Affichage des articles dont le libellé est Design territorial. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Design territorial. Afficher tous les articles

vendredi 6 novembre 2020

[lecture] Et si l'on refondait le Made in Local ?

 

Un livre à lire et relire écrit par Raphaël Souchier sur les conditions pour refonder l'économie en local, dans chaque territoire associant ville et campagne...

On y parle de la manière de se mettre en réseau, de mutualiser, de coopérer entre acteurs, de mesurer son impact ...

 


L'intérêt principal selon nous est le principe du développement basée sur l'idée "d'entreprise étendue", c'est à dire un projet économique pensé en réseau, mettant en relation basé sur la réciprocité pour construire des projets communs.

C'est d'ailleurs ce que nous réalisons avec PRIMA TERRA, en soutenant et investissant dans de nombreux projets made in Local !

Par ailleurs, l'auteur exprime le principe de tendre vers une économie régénératrice, une économie cherchant à fertiliser le tissu local en reversant en local une part de la création de Valeur produite, minimisant ainsi l'impact négatif de l'extraction de ressources. 

 

MADE IN LOCAL 

Emploi, croissance, durabilité : et si la solution était locale ?

de Raphaël Souchier

octobre 2013, éditions Eyrolles 

code isbn : 978-2-212-55770-1 

 

samedi 3 juin 2017

[fiche de lecture] Vers davantage d'innovations publiques par le design ?



Suite à la lecture d'une publication scientifique des chercheurs Jean-Marc Weller et Frédéric Pallez sur les "formes d'innovations publiques" et plus particulièrement celles portées par le design, je vous fais part de quelques éléments de synthèse intéressants pour ce qui nous intéresse, habiter le territoire, c'est-à-dire les usages, pratiques et partages qui participent de la constitution du sentiment d'habiter un territoire.

On peut y lire les éléments suivants :
- les formes d'innovations publiques ayant pour objet l'Espace (aménagement d'un espace public par exemple) ou la participation (mobilisation des habitants, usagers... dans le cadre d'un projet public) sont actuellement en fort déclin en terme de représentativité de l'innovation publique en France ; 

- au contraire, les formes d'innovations publiques ayant un rapport avec une refonte organisationnelle ou une transformation managériale au sein de l'administration sont en constante croissance, 

ce qui nous laisse à penser que ce qui touche le quotidien des professionnels de la Fonction publique est sans doute plus parlant et révélateur d'une tendance de fond, le besoin de concilier optimisation/réduction budgétaire avec efficience face aux objectifs demandés par l'Élu (et indirectement par l'habitant) et quête d'un renouveau de sens de ce qu'être "agent public". 

Une hypothèse pourrait être soulevée : la nouveauté produite par la posture méthodologique du design et la volonté de la "mettre à toutes les sauces" et dans tous les contextes, a pu faire oublier la réelle complexité de l'objet lui-même, renvoyant, au-delà de la technique, à des notions plus politiques et philosophiques que peut-être la participation face aux différentes formes de la démocratie ou à celle de "l'espace public" souvent envisagé à la fois comme un espace urbain, la Rue, ainsi que comme espace d'expression, de mise en capacités... 

Ainsi, il nous semble important de soulever le besoin de questionner la raison la raison de l'emploi souhaité du design, sur le fond comme la forme, dans la recherche d'innovations publiques, afin que celui-ci soit au service d'une raison d'être, d'une mission et de fondamentaux partagés, et non comme simple "nouveauté technicienne". A Prima Terra, nous cherchons à questionner le sens lors de chaque projet, en organisant notamment des temps préparatoires avec les élu.e.s et décideurs sur la dimension profonde de l'innovation souhaitée.

- On observe également la diminution sensible depuis 2013 du nombre d'innovations publiques par le design, comme illustré sur ce visuel.


En effet, nous observons ici un possible "essoufflement" de l'emploi du design pour l'innovation publique. Il semblerait, d'après les auteurs, que "l'effet nouveauté" ayant pris son envol surtout à partir de 2009 soit issu du travail conséquent de défrichage et d'acculturation par ses réseaux et promoteurs phares que sont la 27ème Régionla FING ou la Cité du Design de St Etienne.

Il nous semble intéressant de questionner, comme Prima Terra l'a réalisé il y a plusieurs années le rôle potentiellement jouable par le design et ses acteurs mais aussi la limite de cette posture méthodologique qu'est le design, pouvant permettre d'initier une dynamique nouvelle dans la Fonction publique, insuffler un regard "orienté utilisateur" mais aussi faciliter la mise en place de nouvelles pratiques mais ne pouvant en aucun cas remplacer les profils, pratiques et approches des opérateurs en place par de seuls designers. 

En effet, les équipes en place ont certes besoin d'agents facilitateurs que peuvent représenter les designers seuls, mais ont aussi besoin de développer une autonomie suivant le départ de ces derniers, en ayant à disposition des formations, des méthodes et des outils de déclinaison opérationnelle de l'innovation produite.

A Prima Terra, nous partons du principe que chaque projet doit être abordé par au moins trois composantes, présentes au sein de notre équipe : le design, pour initier, faciliter et traduire les représentations partagées, l'Espace, pour incarner physiquement, virtuellement, socialement, culturellement ... le changement en cours et le management dans la complexité, qu'il soit d'ordre de l'analyse sociologique, du développement local ou de la déclinaison des politiques territoriales.

- Ainsi, la publication révèle, face à ce constat, l'intégration de plus en plus prégnante d'autres disciplines aux équipes de designers, en sciences sociales, en gestion, en techniques spatiales ... comme l'indique le visuel ci-dessous.


Il nous semble intéressant de questionner ainsi comment, face au cloisonnement actuel des compétences, notamment des collectivités (gestion propre au service, logiques servicielles par service, comme la culture, la voirie...), mais aussi face aux silos organisationnels que l'on retrouve aujourd'hui de façon courante dans ces dernières (culture pour la commune, économie pour la communauté de communes par exemple) mais aussi à l'échelle de l'Etat (ministère de l'éducation nationale et ministère de l'enseignement supérieure, de la recherche ou encore Culture et Communication et Economie de l'autre ... alors que les deux sont intimement liés), les possibilités offertes pour mettre en place, de l'intérieur des équipes transversales, permettant l'innovation publique !

Pour nous, à Prima Terra, l'innovation peut et doit venir de l'intérieur comme de l'extérieur, à travers la mise en place de projets, formant ensemble processus, en s'appuyant non pas sur les consignes internes mais sur les ressources et les dynamiques externes, passant d'une collectivité (administrative) imposée à une collectivité instituée par l'action, le projet.

Il nous semble également important que l'ensemble de ces projets puissent se nourrir les uns des autres, dans une approche propre à l'école de pensée des "Créativités et Territoires", où le regard créatif, la spontanéité, la rencontre impromptue auraient autant de place au quotidien que le Projet, débattue, questionnée sans cesse par l'action audacieuse et convergente d'acteurs variés, issus du territoire mais aussi d'ailleurs.

Ainsi, nous pensons que la Territoire ne peut se construire que par la Pensée et l'Action simultanée, formalisées par des relations organiques (cultivant les opportunités, les métissages d'idées, de projets et de disciplines) et non plus mécaniques, où la logique de gestion ne serait plus la finalité.


- Nous pouvons lire que ce qui ressort est bien une grande majorité des projets accordées et incarnés par un lieu, un territoire et non pas un sujet général, permettant d'envisager le travail en commun de façon habitante, que l'on soit ou non du territoire ...
Cela participe ainsi d'une réflexion sur les raisons et les possibilités qu'offrent néanmoins l'innovation publique par le design, au nombre de quatre tendances, qui doivent être systématiquement questionnées lors du montage d'un nouveau projet à caractère potentiellement innovant.

La première est celle de l'entrée par le quartier, un village ... renvoyant à l'image de l'immédiateté habitante, à l'espace vécu, du quotidien.
La seconde est celle de l'équipement, posant question des fonctions (et des usages !) que peuvent porter des biens matériels publics. Le territoire est alors appréhendé par l'entrée "des lieux et services d'accueil", renvoyant notamment à la question de l'accessibilité des services publics. 
La troisième est de celle de la transformation organisationnelle de l'administration publique, allant des lieux de travail au processus de décision, questionnant ainsi les postes, rôles et responsabilités que doivent demain porter les opérateurs publics. Ici, c'est l'enjeu de la coordination entre les acteurs publics et privés du territoire qui est soulevé, renvoyant à la notion "d'écosystème relationnel et partenarial" développée par Prima Terra.
La quatrième, enfin, est celle de la relation du Public avec le public, sans relation immédiate avec le territoire. Il s'agit ici de questionner les interfaces, les possibles, les données... en mobilisant la société civile, organisée ou non, autour de problématiques davantage de l'ordre de l'Etat et de ses missions instituées.
Enfin, l'auteur conclut sur deux points : "l'ampleur du phénomène et sa pérennité", notant notamment la fourche du mouvement de fond en deux tendances, l'une portée par l'approche managériale de l'optimisation des ressources et des impacts (ayant le risque de n'être que la suite de modes comme la Qualité Totale, le Six Sigma...), l'autre orientée vers une profonde vision méthodologique ET politique de la transformation publique.

Le second constat est celui de la qualité du phénomène, révélant une évolution actuelle des objects de travail du design public et une transformation possible de la méthodologie du "design de services publics" à celle "d'un design de processus", beaucoup plus englobant et complexe mais bien plus efficient sur le long terme pour les territoires !

Prima Terra souhaite, face à ces constats, poursuivre la mise en place et l'animation d'un écosystème coopératif de solutions, initiatives et dispositifs dédié à l'exploration de nouveaux espaces de coopération, par la Recherche, l'Accompagnement et la Formation, en France et dans le monde francophone.

Si vous souhaitez poursuivre la discussion et engager une réflexion-action à l'échelle de votre territoire, de votre organisation ou des liens possibles avec les autres acteurs, publics et privés, contactez-nous !


Pour aller plus loin et lire l'article : https://www.cairn.info/revue-sciences-du-design-2017-1-page-32.htm


par Alexis Durand Jeanson

vendredi 7 avril 2017

Penser Créativité.s et Territoire.s dans votre tiers-lieu avec l'Université qui fête l'arrivée de l'été !


Bonjour cher.e.s membres de l'écosystème PRIMA TERRA,

Vous cherchez à ...

--> Vous outiller et structurer vos pratiques collaboratives et coopératives pour créer ensemble ?
--> Mutualiser un lieu pour concevoir, réaliser et commercialiser vos créations ?
--> Animer votre communauté, faire ensemble et composer des partenariats sur votre territoire ?

Voici l'événement créatif qui est fait pour vous !

3 jours créatifs pour apprendre, partager et développer votre projet de lieu partagé, du tiers-lieu à la boutique-atelier, de l'équipement public troisième lieu à la friche culturelle, de l'espace coworking à l'Oasis nature ... en n'oubliant pas d'animer votre communauté, de modéliser vos expériences en mode recherche-action ou encore en prototypant vos concepts avec vos futurs utilisateurs !

Rendez-vous le lundi 15, mardi 16 et mercredi 17 mai 2017, à 15 minutes d'Angers, dans le lieu partagé et créatif Rive d'Arts, aux Ponts de Cé (49).

Les trois jours de formation pratique et créative se baseront sur le fil rouge du livre-manifeste "Economie circulaire créative, vers une révolution sensible" !



Deux tarifs sont proposés, dont un réduit pour l'étudiant, le créateur inscrit à la Maison des Artistes et le chercheur d'emploi.
> Voici un lien web qui vous expliquera en détails tout ce que vous avez à y gagner... et n'attendez pas de vous inscrire, il n'y a que 20 places !

​Belle semaine à vous,
​A très bientôt !

vendredi 17 mars 2017

3-4-5 juillet 2017 : Prima Terra et les 1ères Assises Nationales Sciences Société à Montpellier



PRIMA TERRA contribue dès à présent à ce qui constitue déjà les "Premières Assises Nationales Sciences Société" à Montpellier, prévues les lundi 3, mardi 4 et mercredi 5 juillet 2017.


La démarche est simple : c'est aux acteurs, chercheurs comme non académiques, de proposer, contribuer et participer au programme ouvert pour "rendre visible et favoriser les initiatives et relations entre les Sciences et la Société".


Trois jours pour constituer :


une vitrine des initiatives, en cours et projetées, 

un carrefour des initiateurs, des partenaires et des acteurs
un stimulateur // facilitateur // accélérateur des possibles !

Les dimensions traitées relèveront de :










Les rencontres et ateliers prévus et co-animés par PRIMA TERRA (les dates sont encore à confirmer) :

3, 4 et 5 juillet toute la journée, dans l'Espace Forum : atelier ouvert "L'écosystème de la recherche participative à Montpellier et Occitanie par extension"  
3, 4 et 5 juillet toute la journée, dans l'Espace Forum : parlons de  "L'Obsidienne et les espaces tiers (tiers-lieux, communs, living labs...)"  
Lundi 03 juillet de 13h30 à 15h30 : 
"L'analyse du cycle de vie d'un projet de recherche traditionnel"

Lundi 3 juillet de 15h30 à 17h : 
atelier "Quelles relations Sciences-Société : qu'est-ce qu'un living lab ? (avec le cas et la mise en perspective possible avec "L'Obsidienne)"
Mardi 04 juillet de 9h à 17 h :  "Les valeurs partagées dans les sciences participatives"  
Mercredi 05 juillet de 9h à 12h30 : "Le panorama de l'éducation à l'environnement et au développement durable en France"



Vous êtes intéressé.e.s pour contribuer ?


Voici les possibilités offertes :


> lire le retour journalistique sur le premier atelier pour composer ensemble.


> contacter Alexis Durand Jeanson : alexis (at) prima-terra.fr

mardi 6 décembre 2016

[Evénement] "La coopération créative" présentée aux Assises des Pays et Pôles d'Equilibres Territoriaux

France Clusters a animé le 8 novembre lors des États Généraux de l’ANPP, un atelier portant sur la thématique « La coopération inter-entreprises, un outil au service de l’innovation et du développement dans les territoires ». 
Découvrez les initiatives invitées de coopération inter entreprise :
Constats : la coopération inter-entreprises et ancrage territorial.
Nous faisons deux constats majeurs. Premièrement, le principe des « clusters » (ou plus généralement des coopérations interentreprises sur un territoire) en tant qu’outil de développement économique des territoires semble acquis et l’on continue de voir émerger de « nouveaux clusters » notamment dans des territoires ruraux. Ensuite, ces réseaux d’entreprises sont particulièrement innovants et réussissent à tirer avantage de leur ancrage en territoire ruraux.
Problématiques
  • Quels sont les mécanismes spécifiques et innovants de la mise en coopération des acteurs économiques en milieu rural ?
  • Comment l’innovation peut -elle se traduire par la complémentarité rural / urbain et comment ces liaisons urbain / rural peuvent-elles contribuer au développement de ces coopérations économiques et de leurs territoires ?
  • Comment tirer profit des bonnes pratiques existantes et en faire un modèle transférable à d’autres territoires ?
Plusieurs questions se posent alors :
Quels sont les acteurs économiques innovants en milieu rural, que font-ils ? Comment l’innovation peut -elle se traduire par la complémentarité rural / urbain ? Comment tirer profit des bonnes pratiques existantes et en faire un modèle transférable à d’autres territoires ?
Les réponses des intervenants :
  • anpp-atelierUn exemple de coopération inter-entreprises du Pays Bruche Mossig Piemont:le projet SLIDE [lien web], qui soutient la compétitivité des entreprises du territoire en proposant de participer à différentes rencontres pour permettre l’identification de synergies inter-entreprises.
    Ces synergies pourront être des partenariats basés sur des échanges de matières, d’énergie, de services entre les différentes entreprise du territoire.
  • France Clusters, au travers du projet « clusters, territoires et lien rural / urbain ». La thématique « clusters, territoires et lien rural urbain » y est traitée sous deux angles :
    • Les lieux physiques d’innovation pour développer des coopérations interentreprises sur les territoires
    • Clusters et territoires locaux : quelles relations clusters et organisations territoriales ? Comment optimiser les projets de chacun.
  • Prima Terra, au travers du mouvement et des dispositifs contextualisés Révolution Sensible [lien web] mettant en avant le concept de coopération créative entre entreprises et territoires. Le concept est développé sous trois entrées :
    • Les talents, personnalités du territoire ayant des qualités de défricheurs, de leaders, d'ambassadeurs ... à rassembler sous des formes sociales collectives, où l'intérêt collectif et individuel s'équilibrent.
    • Les matières locales, données, connaissances, idées, matières premières et secondaires transitant sur le territoire, à révéler et valoriser à travers des temps de co-création, générant des projets à impact positif.
    • Les lieux de création.s, incarnations de l'économie plurielle, propre à révéler, symboliser et stimuler "l'amour du territoire" et les coopérations.
>> Découvrez toutes les possibilités qu'offrent la Révolution Sensible sur votre territoire, pour votre lieu partagé, votre organisation et votre territoire ici : www.revolution-sensible.com !

lundi 15 août 2016

[Design et Pédagogie] Lorsqu'un territoire comme Angers Loire Métropole se met au design pédagogique et territorial !







Présentation de quelques productions selon une démarche de design pédagogique dans le cadre du projet de développement stratégique des Basses Vallées Angevines à travers la marque événementielle “Les Vertu’Osités des Basses Vallées Angevines”, en 2015-2016. 
 
Le Château du Plessis-Bourré commanda également un panneau pour son compte.

Notre travail de façon générale sur ce projet :
- Co-conception du projet de marque
- Assistance à maîtrise d'oeuvre et maîtrise d'oeuvre générale
- Production d'un appel à projets créatifs
- Co-conception scénographique et événementielle et coordination de l'équipe créative

Et plus particulièrement pour ces documents :
- Récupération et traitement des données.
- Conception de la narration accessible à tous.
- Impression sur toile tissée recyclée de 4 panneaux dont trois présentés ici.

mercredi 22 juin 2016

[espace hybride] Prima Terra accompagne l'ouverture des Maisons de Services au Public !


Prima Terra accompagne l'émergence, la programmation et l'animation d'espaces d'intérêt collectif, où l'hybridation des usages, des publics, des modèles économiques est de mise, comme les lieux labellisés "Maison de Services au Public".

Voici une courte présentation, en vidéo, de cette "maison publique" :



Comme de nombreuses associations et collectivités, faites appel à nos services pour associer votre projet de lieu partagé : coworking, médiathèque troisième lieu, créalab, café-librairie ... à une maison de services au public !

vendredi 10 juin 2016

[revitalisation rurale] "LUSSAC LES EGLISES, un village qui s'ouvre au monde"


" Lussac les Eglises, un village qui s'ouvre au monde "


A travers l'ambitieux projet de revitalisation et de requalification du centre-bourg, Lussac a l'ambition d'ouvrir la voie au renouveau de nos territoires ruraux. 

Véritable expérimentation territoriale, les habitants se sont réunis au fil des ateliers pour imaginer et concevoir ensemble l'avenir de leur bourg.
Cette énergie collective, nourrie par l'amour du pays, est le point de départ pour embellir et faire vivre ensuite nos villages.. 

L’attractivité du bourg, fondation pour une économie locale dynamique, repose en grande partie sur l'animation habitante et l'expression affirmée de sa qualité de vie en campagne. Les actions réalisées depuis octobre 2015 illustrent bien le fait que l'amélioration de son village doit venir et vient toujours des habitants.

Depuis début mai 2016, l'équipe Prima Terra dessine avec les habitants les espaces publics du centre-bourg (trottoirs, parking, parc de la Mesou...). Autour d'une maquette du village, outil concret de compréhension des usages des espaces, l'expression des envies et besoins de chacun se révèle.






Le samedi 11 juin, de 9h30 à 18h30, afin d'évaluer la faisabilité du projet choisi, un chantier participatif est organisé en extérieur
Vous êtes tous invités à y participer : enfants, parents, retraités, touristes, ... en venant avec des idées, des envies, des marteaux, des gâteaux et autres rafraîchissements pour construire ensemble une partie du futur projet d'aménagement. 

- Réalisation de mobilier (banc, table, jardinière ...), 
- plantation de plantes fleuries, 
- peinture au sol, 
- bibliothèque pour tous, etc. 

sont au programme pour modifier l'ambiance des lieux et donner à voir le futur de Lussac pour l'été.

Le rendez-vous est donné devant la boulangerie le vendredi 10 juin 2016 à partir de 9 heures 30 ! Mathilde, Sonia et Alexis vous attendront.

En septembre, l'équipe Prima Terra présentera au Comité de Pilotage le scénario approfondi avant une présentation grand public, en octobre, aux habitants de Lussac les Eglises, des hameaux et des villages voisins la synthèse du travail : 
- la stratégie de développement local : l'économie, la culture, l'environnement et le social ;
- le projet d'aménagement des espaces publics du bourg ;
- et les actions d'animation à mener pour le faire vivre, attirer et accueillir.

La date de ce rendez-vous sera communiquée ultérieurement.
A très bientôt et bel été à tous !

SAVE THE DATE - Rdv à St Ouen pour le OUI NOUS SOMMES PAYSAGE.S !


Mathilde Cota, Sonia Woelfflin, Camille They, Mathilde Haldenwang, Cécile Villiers et Alexis Durand Jeanson, explorateurs.rices de Prima Terra, participent voire co-organisent une grande rencontre à St Ouen sur Seine, le vendredi 24 et samedi 25 juin 2016, sur le thème du "OUI NOUS SOMMES PAYSAGE.S".

Un événement porté par l'association-réseau francophone VIA PAYSAGE, dont certains coopérateurs sont membres historiques, partenaire du projet de réseau international de recherche-action sur les "Paysage.s collaboratifs, durables et désirables, vers des territoires apprenants de la transition".



Nous découvrirons un programme dense et varié avec des visites de lieux partagés, des présentations de projets, pratiques et réseaux, un chantier participatif, un repas coopératif ...

Plus d'informations ici : viapaysage.blogspot.fr/2016/03/yes-we-are-2016.html

A bientôt !

jeudi 28 avril 2016

[Nouvelles économies] Prima Terra lance les 1ères Masterclass de France dédiées à l'UP'design pour penser autrement son business et son territoire par la Matière et la Créativité !

les premières MASTERCLASS de FRANCE dédiées à l'UP'design et à l'Economie Circulaire Créative, “J'ADOPTE UN ARTISTE”.
Un programme de formation atypique, créatif et pratique pour les élus et les entrepreneurs qui veulent entrer dans le XXIème siècle, s’inscrivant dans le mouvement-manifeste Révolution Sensible.
Plus d’informations et inscriptions sur : www.revolution-sensible.com/jadopteunartiste

lundi 25 avril 2016

[projet territorial] Prima Terra accompagne "Les Vertu'Osités des Basses Vallées Angevines"


Mathilde Cota, Sonia Woelfflin et Alexis Durand Jeanson, membres de Via Paysage, accompagnent Angers Loire Métropole à la construction d'un véritable projet territorial autour de l'identité forte des Basses Vallées Angevines.

Cet accompagnement se fait par l'intermédiaire du projet-manifeste Révolution Sensible en faveur de l'art de faire ensemble selon les principes de l'économie circulaire créative. Elle a été élaborée dans une volonté d'expérimentation, prémices d'une recherche-action.

Voici le résumé du projet issu d'un message de diffusion large aux communautés des Basses Vallées Angevines.



Les Vertu'osités des Basses Vallées Angevines : 
art, nature, ateliers créatifs et festivités.


La Communauté Urbaine d’Angers Loire Métropole propose d’avril à juin l’événement "Les Vertu’Osités des Basses Vallées Angevines". 
Venez à la rencontre de ce territoire d’exception et de ses habitants qui le façonne, par une approche originale mêlant culture, environnement et expériences participatives.

Les Vertu’osités, ce sont des ateliers participatifs de découverte de la nature, des ateliers d’arts plastiques et chorégraphiques d’avril à mai, gratuits. 
Ce sont aussi 4 temps festifs sur le mois de juin sur les communes de ce territoire. Les 4 et 5 juin au Château du Plessis-Bourré à Ecuillé, le 18 juin à Villevêque , le 25 juin à Écouflant et le 26 juin à Angers-Ile Sainte Aubin.

Avec Les Vertu’Osités, artistes plasticiens et chorégraphes, secondés d’animateurs nature, accompagneront les angevins dans la création d’œuvres paysagères, tantôt reflet, tantôt synthèse du territoire des Basses Vallées Angevines.


Les Basses Vallées Angevines (BVA) représentent de vastes prairies inondables (6700 ha) situées à la confluence de trois rivières: la Mayenne, la Sarthe et le Loir. En hiver, avec la montée des eaux, ce site forme une mer intérieure de 6 km de large pour 30 km de long, accueillant de nombreuses colonies d’oiseaux. En été, ces eaux se retirent et laissent place à de luxuriantes prairies.avec une gestion adaptée de l’agriculture sur ce site, les BVA hébergent de nombreuses espèces menacées à l’échelle européenne .

jeudi 18 février 2016

[territoires en devenir] Lorsque certaines collectivités offrent leurs villages abandonnés contre "de la vie digitalo-artistique"


N'avez-vous jamais pensé, en passant devant des bâtisses abandonnées ou à travers des villages en ruine, que cela était bien dommage, que nous aurions pu en faire quelque chose ?

Certaines collectivités d'Espagne ont pris ce parti.

Ainsi, selon l'Institut National de Statistiques d'Espagne, ont compte près de 3 000 villages abandonnés à vendre. Le gouvernement de Galice, depuis 2013, propose donc de céder gratuitement des villages médiévaux en ruine à condition de redynamiser les lieux.

Des projets de "village communautaire", voire même de "communauté intentionnelle" comme l'exprime les Québécois, naissent ainsi de plus en plus.

Une communauté intentionnelle, selon le chercheur Thimothy Miller se définit de la façon suivante.


"Une communauté intentionnelle se compose, à minima, de 5 membres, possédant un objet commun, se plaçant, pour l'atteindre, aux marges de la société.
Ils savent sacrifier leurs intérêts propres au profit du collectif, vivent ensemble dans un lieu donné (soit dans des locaux partagés soit dans des maisons séparées mais rassemblées sur une même propriété), possèdent un sens affirmé des relations sociales et pratiquent le partage économique selon des modalités qui peuvent aller de l'allocation partielle à la mise en commun totale des biens des uns et des autres."

Un projet associant arts et numérique

L'exemple du projet de l'Artist Media Agency, une agence d'ingénierie culturelle et management de marque installée à Londres, est illustratif.
Il se nomme "Finding Aldea" et consiste à racheter un village abandonné en Espagne pour le rénover et le transformer en un espace de travail commun et permanent, occupé par 150 artistes, développeurs et scientifiques indépendants.




Le coworking, un marché en progression

Aaron Perlmutter, ingénieur data de 27 ans et l'un des 4 dirigeants de l'agence l'explique ainsi :
"Il y a aujourd'hui énormément de freelancers et un gros marché de location d'espace de travail partagé. Nous pourrions être un exemple d'un co-working exotique de niche."
L'idée est d'organiser cet "espace hybride" sur le modèle d'un collectif artistique, mais associant non pas uniquement des artistes mais aussi des ingénieurs et chercheurs en informatique.

L'agence recherche donc 150 volontaires pour peupler son village de coworking...
Voici la vidéo du projet.




D'un point de vue économique, le village sera ouvert à des indépendants de passage de façon ponctuelle, quelques semaines mais vivra surtout grâce à la cohabitation permanente des 150 pionniers...

Voir le site du projet et un article présentant le projet sur le blog de cette agence.

Une aubaine pour le territoire d'accueil et les parties prenantes

- Une aubaine pour les deux mairies locales potentiellement intéressées, qui peuvent y voir un intérêt à repeupler leurs territoires, générer de l'emploi localisé, revitaliser du bâti existant et constituer ainsi une nouvelle perspective de développement (local ?).

- Une aubaine également pour l'agence de Londres, qui achète ainsi un bien pour une modique somme, se constituant ainsi un actif matériel (le bâti) mais surtout immatériel, à travers "l'effet carte postale" de la situation géographique, le pôle d'innovation ainsi généré et un lieu d'expérimentations et d'observation des usages, que l'on dénomme "living lab", en mettant en "conditions créatives" un collectif de 150 personnes n'ayant pour "seul divertissement" que de créer des nouveautés. 
Nous pouvons également supposer que la collectivité leur fournira des conditions avantageuses d'un point de vue fiscal, lors de "la négociation du terrain".

- Enfin, une aubaine pour les indépendants, qui bénéficieront sans doute de conditions de vie agréables, ensoleillées et peu coûteuses, d'un lieu de travail "agréable et communautaire" ainsi que d'un lieu équipé pour "le travail et les loisirs créatifs" ... car tout autre lieu de loisirs sera sans doute loin, dans cette campagne dépeuplée.

Une nouvelle génération de phalanstère en somme ... où l'équilibre des relations et pouvoirs reste à inventer.

A quand des dynamiques similaires en France ?

Si vous en connaissez, contactez-nous et contribuez ainsi à "l'Obsidienne, l'observatoire des espaces hybrides et autres tiers lieux".

Vous souhaitez vous-même lancer une nouvelle manufacture ? Vous pouvez vous appuyer sur la dynamique Révolution Sensible associant le monde des arts, les enjeux de matières et de savoirs et les lieux de créativité collective.


Pour en savoir plus, voici l'article source, d'INfluencia.

mardi 24 novembre 2015

[Clusters et Développement local] Prima Terra est invitée à un événement France Clusters sur les écosystèmes


Prima Terra l'Agence sera présente, par l'intermédiaire d'Alexis Durand Jeanson, au prochaine évévenement du consortium associant France Cluster - le Collectif Ville Campagne & l"Association des Pays, avec le soutien du CGET le jeudi 3 décembre 2015 à Paris. 






Nous avons été invités pour participer en tant que personne ressource pour les ateliers.
Voici le détail de l'événement.


L’ANPP et ses partenaires (France Clusters et le CVC) vous convient à une réunion d'échanges, sur leur projet commun, intitulé : "Clusters, territoires et lien urbain/rural" :

Jeudi 3 Décembre, à Paris
20 rue Saint Nicolas - Paris 12ème
(la veille au soir aura lieu un dîner convivial et offert ;)


France Clusters - Clusters Events

Jeudi 19 novembre 2015

www.franceclusters.fr


France Clusters et ses partenaires, le Collectif Ville Campagne (CVC) 
et l'Association des Pays (ANPP) vous invitent au séminaire :


Clusters, territoires et lien urbain/rural 

Quelles coopérations pour quelles innovations ?


Jeudi 3 décembre à Paris

Un projet soutenu par le Réseau Rural National, le Ministère de l’Agriculture de l’Agroalimentaire et de la Foret (MAAF) et le Commissariat Général à l'Egalité des Territoires (CGET)





Lors de cette journée, seront abordées les questions :

- Comment le lien urbain / rural pourrait permettre d’apporter de nouvelles solutions aux entreprises (transfert de technologie, développement de marchés, création de filières territoriales, gain de productivité en matière énergétique, approvisionnement en ressources, circuits courts…)

- Comment le renforcement de la coopération entre entreprises "des villes" et entreprises "des champs", ainsi qu'entre entreprises et territoires, peut-il contribuer à consolider et  à développer les tissus économiques locaux ?



> Venez rencontrer des entreprises, des clusters, des représentants de territoires
de projets (pays et pôles territoriaux)
 <


Capitalisons ensemble sur les bonnes pratiques en matière d'innovation !


Programme et inscription ici >>


Articles les plus consultés