Affichage des articles dont le libellé est Identité. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Identité. Afficher tous les articles

vendredi 18 mars 2016

[Nouveaux Territoires] Eprouver, composer et penser le local en ville !



Grâce à un courriel issu de la veille de la plate-forme Créativité et Territoires dont nous sommes membres, nous avons découvert ce colloque fort intéressant pour notre recherche-action sur les nouveaux territoires !
 
Éprouver, composer et penser le local en ville : ressource identitaire, compétence ordinaire et expérience innovante


  Sophie Gravereau, maître de conférences à l'Université du Littoral-Côte-d'Opale ( Hors EHESS )
  Franck Mermier, directeur de recherche au CNRS (TH) ( IIAC-LAU )
  Caroline Varlet, chargée de mission à l'ENSA de Normandie ( Hors EHESS )


2e et 4e lundis du mois de 15 h à 17 h (salle 1, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 14 mars 2016 au 27 juin 2016


La question de la territorialisation dans ses relations à la notion de ressource et d’innovation sociale est encore peu étudiée par les sciences sociales dans son articulation avec la production de la ville. Nous nous proposons ainsi d'aborder les phénomènes locaux de territorialisation comme autant d'appuis de pratiques, de représentations etc. des espaces urbains et de réfléchir dans cette perspective aux formes diverses de localisation, délocalisation, relocalisation, ancrage et dés-ancrage, et toutes dynamiques tendant à « faire territoire » – comme à le défaire – qui se produisent dans les métropoles contemporaines.


Les territoires sont devenus, au gré des changements économiques, politiques et sociaux, des lieux d’innovation s’adaptant aux nouveaux enjeux culturels, identitaires, patrimoniaux et sociétaux, émergeant dans un contexte de mondialisation. Ainsi, les diversités sociales se recomposent, se développent et s’intègrent à ces villes globales, dans un mouvement perpétuel qui certes n’empêche nullement des phénomènes localisés de dépérissement urbain, mais par un effet contraire favorisent l’émergence de situations locales de créativité


Ainsi, des territoires, au cœur de processus de recomposition, forment des pôles d’attraction pour les habitants aux multiples appartenances, participant à la structuration physique et symbolique des espaces ruraux comme urbains. Les représentations d'une situation sociale que construisent les acteurs, édiles politiques comme minorités, et les conséquences collectives de l'action – requalification culturelle, valorisation touristique, labellisation – qu'ils développent en réponse, en connaissance de cause ou pas, seront privilégiées comme autant d'entrées, comme indicateurs pour observer et comprendre les modalités adaptatives à l'œuvre dans ces moments de contraction des évolutions sociales et territoriales.

D’une manière générale, les processus de territorialisation à l’œuvre dans les cités contemporaines mettent au jour les relations complexes et contradictoires entre identité locale et ville monde. Il s’agit de comprendre comment se créent, disparaissent et se transforment les lieux et les marquages territoriaux dans les villes actuelles. En quoi la pensée urbaine peut-elle être un instrument pour éprouver les espaces : transformation, gestion, appropriation ? Comment les recompositions interpellent les acteurs dans leur contribution à la construction d’un local ? Comment se mesure l’ancrage spatial de ces productions dans une ville faite de territoires composites et transitoires, où règnent des dynamiques réticulaires favorisant les fragmentations ?


Le local dans le temps long comme ressource face à la mondialisation


Selon des modalités locales spécifiques, des territoires constituent et se développent dans le contexte de la mondialisation ; de nouveaux modes de vie s’inventent et la vie quotidienne des habitants s’en trouve profondément transformée. Cette dynamique de restructuration économique, sociale et urbaine produit des changements territoriaux importants. Ces derniers affectent notamment l’ensemble des groupes urbains, leurs moyens économiques, leurs formes d’expression esthétique, culturelle ou politique, leurs inscriptions spatiales et temporelles. Il s’agit là d’un processus de longue durée qui s’inscrit pleinement dans l’histoire de la ville et du fait spatial, de manière général. 


Ce temps long est aujourd’hui une ressource clé dans la fabrication des territoires. Ce qui est questionné ici c’est la temporalité de la territorialisation comme condition de la mise en œuvre de l’innovation sociale et urbaine. Quels que soient les contextes locaux, nationaux, transnationaux, l’histoire urbaine des XXe et XXIe siècles se distingue volontiers par une prise de conscience locale toujours plus intense : décliné sous de multiples facettes, le lieu incarne les territoires autant par le biais matériel du monument historique, que par celui du paysage urbain et des pratiques des habitants. 

Au cœur du processus de construction des villes contemporaines, le lieu est essentiellement une affirmation identitaire rattachée à une réalité historique, politique et territoriale constamment en mouvement, réaffirmée, reconstruite et redéfinie. La création territoriale se construit, s’intensifie et se diversifie dans les contextes économiques, environnementaux, sociologiques et politiques en difficulté. L’élan pour le local serait alors un indicateur de changement social ou une réponse à une période de crise, à l’échelle d’un territoire, d’une région ou d’une nation.

Vivre le local : une ressource identitaire innovante


Les métropoles contemporaines semblent apparaître comme des lieux où des individus se fabriquent, par décomposition et recomposition. Qu’ils en soient proches ou éloignés, les citadins repèrent clairement ces nouveaux mondes : il s’agit bien souvent de « quartiers » qualifiés en fonction des minorités qui l’habitent et l’investissent. La définition identitaire de ces nouveaux groupes urbains fait se définit par des appartenances diversifiées : ethnique, religieuse, sociale, professionnelle, culturelle, linguistique ou encore de genre, d’âge, de style de vie, etc. Cette définition se révèle complexe dans la mesure où ces appartenances sont multiples. L’approche privilégiée dans ce projet se construit à partir de l’inscription physique de ces minorités dans les villes-métropoles. 


En quoi les appartenances minoritaires constituent-elles des ressources clés pour l’innovation ordinaire en contexte urbain globalisé ? À la différence des études sur l’ethnic business, traitant principalement de la visibilité économique des minorités, la problématique du projet porte sur la question minoritaire au cœur des processus urbains de territorialisation : comment observer et penser les relations entre territoires et cultures des minorités ? Dans quelles conditions le territoire, et la manière dont il est investi, serait-il l’un des facteurs d’une cohabitation culturelle entre des groupes sociaux, minoritaires ou majoritaires ?

Labels territoriaux comme ressort de l’innovation sociale et urbaine


Les labels territoriaux apparaissent comme un objet particulièrement intéressant pour mener une réflexion sur la fabrique des territoires, notamment dans leur dimension symbolique. La labellisation urbaine consiste à s’appuyer sur des territoires existants ou en construction en vue de les promouvoir, de les faire exister, de les rendre attrayants et d’inciter à les pratiquer, à y investir son temps, ses loisirs ou son capital. 


Le label devient ainsi un élément innovant dans la concurrence actuelle entre les territoires et s’inscrit dans une logique de marketing territorial. Celui-ci est apparu vers la fin des années soixante, principalement à l'occasion de campagnes politiques mises en place pour attirer les investissements de promoteurs dans de grandes opérations d'aménagement urbain et aider à la commercialisation des zones industrielles. Il s’étend désormais à la promotion de l’image de la ville. L’attractivité d’une ville repose à terme sur la qualité effective de son urbanité, à savoir, cette capacité singulière de faire d’une ville un « espace » qui favorise les échanges et les rencontres entre individus, voire encourage la participation aux affaires publiques. 

Par la question des labels, c’est bien la question de la ville dans son ensemble qui est posée, comme enjeu des représentations et des discours citadins. Et puisque le discours révèle les représentations et les intentions des acteurs et joue un rôle dans la production territoriale, il apparaît nécessaire de le prendre en compte dans une analyse locale, si l’on veut comprendre comment les acteurs urbains en arrivent à produire des labels territoriaux.

Les trois grands axes thématiques résumés ci-dessus offrent ainsi une triple approche du fait territorial : 

- une étude (de « genèse ») sociohistorique des processus à l’œuvre dans les contextes de mondialisation ; 
- un travail (« par le bas ») ethnographique et sociospatial sur les usages et les pratiques des habitants ; 
- une analyse (« par le haut ») sociologique et sémiotique des espaces et des acteurs (architectes, aménageurs, communicants, édiles, élus, techniciens, théoriciens, etc.) qui les produisent.
 





Mots-clés : Anthropologie, Sociohistoire, Urbaines (études), Ville,

Aires culturelles : Transnational/transfrontières

Centre : IIAC-LAU - Laboratoire d'anthropologie urbaine

Renseignements :

Laboratoire d'anthropologie urbaine, CNRS, 27 rue Paul-Bert 94204 Ivry-sur-Seine cedex, tél. :  01 49 60 40 83, télécopie : 01 46 71 84 96, lau(at)ivry.cnrs.fr

Adresse(s) électronique(s) de contact : sophie.gravereau(at)free.fr, franckmermier(at)yahoo.fr, varlet.c(at)wanadoo.fr

lundi 23 septembre 2013

Lexique pour une Ville rêvée, la Ville de demain


N'oublions pas de parler avec les mots des Français ...

Quelques mots sur la ville de demain et leur poids sentimental, 200 exactement, ont été noté lors d'une étude réalisée par l'Institut Médiascopie en mai 2011 sous la direction du sociologue Denis Muzet.



Particulièrement intéressant pour comprendre ce qui parle au grand public ... et adapter ainsi les concepts et la communication en adéquation lors de projets d'aménagement et de valorisation des territoires.

Et, première information ressortie, le concept de "ville durable" est accepté avec une note de 7,1 pour 10. A cela, les thèmes de la mixité, sociale et fonctionnelle, liée aux usages ressortent, aux côtés de "référendum local".

Une certaine idée de démocratie de proximité qui s'intègre dans la logique des projets de territoires.




vendredi 14 décembre 2012

Des mots-clés pour se définir





Et vous, comment vous définissez-vous ?

Présenter en une phrase ce que vous faites, ce que vous proposez tout en étant clair et succinct est une épreuve difficile.

Car ce projet que vous portez est en mutation permanente ...

Il faut également tenir compte de l'environnement, concurrentiel notamment. Et oui, que faire lorsque l'on doit réussir à se définir en une phrase tout en permettant, par l'utilisation des mots-clés judicieux, de se différencier ?

Et la définition de ces mots-clés seront les premiers indicateurs pour le Client que vous êtes différents et que vous êtes fais pour vous entendre.

Alors, à quand une identité claire et efficace ?

Un conseil. Commencez par regarder les publicités dans vos magazines préférés et venez ensuite nous voir !

lundi 26 novembre 2012

Réseaux sociaux, image et fidélisation


Petite lecture effectuée par le biais de notre veille économique quotidienne sur les avantages des réseaux sociaux ...


"Réseaux sociaux : 5 leviers pour acquérir et fidéliser 

Pour que les entreprises obtiennent un maximum de fans sur leur page des réseaux sociaux, elles doivent suivre cinq bonnes pratiques dont la première est de qualifier l'influence des clients en surveillant leur activité sur les réseaux, leurs relations et contributions. 


Puis ensuite les inviter à rejoindre la page de son entreprise sur différents réseaux sociaux. Sur les différents supports de communication, il est important d'intégrer des boutons de partage. 

Par ailleurs, afin de mieux cerner le comportement des internautes, les entreprises doivent enregistrer les clics sur les liens de partage et les vues partagées. 

Egalement, il est important de créer des opérations ponctuelles pour capter de la donnée."

Source : Veille de la CCI du Maine et Loire, Chefdentreprise.com, 30/10/2012


N'hésitez pas à nous contacter si vous souhaitez des conseils sur les manières de construire votre image et les moyens possibles pour développer votre activité, par le web.

En attendant, voici une page réalisée par une agence de paysage et d'urbanisme bien connue, qui emploie le plus utilisé des réseaux personnels pour construire sa notoriété, Ilex Paysage et Urbanisme, sa Page Fan Facebook ...

Une Page Fan Facebook, un moyen simple d'exister ...

Développer le Design management comme source de différenciation


Au cours de la consultation de la veille technologique de l'agence, je me suis attardé sur la dernière newsletter d'un fournisseur maintenant bien connu, AquaTerra Solutions.

Et quelle surprise de lire que cette entreprise, à la réussite visible, à en croire chiffres communiqués par Infogreffe, emploie un discours propre au Design management !

En effet, dans cette newsletter de novembre 2012, on peut lister des axes stratégiques.

Elle commence tout d'abord par replacer l'entreprise dans son contexte.

"AquaTerra Solutions n’est pas une entreprise comme les autres. Notre société, leader, est remarquée pour ses innovations ainsi que pour son engagement au service des clients et pour la protection de l’environnement."

On peut ainsi lire son rôle de leader par rapport au marché des solutions de génie végétal. Qui s'explique, à leurs yeux, par l'engagement au service des clients et de la protection de l'environnement.

Ensuite, une déclinaison se fait autour de valeurs humaines propres à la société, qui sont les bases du design management.

"... le même souci du détail, la même volonté de perfection et le même esprit d'équipe animent et font progresser les collaborateurs du groupe."

Enfin, son auteur, Stéphane Couret, énonce quelques éléments qui définissent ainsi l'esprit entrepreneurial de la société.

"Innover pour fournir les bonnes solutions [...] La passion de la performance [...] L’engagement permanent au service de nos clients ..."

Des axes forts qui permettent de définir avec clarté la manière dont l'entreprise cherche à construire son image, mois après mois.

Une manière forte intelligente de se présenter non plus comme simple fournisseur pour les prescripteurs et les entrepreneurs mais bien comme un réel partenaire de confiance, recherchant les solutions les plus innovantes pour répondre à leurs attentes.

Une approche assez intéressante qui permet de se rendre compte des possibilités qu'offre le management orienté par l'innovation.

Bien entendu, il n'appartient qu'à vous-même de vous faire votre propre opinion sur cette structure en lisant ici la newsletter que nous avons pu nous-même recevoir.

Cela dit en passant, ne serait-il pas intéressant pour cette structure de conforter son image en construisant une identité coorporate davantage en accord avec son discours ? 

Des pistes d'amélioration existent semble-t-il, que cela soit au niveau de son identité graphique, de la manière d'entrer en contact avec les clients potentiels ou par la manière de faire entrer l'internaute (professionnel) dans son univers ... le site web étant riche en contenu mais quelque peu lourd à parcourir.

Mais ce n'est que mon humble avis !

vendredi 23 novembre 2012

Label de gestion écologique, des leviers de motivation ... et de valorisation



Le label EcoJardin, une manière de gérer les espaces verts


Lors de mon passage au Salon des Maires et des Collectivités hier, j'ai pu profiter d'une conférence organisée par Plante & Cité.

La conférence était intitulée "La gestion écologique de nos espaces verts grâce à EcoJardin".

A cette occasion, plusieurs intervenants ont pu exprimer clairement, en tant qu'ambassadeurs, les aspects positifs d'une telle démarche.

Notamment Natureparif, l'organisme parisien chargé de promouvoir la biodiversité en Ile-de-France, était présent.

Ce fut l'occasion d'écouter son fonctionnement, organisé selon une gouvernance tripartiteEn effet, la démarche labellisée est assurée par trois types d'acteurs.

Plante & Cité, en tant que gestionnaire du référentiel, Natureparif, en porteur du projet de labellisation pour 3 ans et des cabinets privés, chargés d'auditer les sites.

Des aspects intéressants ont pu ressortir de là.

D'une part, le prix relativement faible. En effet, celui-ci ne coûte que 675 € TTC / site audité, facturé directement par l'auditeur externe.

D'autre part, les aspects non négligeables que peuvent apporter une telle démarche, que ce soient pour les collectivités gestionnaires de sites que pour les entreprises d'espaces verts, pouvant être amenés à gérer ou tout partie de ces espaces. 

Ces aspects furent notamment présentés par la Ville de Metz et son fameux parc de la Seille mais également par la Ville de Versailles, représentée par Magali Ordas, adjointe à l'environnement et Cathy Biass-Morin, directrice des Services Espaces Verts.

En voici les principaux selon moi.

C'est tout d'abord la possibilité d'accompagner le Changement, aussi bien en dans le fonctionnement interne, pour les services techniques et les élus, qu'en externe, vis-à-vis des possibles entreprises d'espaces verts, des fournisseurs et surtout, des habitants.

Accompagner le Changement par une sensibilisation opérationnelle et quotidienne, mais également par la possibilité de mettre en place une démarche Qualité, structurant ainsi les méthodes de travail et permettant ainsi d'assurer la gestion durable des espaces verts. 
Par ce biais, on peut ainsi tendre vers la culture de l'écrit, en transmettant les informations, les expériences aux intervenants.

Ensuite, c'est l'occasion de développer de manière importante le travail collaboratif

Pourquoi ?

Parce que les équipes sont ainsi amenées à participer pleinement aux objectifs et cibles, à réfléchir aux pistes d'innovation et d'amélioration potentielles mais également en demandant de rendre compte de leur efficacité.

Et ce décloisonnement des responsabilités, laissant une part de créativité à chacun, va permettre de favoriser l'émulation collective, la valorisation des éléments moteurs mais également de construire une image nouvelle et ambitieuse des équipes.

Une ambition forte de renouveau, de remise en question constante et de possibilité de valoriser le travail fourni qui peut-être intéressant pour l'ensemble des acteurs du Paysage.



Un moyen fort intéressant de différenciation territoriale et d'optimisation de ses processus, qui peuvent être peu négligeables par ces temps moroses.

Pour les personnes intéressées, voici le lien web de description de la démarche de labélisation.

Si vous souhaitez également connaitre l'interlocuteur pour vous présenter les principes écologiques, n'hésitez pas, demandez nous !

jeudi 22 novembre 2012

Se différencier dans la durée


Se différencier dans la durée ...

L'évolution du iMac, un archétype qui date ...


Lourde tâche qui incombe à toute entreprise de développer des concepts de services qui permettront, d'une manière ou une autre, de construire le fossé de la différenciation.

Et celui-ci ne se fait pas sans investissements, qu'ils soient humains, financiers ou en créativité.

Je pouvais lire dernièrement, dans un blog consacré au design, la manière dont Apple avait pu construire, selon l'auteur, son process de développement.

En effet, cette firme que tout le monde connait a développé une démarche qui repose sur des étapes itératives, qui sont une constante pour l'ensemble des entrants de produits sur un nouveau marché.

1/ Créer un produit archétype qui pourra être modifié ou redéfini ultérieurement.

2/ Améliorer tout au long de la vie du produit la technologie et les procédés de fabrication.

3/ "Traire" le produit le plus longtemps possible. 

Un résumé fort intéressant vous ne trouvez pas ?

Cette démarche peut en effet aussi bien être employée pour construire un nouvelle activité dans votre Organisation que celle consistant à employer cette approche dans le cadre de votre "métier" actuel. 

Et oui !
Que vous soyez une agence de créatifs dont les compétences sont liées à l'architecture, l'urbanisme, le paysage ou le design produit aussi bien qu'entrepreneur en espaces verts, travaux publics, la démarche peut être reprise.

Car ce qui compte, c'est de créer une identité, un modèle économique, qui corresponde aux besoins de vos Clients. Besoins actuels comme futurs bien entendu.

Pour cela, deux manières d'agir.

+ Développer une attitude basée sur le Creative management cherchant à optimiser, canaliser la créativité permanente qu'offre votre métier.

ou ...

+ Construire une cadre créatif et innovant selon les axes du Design management en assouplissant les règles de votre structure organisationnelle, en donnant une certaine liberté de regards à votre personnel et en développant une image de vous basée sur l'innovation.

Dans un cas, il vous faudra canaliser cette créativité pour homogénéiser votre activité, dans l'autre, il sera bon de placer celle-ci à toutes les niveaux de votre Organisation de manière à construire un autre modèle de management.

mardi 20 novembre 2012

Séduire ou comment se différencier ...


Comment séduire le client ?

Cette question, à laquelle tout dirigeant doit réfléchir en permanence, est une affaire de méthode. Ainsi, celui-ci doit s'interroger continuellement sur les moyens de séduire le Client.

En prenant le train entre Paris et Angoulême, j'ai pu être frappé par les différentes qualités fournies entre le personnel à bord du train et celui à quai, donnant deux sons de cloche divergents sur les manières d'aborder le client ...

Pour passer outre, je suis tombé sur un journal régional intitulé "Le Journal des Professionnels" où j'ai pu lire un article sur l'art de séduire le client.

Ainsi, comme l'exprimait dans cet article, le client "a de toute façon gagné la guerre et se montre de plus en plus exigeant" dixit Ralph Habadou, coauteur de plusieurs livres sur la question.

Il faut, selon lui, avoir intangiblement deux principes en tête le concernant.

  1ère loi : le client a toujours raison.
  2ème loi : si jamais il a tort, relisez la première règle.

Pour cela, des principes clairs et non des règles, causes de nombreuses limites créatives, devront être suivis pour assurer face à la clientèle potentielle.

Même si je ne suis pas totalement d'accord avec lui de manière littérale, il faut avouer que le principe répond tout de même à une vérité. 
Le Client est roi car il possède les moyens d'acheter et de posséder votre serviceA vous donc de le séduire de manière à répondre à ses attentes tout en répondant aux vôtres, pas forcément systématiquement identiques.

Satisfaire le Client impose, selon nous, de préalablement séduire ses propres collaborateurs qui, alors convaincu, pourront alors d'autant mieux refléter l'image différenciante de votre Organisation et ainsi séduire vos Clients. 

A vous donc de jouer d'audace et de créativité pour pouvoir répondre aussi bien à vos attentes, à celles de vos clients qu'aux autres parties intéressées.

En attendant, voici un extrait de potentialités de différenciation par l'image produite ... si vous voulez plus, cliquez ici.

La carte de visite, la première impression (source). Ici, d'un architecte US.


jeudi 15 novembre 2012

Fournir une expérience unique au Client




Étonner, surprendre et enrichir l'expérience du Client, qu'il soit l'utilisateur ou le décisionnaire.

Voici quelques mots clés que vous devez toujours avoir à l'esprit lorsque vous construisez, excusez-moi de l'anglicisme, l'identité coorporate de votre Organisation.

Pourquoi ?

Parce que vous devez toujours avoir conscience que votre Client est unique, contrairement à vos concurrents, très ... nombreux. 

Le simple fait de créer une surprise prouvera donc déjà que celui-ci ne s'attendait pas à ce que vous fassiez une proposition ambitieuse, originale, en un mot, créative.

Pour cela, vous devez avoir à l'esprit que toute relation avec le Client se doit d'avoir le même fil rouge que l'expérience que vous avez lui fournir au cours de la prestation de services, ou que celle que vous avez lui offrir au moment ultime de l'utilisation de vos services.

Parce qu'il n'y a pas que le prix !

Comme j'ai pu l'illustrer ici par un imprim'écran du site d'Apple, apprenez à vous détacher du prix. Celui-ci est loin d'être le seul facteur de différenciation. La meilleure preuve n'est-elle pas Apple et son Iphone, ses Ipad ?

Bien sûr, si vous êtes simplement une copie conforme de votre concurrent ...


Le fil rouge

Celui-ci se doit d'être uniforme tout au long de la relation que vous allez avoir avec votre Client, c'est lui qui vous caractérise, vous définit, vous identifie.

La créativité canalisée doit permettre cela, fournir une expérience unique à votre Client tout en permettant à votre structure d'optimiser durablement la création de valeur. Et ceci quelque soit l'unité de valeur.

lundi 12 novembre 2012

Pourquoi du Conseil avec Prima Terra l'Agence ?





Au début, un constat

Parce que les Organisations de l'Aménagement des territoires ont besoin d'interlocuteurs uniques pour orchestrer efficacement leurs projets, 

parce que les prestataires de services sont généralement nombreux pour répondre à ces attentes, la multiplication des interlocuteurs engendrant des surcoûts évidents et des défaillances d'organisation inévitables, 

nous avons voulu répondre à vos besoins.

De là est née PRIMA TERRA l'Agence®
votre unique interlocuteur pour construire avec vous l'identité, les stratégies et l'organisation qui correspondra à votre projet, l'ensemble étant alors valorisé par une communication ciblée, tout naturellement.


De l'exploration d'idées à la concrétisation

Pour vous, nous développons ensemble les idées qui vous ressemblent pour construire ainsi vos projets de demain.



SE PROJETER

Parce que ... vous vous devez d'élaborer et de suivre le fil rouge qui vous permettra d'accomplir et de réussir votre projet, sous toutes ses coutures.


ETRE & DEVENIR

Parce que ... le reflet de votre organisation doit répondre le plus justement à votre projet, nous composons pour et avec vous l'identité qui colle, tout simplement.


PENSER, CRÉER

Parce que ... votre métier, votre projet est votre credo, parce notre démarche co-créative est notre credo, parce que nos solutions créatives seront les réponses à vos attentes.


COORDONNER


Parce que ... vous ne devez rien laisser au hasard, nous composons une équipe adaptée à vos besoins. Nous sommes l'interlocuteur unique qui optimise votre temps tout en orchestrant tout du long le processus créatif qui vous rendra différent du voisin.


OPTIMISER

Parce que ... votre organisation se doit de répondre au plus près aux attentes de vos projets, nous assurons en interne l'intégration de nos solutions créatives, performantes ... et efficientes.


VALORISER & COMMUNIQUER

Faire savoir votre savoir-faire, quelle meilleure ambition pour parachever votre projet ?