrimoine immatériel joue un rôle essentiel dans l’attractivité de la France et de ses territoires. D’autres pays dans le monde fondent leur politique de développement économique, ou du moins leur politique d’influence diplomatique, sur le patrimoine culturel comme la Chine, le Qatar ou encore le Brésil.



L’innovation au sein des territoires (Daniel Thomas, Nicolas Carboni, Marianne Faucheux)


Les acteurs publics de la recherche (universités, centres de recherche) contribuent à créer de la valeur dans nos territoires par leur apport en termes de connaissances et d’innovation. Les pôles de compétitivité et les sociétés d’accélération de transfert technologique (SATT) sont des acteurs importants pour diffuser les connaissances produites auprès du tissu économique local.

Mais leur activité même est créatrice de nouveaux actifs immatériels, plus « liquides » que les brevets, tels que la confiance entre partenaires, la qualité des réseaux, l’image de marque d’un territoire, le pouvoir de peser sur la normalisation, etc. Ces actifs produits de manière conjointe entre acteurs publics et privés sont d’un genre nouveau et nécessitent d’être pris en compte par la gouvernance des différentes structures et les évaluations publiques.


Conclusion (Michel Ruffin, Danielle Bourlange)

Les nouveaux modes de collaboration au sein d’un territoire génèrent des actifs immatériels « coconstruits », relativement mal cernés comme l’image de marque et l’effet de réseau. Ce phénomène s’observe d’un point de vue économique avec le développement de partenariats entre entreprises, mais aussi au niveau de l’innovation sociale avec une importance accrue des réseaux associant ou non des acteurs publics.

Ces actifs immatériels développés conjointement, qu’ils soient durs comme les brevets ou plus « soft » comme les réseaux, représentent un atout indéniable pour l’attractivité de nos territoires.

Pour exploiter pleinement le potentiel de ces actifs territoriaux, il faut inventer de nouvelles formes de gouvernance de ce patrimoine. Or, la question de la complémentarité et de la fertilisation croisée entre actifs immatériels publics et privés n’a été jusqu’à aujourd’hui que peu explorée en tant que telle. Il parait donc nécessaire de mieux en appréhender les déterminants et les effets afin de disposer de repères utiles pour identifier, mesurer et piloter. Il y a là un nouveau champ d’investigation pour la recherche avec de nombreuses questions à éclairer.

Avec Pierre Veltz, nous pouvons dire que « là où tout est immatériel, ce qui ne l’est pas reprend d’autant plus de valeur », et contribue à l’affirmation des territoires et renforce la nécessité des lieux physiques de rencontre des acteurs. De cette expertise nouvelle découleront sans doute de nouveaux modèles de gouvernance ou d’évaluation de la performance, dans le cadre d’une économie de la connaissance impliquant à la fois la sphère publique et le secteur marchand.


> Compte-rendu complet des échanges sur demande.


Des informations particulièrement intéressantes pour les collectivités, les entreprises, les établissements de formation, etc. cherchant à valoriser ce qui fait leurs valeurs, leur notoriété, qui peut être l'héritage de patrimoines matériels (bâti, espaces naturels...) et immatériels (histoire des lieux, paysages, le principe de biodiversité...).

Vous cherchez à réfléchir aux moyens pour valoriser, dynamiser ou tout du moins pérenniser les patrimoines en votre possession ou dont vous avez la gestion, PRIMA TERRA l'Agence peut vous accompagner.


jeudi 17 octobre 2013

L'aventure d'un projet structurel d'entreprise ou ESS, étapes par étapes !


En surfant sur le blog de Neocamino, j'ai pu voir un article intéressant sur un superbe visuel graphique (Design d'information) sur les grandes étapes d'un projet de création d'organisation.

Ce visuel peut d'ailleurs s'adapter pour la création d'une entreprise comme d'une structure de l'Economie Sociale et Solidaire (ESS), vous ne trouvez pas ?



mardi 8 octobre 2013

En allant à Bordeaux, j'ai découvert un Guide de management de projet innovant


Dernièrement, en faisant une veille, j'ai (re)découvert le site La Fabrique BNSA Aquitaine.
Le lieu virtuel de rencontre des créations culturelles numériques en région.
Voici le lien d'ailleurs.
 http://lafabrique.bnsa.aquitaine.fr/

J'ai par ailleurs découvert un guide, fort intéressant, développé par OSEO et mis en ligne par la Fabrique BNSA. Un guide méthodologique de management de projet innovant ou comment piloter l'innovation dans les organisations.

Voici le lien, que je vous conseille.
http://www.bpifrance.fr/gmpi/oseo/pdf/methodologie.pdf

Enfin, je ne vous présente plus cette structure internationale, le PMI ou Project Management Institute, qui peut vous permettre de monter en compétences pour mieux piloter vos projets. 
http://pmi-france.org/



J'ai d'ailleurs (Alexis) un master 2 en management de projets reconnu par le PMI et il faut avouer que les savoir-faire transmis ne sont pas négligeables ...

jeudi 25 juillet 2013

Nouveau partenariat avec l'association-réseau professionnelle VIA PAYSAGE


Nouveau partenariat avec l'association-réseau Via Paysage


PRIMA TERRA développe gracieusement, par le biais d'un de ses associés, depuis fin mai 2013, un nouveau service de conseil pour diffuser de l'information sur des pratiques professionnelles plus efficientes dans l'univers métiers du Paysage.

Ce service, qui s'intitule "Entreprise + Paysage" fait parti du programme d'actions "Management & Paysage" de l'association loi 1901 Via Paysage.

Est ainsi proposé des services d'accompagnement à distance ou en présentiel pour créer son projet d'entreprise ou le développer.

Créer son entreprise, la gérer et piloter, penser ressources humaines, Développement Durable sont quelques-unes des thématiques proposées aux membres et non-adhérents de l'association.

Des consultants sont ainsi invités à proposer leurs services, rémunérés à hauteur de 90 % de la somme facturée au client. Les 10 % restants servant à financer les activités de l'association.

Enfin, il est à noter les tarifs appliqués, proposant ainsi des tarifs très abordables pour répondre au besoin de tout un chacun, du créateur en manque de moyens au dirigeant d'une petite TPE - PME.

Un petit pas pour les métiers du Paysage, un grand pas vers des pratiques encore plus vertueuses et efficientes dans le secteur "vert" !

mardi 11 juin 2013

Alexis Durand Jeanson, invité à témoigner au Cercle de l'Expertise RH à Cergy






"Le Cercle de l'Expertise RH" m'a invité à témoigner de mon expérience de project manager au sein de Prima Terra.

Un interview qui participe à l'élaboration d'une conférence organisée le 7 juin dernier à l'ESSEC de Cergy.

Était au programme "Comment détecter les Talents Manager ? et Quels sont les indicateurs de motivation et de performance ? ".

Le Cercle de l'Expertise avait ainsi invité des anciens des écoles supérieures de l'ITIN et de l'ESCIA, devenus managers, à témoigner de leurs expériences.

Une belle reconnaissance de nos compétences de coordination de projets territoriaux !

mardi 15 janvier 2013

Innover, une solution de rupture


Comme je pouvais le lire dernièrement dans la revue Entreprendre dans un article sur l'innovation, il existe des solutions adaptées pour innover selon les moyens d'une PME. 



L'innovation, facteur de réussite

Celles-ci doivent être mises en oeuvre selon l'environnement dans lequel se situe l'Organisation et non en réalisant un "copier-coller" du voisin comme une simple recette de cuisine miracle. 

Votre Organisation, vos Clients, votre Marché est unique, soyez-en certain.


Mais cela ne veut pas dire qu'il faut seulement répondre au quotidien et se refermer dans des à-priori avec des règles de travail acquise avec le temps et qui ont peut-être votre réussite. C'est parce que vous avez été différent à un instant donné que cela a fonctionné. 


Mais ce n'est pas certain que cela marchera encore demain ... le marché évolue sans cesse, vos clients aussi. Alors, vous le devez également.


Pensez donc différemment, positionnez-vous en rupture avec vos confrères, la différence est une force, une marque de fabrique

N'oubliez pas que le mot "innovation" vient du latin "innovatio" qui signifie renouvellement. Employer l'innovation est donc le moyen de renouveler un environnement par une action, un positionnement différent, différenciant.

Voici, selon moi, quelques pistes pour réfléchir aux moyens de se différencier.

L'Offre renouvelée


Proposer de nouveaux produits et/ou de nouveaux services. C'est la vision courante et la plus classique que l'on peut avoir de l'innovation. Elle se caractérise par trois étapes majeures, la conception, l'optimisation et la commercialisation de nouvelles prestations.


La Plate-forme


Faire appel à un dénominateur commun en innovant à partir d'une plate-forme, la base utilisée permettant de décliner ensuite différents produits ou services finis. On le voit notamment dans des secteurs comme l'automobile où l'on va employer un même châssis pour produire deux modèles de véhicules différents.


Les Solutions intégrées


Proposer des solutions revient à proposer des produits, services et connaissances dans le but de répondre de manière plus ou moins exhaustive à des besoins, en intégrant voire en personnalisant un ensemble de prestations regroupé sous une entité commune.


Les Clients inconnus


Chercher à identifier un ou plusieurs nouveaux segments de clientèle, jusqu'alors inexploités, et formuler des propositions ciblées est le principe de ce type d'innovation. On recherchera alors à avoir une connaissance fine de son environnement et des besoins du Client.


L'Expérience client


Mobiliser tous les sens (les 5 sens conventionnels ainsi que le sixième, les émotions) afin d'en faire un allié inconditionnel qui permettra de créer une culture, une atmosphère et une expérience autour de vos prestations bien à vous. C'est le cas notamment d'Apple avec ses produits "à forte sensibilité partagée".


La Valeur (re)capturée


L'Organisation cherchera alors à (re)générer de la Valeur à partir de la valeur ou de la proposition initiale. On pourra notamment citer le cas d'une entreprise cherchant à donner des licences ou des franchises.


Les Processus


L'innovation n'est pas qu'un moyen visible à l'extérieur de l'Organisation. Reconfigurer les processus internes pour obtenir plus d'efficacité voire d'efficience en est un exemple. Les interrelations entre activités internes et externes d'une entreprise peuvent être refondues complètement pour apporter un gain d'intérêt général pour le coeur de métier.


L'Organisation repensée


Refondre l'organisation d'une structure peut être un facteur d'innovation. C'est souvent le cas lorsque l'on redistribue intelligemment les fonctions, les activités ... 


Cela peut se faire par du management par projets, par celle dite "centrée client", par une organisation "corporate" pour et par une véritable culture d'entreprise ou par une communication de marque qui promeut directement les produits et services ...


Cet axe croise souvent le précédent, l'innovation et l'organisation étant des éléments commutatifs. En effet, si une meilleure organisation permet (théoriquement) d'innover, l'innovation peut conduire (théoriquement) à une meilleure organisation.


La Logistique


Penser par le terme anglais plus large de "supply chain", incluant les sources et modalités d'approvisionnement pour innover.


La Distribution


C'est le pendant de l'axe précédent. On va chercher à créer de nouveaux canaux de distribution ou toute autre innovation au niveau des points de vente.


Le Networking et les NTIC


On va chercher à innover en exploitant les NTIC ou Nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication comme l'Internet de manière générale, les réseaux sociaux, le m.commerce ...


La Marque


Construire une véritable identité de manière à positionner la marque et ses déclinaisons apparentées à différents niveaux, dans différentes branches ou secteurs d'activités. 

On pensera alors selon une stratégie globale de marque et non plus de produits ou services indépendants les uns des autres.

Voici quelques axes d'innovation. Si cela vous intéresse d'innover et d'être différent, contactez-nous, nous sommes là pour cela.


Dans tous les cas, il faut penser que tout ne sera pas forcément possible. Il faudra penser stratégiquement en étudiant votre environnement de manière à employer les méthodes qui (vous) correspondent le mieux.

lundi 7 janvier 2013

Impliquer par l'innovation participative


Parce que les leviers de motivation ne se créés pas comme cela, sur un simple claquement de doigt ...


J'ai pu lire dans le magazine Clés d'octobre - novembre 2012 une information intéressante, qui pourra concerner aussi bien les dirigeants d'entreprises que les salariés ...


En effet, d'après une étude réalisé par deux économistes anglo-saxons, passant au crible le dossier médical et le parcours de 4 700 fonctionnaires de la région de Londres, l'absence de perspectives de carrières nuit gravement à la santé.


Les employés travaillant ainsi dans des services où le taux de promotions est plus élevé auraient 20 % de risques en moins de développer des maladies cardiaques.



Impliquer par l'innovation collective (source : fr.blog.evenium.net)


Parce qu'insuffler un vent de nouveauté et d'innovation participative dans les Organisations serait un atout considérable en ces temps incertains et permettrait 
de décupler le potentiel humain de ces structures, nous proposons un service de créativité collective.

Nous proposons ainsi d'accompagner les dirigeants à de nouvelles manières de manager pour innover, en équipe et non plus de manière sectorisée, par services ...

mercredi 28 novembre 2012

L'esprit charrette, vecteur de simplicité ?



La roue de charrette (source : Edmond Prochain)


Et vous, l'esprit "charrette", vous en pensez quoi ?

Pensez-vous que cela soit un facilitateur de créativité, permettant de développer de nouvelles idées dans les derniers instants ?

Ou bien est-il un facteur de stress et de fatigue, propre à faire fuir à long terme vos collaborateurs ?

Et si vous réunissiez tous les points positifs de la "charrette" tout en réduisant au possible ces instants d'urgence et de gestion de crise, qu'est-ce que cela donnerait ?

Ce moment magique, que l'on retrouve dans le vocabulaire de nombreux métiers créatifs (graphiste, architecture, publicité, paysage, scénographie ...) mais pas forcément dans la culture de toutes les agences, est-il un passage obligatoire dans l'emploi du temps d'une entreprise ?

Doit-on forcément s'obliger à ne pas optimiser son planning de manière à passer sans cesse par cette étape particulièrement propice à resserrer des liens mais aussi à en défaire d'autres ?

Au final, la "charrette" vous ressemble-t-elle ?

L'image de l'agence de créatifs "désorganisée" donnée à vos partenaires et clients, illustrés par ses passages prétendument obligés,  vous correspond elle ?

Ceci est une manière de voir son travail, mais sachez qu'il existe des solutions pour s'en défaire ... ou mieux, de la canaliser.

A vous de conduire vos projets, vous êtes le chef de projet !


lundi 26 novembre 2012

Développer le Design management comme source de différenciation


Au cours de la consultation de la veille technologique de l'agence, je me suis attardé sur la dernière newsletter d'un fournisseur maintenant bien connu, AquaTerra Solutions.

Et quelle surprise de lire que cette entreprise, à la réussite visible, à en croire chiffres communiqués par Infogreffe, emploie un discours propre au Design management !

En effet, dans cette newsletter de novembre 2012, on peut lister des axes stratégiques.

Elle commence tout d'abord par replacer l'entreprise dans son contexte.

"AquaTerra Solutions n’est pas une entreprise comme les autres. Notre société, leader, est remarquée pour ses innovations ainsi que pour son engagement au service des clients et pour la protection de l’environnement."

On peut ainsi lire son rôle de leader par rapport au marché des solutions de génie végétal. Qui s'explique, à leurs yeux, par l'engagement au service des clients et de la protection de l'environnement.

Ensuite, une déclinaison se fait autour de valeurs humaines propres à la société, qui sont les bases du design management.

"... le même souci du détail, la même volonté de perfection et le même esprit d'équipe animent et font progresser les collaborateurs du groupe."

Enfin, son auteur, Stéphane Couret, énonce quelques éléments qui définissent ainsi l'esprit entrepreneurial de la société.

"Innover pour fournir les bonnes solutions [...] La passion de la performance [...] L’engagement permanent au service de nos clients ..."

Des axes forts qui permettent de définir avec clarté la manière dont l'entreprise cherche à construire son image, mois après mois.

Une manière forte intelligente de se présenter non plus comme simple fournisseur pour les prescripteurs et les entrepreneurs mais bien comme un réel partenaire de confiance, recherchant les solutions les plus innovantes pour répondre à leurs attentes.

Une approche assez intéressante qui permet de se rendre compte des possibilités qu'offre le management orienté par l'innovation.

Bien entendu, il n'appartient qu'à vous-même de vous faire votre propre opinion sur cette structure en lisant ici la newsletter que nous avons pu nous-même recevoir.

Cela dit en passant, ne serait-il pas intéressant pour cette structure de conforter son image en construisant une identité coorporate davantage en accord avec son discours ? 

Des pistes d'amélioration existent semble-t-il, que cela soit au niveau de son identité graphique, de la manière d'entrer en contact avec les clients potentiels ou par la manière de faire entrer l'internaute (professionnel) dans son univers ... le site web étant riche en contenu mais quelque peu lourd à parcourir.

Mais ce n'est que mon humble avis !

vendredi 23 novembre 2012

Label de gestion écologique, des leviers de motivation ... et de valorisation



Le label EcoJardin, une manière de gérer les espaces verts


Lors de mon passage au Salon des Maires et des Collectivités hier, j'ai pu profiter d'une conférence organisée par Plante & Cité.

La conférence était intitulée "La gestion écologique de nos espaces verts grâce à EcoJardin".

A cette occasion, plusieurs intervenants ont pu exprimer clairement, en tant qu'ambassadeurs, les aspects positifs d'une telle démarche.

Notamment Natureparif, l'organisme parisien chargé de promouvoir la biodiversité en Ile-de-France, était présent.

Ce fut l'occasion d'écouter son fonctionnement, organisé selon une gouvernance tripartiteEn effet, la démarche labellisée est assurée par trois types d'acteurs.

Plante & Cité, en tant que gestionnaire du référentiel, Natureparif, en porteur du projet de labellisation pour 3 ans et des cabinets privés, chargés d'auditer les sites.

Des aspects intéressants ont pu ressortir de là.

D'une part, le prix relativement faible. En effet, celui-ci ne coûte que 675 € TTC / site audité, facturé directement par l'auditeur externe.

D'autre part, les aspects non négligeables que peuvent apporter une telle démarche, que ce soient pour les collectivités gestionnaires de sites que pour les entreprises d'espaces verts, pouvant être amenés à gérer ou tout partie de ces espaces. 

Ces aspects furent notamment présentés par la Ville de Metz et son fameux parc de la Seille mais également par la Ville de Versailles, représentée par Magali Ordas, adjointe à l'environnement et Cathy Biass-Morin, directrice des Services Espaces Verts.

En voici les principaux selon moi.

C'est tout d'abord la possibilité d'accompagner le Changement, aussi bien en dans le fonctionnement interne, pour les services techniques et les élus, qu'en externe, vis-à-vis des possibles entreprises d'espaces verts, des fournisseurs et surtout, des habitants.

Accompagner le Changement par une sensibilisation opérationnelle et quotidienne, mais également par la possibilité de mettre en place une démarche Qualité, structurant ainsi les méthodes de travail et permettant ainsi d'assurer la gestion durable des espaces verts. 
Par ce biais, on peut ainsi tendre vers la culture de l'écrit, en transmettant les informations, les expériences aux intervenants.

Ensuite, c'est l'occasion de développer de manière importante le travail collaboratif

Pourquoi ?

Parce que les équipes sont ainsi amenées à participer pleinement aux objectifs et cibles, à réfléchir aux pistes d'innovation et d'amélioration potentielles mais également en demandant de rendre compte de leur efficacité.

Et ce décloisonnement des responsabilités, laissant une part de créativité à chacun, va permettre de favoriser l'émulation collective, la valorisation des éléments moteurs mais également de construire une image nouvelle et ambitieuse des équipes.

Une ambition forte de renouveau, de remise en question constante et de possibilité de valoriser le travail fourni qui peut-être intéressant pour l'ensemble des acteurs du Paysage.



Un moyen fort intéressant de différenciation territoriale et d'optimisation de ses processus, qui peuvent être peu négligeables par ces temps moroses.

Pour les personnes intéressées, voici le lien web de description de la démarche de labélisation.

Si vous souhaitez également connaitre l'interlocuteur pour vous présenter les principes écologiques, n'hésitez pas, demandez nous !