Affichage des articles dont le libellé est Coopérer. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Coopérer. Afficher tous les articles

vendredi 1 décembre 2017

Je suis un nouvel acteur de l’Habité... Qui suis-je ?

Un article d'Alexis Durand Jeanson, avec la participation de Mathilde Cota, Mathilde Elie et Sonia Woelfflin, PRIMA TERRA.

Je suis un nouvel acteur de l’Habité... Qui suis-je ? Le monde du Bâtiment, et plus généralement de l'Habitat, connaît aujourd'hui de profondes mutations, liées à de nouvelles attentes et contraintes sociétales : Qualité Environnementale, performance énergétique, recherche d'identité territoriale, implication collaborative, prise en compte des attentes des usagers... Face à ces nouveaux critères de performance de ceux qui font le Bâtiment, et plus généralement le cadre de vie en France, une nouvelle mission et des métiers apparaissent.
Commençons par une petite devinette :

Mon premier part de l'idée que c'est en travaillant avec l'usager que l'on parvient à construire pour l'usager et ce, grâce au travail de nouveaux professionnels venant des univers du design, de la sociologie, de la psychologie, de l'ingénierie culturelle et bien d'autres disciplines. 
Mon deuxième se situe à l'échelle du temps permanent de la Ville, celui de la pratique, des us, de l'expérience vécue. 
Mon troisième me fait dire que tous travaillent au service d'un acteur clé dans le processus de l'Aménagement des territoires et de la Construction : l'Usager. 
Mon quatrième est un domaine émergent et pourtant essentiel à toutes les échelles de l'Aménagement des territoires et de la Construction.  
Mon tout se frotte aujourd'hui de façon plus ou moins directe à une nouvelle forme sociale de l'Espace.
Qui suis-je ? Le représentant de l’Usager, des usages : l'Assistance à Maîtrise d'Usage ou AMU pour les intimes. La complexité croissante des attentes sociétales vis-à-vis du Bâtiment, l'exigence environnementale grandissante et le souhait des habitants eux-mêmes de prendre en main leurs environnements de vie ont amené, année après année, de nombreux professionnels à (re)mettre l'usage au cœur de leur pratique.
Tous énoncent le besoin de se pencher sur "les interactions entre un usage et un bâtiment" (source : Pascal Lenormand - Incub), de faire vivre "un processus de conception tourné vers l'expérience et l'expertise de l'usager" (Îlink association), de produire une "invitation à l'œuvre [...] : s'engager physiquement dans la transformation du monde que nous habitons - même sur une petite parcelle -" (collectif Coloco) ou encore de "favoriser l'appropriation des occupants au projet constructif et au bâtiment, et de concilier confort et sobriété" (Ludovic Gicquel - Vie to B / réseau national de l’AMU).
Face à ce constat, vécu nous-mêmes lors de projets expérimentaux ou pilotes, comme en Sud Seine-et-Marne avec un projet d'espace hybride associant médiathèque troisième lieu, maison de services au public et maison de village ; en Limousin avec la revitalisation et requalification d’un centre-bourg rural ; en Nouvelle-Aquitaine, avec l'accompagnement des politiques publiques pour les tiers-lieux ou encore en Occitanie, avec l'accompagnement de collectivités vers la sobriété énergétique, nous avons chaque fois identifié le même besoin de faire vivre une "maîtrise d'usage ».
Ainsi, nous avons pu observer, analyser et révéler que la coopération, organisationnelle autour d'un projet, spatiale autour d'un lieu ou territoriale autour d'un quartier demandait "d'initier une dynamique collective, de rendre appropriable des enjeux partagés et faire vibrer le sentiment d'appartenance".

En somme, l’Assistance à Maîtrise d'Usage était déjà au cœur de nos préoccupations avant même que ce nom vienne mettre en cohérence nos pratiques ! Fidèle à notre leitmotiv, l'équipée PRIMA TERRA, qui souhaite faire de la coopération un outil stratégique de développement, a élaboré une représentation de cette fameuse AMU.
Ce temps des pratiques serait un temps permanent de l'Urbanité, que l'on retrouverait sous des formes et des missions différentes selon le lieu et la temporalité dans lequel il s'applique, que ce soit en phase de programmation face une friche, un îlot ou un bâtiment à concevoir, des pas de portes à revitaliser ou un équipement vieux de trente ans à rénover... Ces quatre temps de la Ville nous semblent pertinents pour révéler cette Assistance à Maîtrise d'Usage polymorphe, à l'image de nos pratiques occidentales modernes.
- Le premier temps est celui du Bâtiment, le plus connue : l'AMU pour le Bâtiment. - Le deuxième est celui du chantier et de sa réception : l'AMU pour le collectif d’habitants. - Le troisième, est celui du Quartier : l'AMU pour la communauté de vie. - Le quatrième enfin est celui du Territoire de vie pour faire société : l'AMU pour le territoire.
À l'intérieur de ces temps, des acteurs aux métiers variés interviennent dans les différentes phases du projet d'Espace.

Sans être ni totalement exhaustive ni entièrement révéler la finesse des positionnements de chacun, cette cartographie de l'écosystème de l'AMU, élaboré par PRIMA TERRA, cherche à représenter aux commanditaires de projets publics et privés la complexité de ces nouveaux rapports relationnels à l'Espace.

Nous avons tenté de définir deux échelles d'intervention de ces acteurs. A l'intérieur, une AMU qui aurait pour terrain d'action le Bâtiment et l'Organisation, à l'extérieur, celui des espaces extérieurs et du Territoire.


"Ecosystème des acteurs de l'AMU globale"
licence Creative Commons PRIMA TERRA 01 12 2017

Nous pensons que seuls des acteurs travaillant sur la complexité des échelles variées du Projet, du Bâtiment au Territoire, comme nous PRIMA TERRA, pouvons apporter un regard transversal pour répondre aux enjeux du XXIème siècle pour les Maîtrises d'Ouvrage publique et privées. Ainsi, nous pouvons construire avec vous le cadre stratégique et méthodologique de l'AMU globale, appuyé de ses acteurs spécialistes de l'AMU, pour intégrer la créativité des regards, la diversité des profils et la puissance comportementale.
Si vous n'êtes pas présent sur cette représentation graphique et êtes un acteur collectif travaillant en France, nous vous invitons à contribuer à celle-ci en nous contactant par courriel à "contact-agence (at) prima-terra.fr".

Si vous êtes en Occitanie et/ou souhaitez participer activement et en avant-première aux prochains travaux sur le sujet, rejoignez le réseau que nous avons initié, "AMU-Occitanie" : amu-occitanie.tumblr.com
Parce que l'Assistance à Maîtrise d'Usage est un art relationnel allant du bâtiment résilient au territoire coopératif, nous ne pouvions qu'explorer ensemble ce nouveau territoire offert aux secteurs de la Construction, de l'Exploitation, de l'Habitat, de la Rénovation et de l'Aménagement territorial !

###

 Méthodologie de la recherche :
Ces travaux ont été réalisés selon une méthodologie de recherche exploratoire, basée sur la consultation (sites web, interviews, articles), la collecte des données, le croisement des données et l'analyse des discours et références de 50 structures implantées fiscalement en France, dont celles représentées sur le graphique présenté ci-dessus.
Ce produit de la recherche fait l'objet d'une campagne "innovation ouverte - science ouverte - données ouvertes" animée par PRIMA TERRA permettant à tout un chacun de contribuer à l'évolution et l'approfondissement des présents résultats, tout en initiant d'autres sujets connexes à explorer.

vendredi 29 septembre 2017

[ La Longue-Vue n°1 ] Retour sur les actualités de l'été


LA LONGUE-VUE, c'est la lettre des actualités de l'écosystème Prima Terra (ses marques, ses projets, ses lieux, ses amis...) à destination de tous ceux qui s'intéressent à "la coopération comme outil stratégique pour le développement".

Elle reprendra, tous les mois, les actualités, les articles de fond, des événements passés qui ont marqué le mouvement des idées liées à la coopération.

UN MOT

Par coopération, nous entendons "un domaine de recherche, de conseil et une posture permettant la convergence, momentanée ou pérenne, d'intérêts de deux parties au service d'un projet commun". Ainsi, les responsabilités, les ressources et les décisions sont potentiellement partagés, mutualisés, convergentes.

En ce sens, nous faisons une distinction avec la "coopérative", qui fait référence à un modèle, un statut et une histoire sociale. En France, les coopératives s'inscrivent dans l'Economie Sociale et Solidaire, avec la loi Hamon du 31 juillet 2014 et représentent notamment les statuts juridiques des SCOP, SCIC, SCOP CAE (Coopérative d'Activités et d'Emplois) et d'autres.

> + d'informations ici


DES IDÉES

Espaces hybrides
Prima Terra travaille depuis plusieurs années sur la recherche, l'analyse stratégique et la diffusion des idées associées aux concepts "d'espace hybride", "d'espace public" et de "tiers-lieu". 


Par tiers-lieu, on entend "un lieu dans lequel on ressent un sentiment d'appartenance et d'être comme chez soi, la présence d'une communauté intentionnelle et des usages mixtes, ni propres à ceux de la maison et du travail".
> + d'informations ici


"Eco-poétisme" 
L'association nationale Via Paysage travaille depuis 2013 sur le principe "d'espace public par le management de la maîtrise d'usage", à travers son programme de recherche-action "COPA - Collectif du Patrimoine Spontané". Tous les membres de Prima Terra sont investis dans ses actions expérimentales.

Elle construit plus particulièrement sa réflexion autour des projets de "jardins éco-poétiques" et son manifeste, cherchant à augmenter la diversité floristique et faunistique des jardins par l'augmentation de la diversité de la création présente, notamment artistique.

> + d'informations ici


DES MOMENTS PARTAGES

Fin août, de nombreuses coopératives d'activités se sont retrouvées à l'occasion de la Bigre Rencontre, à Sète (34). L'occasion de partager des pratiques, des idées et des envies sur la coopération territoriale, le travail en réseau, l'assistance à maîtrise d'usage.

Ici, le principe de Bigre!, la mutuelle de coopération de plusieurs structures de l'ESS.

> + d'informations ici


Le jeudi 21 septembre, Alexis Durand Jeanson - associé cofondateur de Prima Terra,  aux côtés de Florence Bazzoli - directrice du Centre Michel Serres et Jacky Prieur - administrateur Croix Rouge Française, tous intervenants du CNAM, ont animé un atelier-amphi pour une centaine de personnes issues du Sanitaire et Social à but non lucratif (opca UNIFAF) sur le thème "Osez l'innovation".


 

> + d'informations ici 

Ce mois-ci, Alexis Durand Jeanson est intervenu pour des formations, pour le CNAM Nouvelle-Aquitaine sur le thème "Osez l'innovation" pour l'UNIFAF et le réseau CANOPE ainsi que pour l'IUT de Châtellerault - Université de Poitiers sur un projet de codesign sur commande réelle sur les "objets connectés".

> + d'informations ici

Mathilde Cota et Alexis Durand Jeanson ont participé à l'écriture d'un ouvrage collectif, "Les 101 mots du Paysage à l'usage de tous", qui sera lancé dans le cadre de l'Agora Bordeaux, biennale dédiée au design, à l'architecture et au paysage. Les mots "habiter" et "hybride" ont été proposés.

> + d'informations ici

Sonia Woelfflin est intervenue aux côtés d'Alexis Durand Jeanson à Lorrez le Bocage dans le cadre de la deuxième résidence d'accompagnement de la commune dans sa démarche participative de codesign d'une future "Coop", un tiers-lieu d'échanges multiculturels associant une médiathèque troisième lieu et une maison de services publics.

Ici, pendant un atelier de co-conception des espaces de La Coop'.

> + d'informations ici


Mathilde Elie a participé à plusieurs actions au service du mouvement pour l'Economie Circulaire Créative avec la Révolution Sensible en Pays-de-la-Loire : rédaction d'une convention pilote avec la Région, futur projet tuteuré sur les nouveaux modèles économiques de l'économie circulaire créative, partenariat avec des festivals ...
Ici, le paradigme de l'économie circulaire qui relie économie, créativités et vision territoriale.

> + d'informations ici


A plusieurs reprises, l'équipe a vécu des moments coopératifs avec le reste de l'équipe Vie to B, leader en France de l'assistance à maîtrise d'usage dans l'Habitat (AMU).

Ainsi, Prima Terra est actuellement particulièrement investie dans le domaine, l'équipe étant associée de la marque coopérative tout en ayant accompagné dernièrement encore un projet d'assistance à maîtrise d'ouvrage et de modélisation méthodologique pour le compte d'un projet de crèche à Lattes (34), près de Montpellier.




> + d'informations ici sur l'AMU


###


Au plaisir de partager des moments ensemble,
A très bientôt en octobre !


Alexis pour l'équipe

lundi 12 juin 2017

05.07.2017 : Vers un who's who de l'éducation à l'environnement et au développement durable !


Une équipe de recherche montpelliéraine constituée de Mathilde Cota, Alexis Durand Jeanson, Jean-Marc Lange, Christian Reynaud, Serge Franc et Agnieszka Jeziorski lance une initiative à l'occasion des Premières Assises Nationales Sciences Société qui auront lieu du 3 au 5 juillet 2017 à Montpellier.



En effet, un atelier de 3 heures est organisé le mercredi 5 juillet 2017 toute la matinée (de 9h30 à 12h30). Voici le programme !

"Vers un Who's who des acteurs de la participation au service de l'éducation à l'environnement et au développement durable"

Résumé : 

L'Éducation à l'Environnement et au Développement Durable ne peut se passer d'approches participatives qui doivent être mise en synergie pour passer d'expériences locales à une dynamique sociale commune.

Pour cela nous souhaitons poser des bases : 
partager ce qui nous ressemble et ce qui nous différencie au quotidien dans nos pratiques éducative
- identifier et constituer des ressources communes pour envisager l'avenir ensemble
faciliter le pilotage des projets dans le paysage français.

Les participants potentiels seront de préférence des acteurs de l'éducation à l'environnement et au développement durable qui développent des approches participatives. 

Ils sont invités à venir en ayant identifié 3 mots clés (ou expressions) illustrant les principes de leurs actions éducatives. 

Les objectifs opérationnels souhaités sont les suivants :

- réaliser une cartographie collective des principes essentiels de l'approche participative vis-à-vis de l'EEDD
- co-élaborer une cartographie du processus participatif pour l'EEDD
- produire des vidéo-interviews des participants

afin de constituer, à terme, un annuaire thématique du "qui fait quoi" de l'Education à l'Environnement et au Développement Durable !


Les contacts utiles :

Christian REYNAUD christian.reynaud@umontpellier.fr

Jean-Marc LANGE jean-marc.lange@umontpellier.fr

Alexis DURAND JEANSON alexis@prima-terra.fr

jeudi 4 mai 2017

Conjuguer économie circulaire et créativités de votre territoire ...


"L'économie circulaire créative repose sur : 
- les USAGES que l'on retrouve dans les "espaces hybrides" et autres "tiers-lieux" 
-  les PRATIQUES des secteurs des "industries créatives et culturelles" (cf. étude macro-économique de EY sur le sujet)
- les PRINCIPES de créativités, individuelle, sociale et territoriale, étudiés par la plateforme Créativité et Territoires dont nous sommes membres,

- sur la POSTURE méthodologique de "management de la créativité et de l'innovation collaborative ...
 
et une envie de faire autrement pour votre territoire et vous-même !" 

Alexis Durand Jeanson

Si vous aussi, vous souhaitez conjuguer économie circulaire avec la créativité de votre territoire, soit l'ECONOMIE CIRCULAIRE CRÉATIVE, c'est par ici : 
http://www.revolution-sensible.com/univete2017 

vendredi 28 avril 2017

Le Manifeste de l'#Obsidienne : des lieux partagés à la Société de la Connaissance !


Nous vivons une période particulière, où la règle de la concurrence n’est plus de mise mais semble encore le mot de rigueur, quand ce n'est pas celui de la méfiance ou de la défiance. Nous pensons, collectif réunit initialement autour de l’Institut du Design Territorial et aujourd’hui autour de Prima Terra, qu’il est temps de passer à un autre temps, un autre regard, une autre attitude vis-à-vis de l’autre, celui qui agit sur le même marché.
C’est ainsi le cas dans le domaine des tiers-lieux, des espaces partagés, des espaces communs de l’habitat, etc. où des structures variées, des chercheurs indépendants, des consultants... accompagnent la mise en place de ces lieux collectifs qui permettent la mutualisation de ressources, la rencontre, l’échange et l’ancrage.
Nous pensons qu’il est grand temps que ces acteurs se réunissent pour inventer ensemble des pratiques permettant de partager des expériences, des outils, inventer des initiatives communes où le bénéficiaire serait le multiple. 
Faire réseau ou inventer ensemble plutôt que contre
C’est ce que nous appelons l’#Obsidienne, à la fois réseau d’acteurs et d’initiatives qui veulent faire oeuvre commune, observatoire partagé de ce que l’on retrouve dans ces “espaces hybrides”, telles que des pratiques sociales, spatiales, culturelles... qui font territoire. 
Car le territoire est la finalité.
L'Obsidienne ou une pierre volcanique comme symbole
L’Obsidienne doit (se) nourrir (de) cette envie que nous avons de participer d’un dessein commun, ce que le mot habiter peut exprimer.
Le nom n’est pas anodin et vient d’une idée fertile d’André Brouchet comme il en a tant.
A la fois dure, coupante et puissante comme peut l’être la force du collectif dans un tiers-lieu, un espace partagé, qu’il soit urbain et public dans la Rue, collectif et commun dans un logement ou encore un espace hybride, où dimensions numérique, physique, sociale, culturelle, mentale ne font qu’une. 
Elle est née d'une lave acide, comme l'est souvent l'accouchement d'un projet collectif, dans la création d'un Nous, ou le Moi n'est cependant pas balayé, mis de côté mais bien élevé par la rencontre, la confrontation, l'acceptation de l'Autre.
Mais elle est aussi fragile, comme peut l’être une dynamique sociale portée par quelques-uns lorsqu'elle n'est pas soutenue, nourrie, stimulée de nouveaux regards créatifs ...
L’Obsidienne comme flèche défricheuse d’une autre Société
Ainsi, cette pierre sera notre symbole, notre bannière et notre volonté, pour construire des liens et des liants pour faire territoire, entre Science et Société, entre lieux collectifs et espace public, entre habiter et travailler ...
Pour cela, nous imaginons quelques possibles de ce que l'Obsidienne pourrait apporter : 
La recherche, car la science pourrait bénéficier des dynamiques et des matériaux récoltés, au profit de tous, sans exception, dans la continuité des travaux du Movilab, du collectif Ville-Campagne ou du réseau de l’AMU ; le chercheur, vous, moi, ou l’universitaire, n’étant plus mis de côté dans le projet mais bien au “coeur” de la pratique ;
Le lieu, car il pourrait acquérir une visibilité particulière à l’échelle du réseau Obsidienne, comme espace de partages, d’expérimentations et de modélisation, participant d’un réseau des utopies réalisables ;
Le collectif, car les pratiques sociales pourraient être partagées, analysées, légitimées par les travaux de recherche-action produits ;
Le consultant, car il pourrait ainsi gagner en visibilité en s’associant à d’autres, en contribuant à écrire une histoire commune, au-delà des concurrences de surface, se constituant d'un réseau des réseaux des “lieux qui font territoire” ;
Le territoire, car il pourrait ainsi bénéficier d’une mise en réseau avec d’autres territoires pilotes, renforçant ses liens avec ses habitants et autres hommes et lieux-réseaux, participant ainsi de la création d'un nouveau territoire où le mot territoire ferait sens, au-delà d'une marque, d'une compétition de "zones" et de l'arrogance "d'un mieux chez moi que chez l'autre".
L'Obsidienne peut-être cela, en moins, en mieux, en différent mais peut-être si vous le voulez.
La volonté est de votre côté, la proposition est la nôtre.
Pour tout cela, et bien plus encore qu’il reste à écrire et partager, nous vous donnons rendez-vous les 3, 4 et 5 juillet 2017 aux 1ères Assises Nationales Sciences Société à Montpellier pour écrire ce que sera l’#Obsidienne.

> Vous pouvez également, à tout moment, contribuer aux réflexions, analyses, mises en réseau et initiatives sur le dossier partagé de l'Obsidienne [lien]!

Au plaisir d’échanger, d’organiser et vous retrouver à des temps communs,
A très bientôt,

Alexis, pour le collectif #Obsidienne

samedi 8 avril 2017

Vers un écosystème Prima Terra ensemble ?


Comme vous le savez, PRIMA TERRA recherche, accompagne et forme sur les nouveaux espaces de coopération depuis 2010, en France et dans le monde francophone.

Petit à petit, nous avons initié, co-fondé et soutenu des dispositifs et des lieux à se constituer pour expérimenter, transformer ou conforter des visions heureuses du monde.

Ces initiatives, aux interfaces des Sciences, des Économies et de la Société, nous souhaitons les rendre visibles et lisibles pour qu'elles puissent continuer à exister, à s'épanouir, à essaimer.

Pour cela, nous avons élaboré une cartographie bêta, évolutive, des lieux et territoires de pratiques géolocalisés qui forment ensemble un écosystème actif où les idées font projets, les utopies s'enracinent, les économies positives s'épanouissent. 

La voici :



Bien entendu, celle-ci se doit de vivre, évoluer, se construire avec vous, qui êtes nombreux à nous soutenir, à nous lire et à nous suivre sur notre carnet de notes (+ de 40 000 pages lues depuis notre premier article) !

Pour cela, je vous invite à proposer des idées, des initiatives à construire ensemble et des lieux à animer "main dans la main" DEMAIN. 

Je pense notamment au pays de Montpellier, que nous habiterons prochainement (été 2017), à nos amis de Marseille ou de Lyon, qui souhaitent voir venir la Révolution du Sensible, à nos collègues acteurs-chercheurs d'Afrique et du Québec, qui s'investissent dans des projets de coopération alliant Recherche, Apprentissages et Développement local ... à vous tous !

Parce que l'avenir se construit aujourd'hui, agissons ensemble !

Au plaisir de vous lire et de vous entendre,
A bientôt,

Alexis, 
pour l'équipe de facilitateurs Prima Terra

vendredi 7 avril 2017

Penser Créativité.s et Territoire.s dans votre tiers-lieu avec l'Université qui fête l'arrivée de l'été !


Bonjour cher.e.s membres de l'écosystème PRIMA TERRA,

Vous cherchez à ...

--> Vous outiller et structurer vos pratiques collaboratives et coopératives pour créer ensemble ?
--> Mutualiser un lieu pour concevoir, réaliser et commercialiser vos créations ?
--> Animer votre communauté, faire ensemble et composer des partenariats sur votre territoire ?

Voici l'événement créatif qui est fait pour vous !

3 jours créatifs pour apprendre, partager et développer votre projet de lieu partagé, du tiers-lieu à la boutique-atelier, de l'équipement public troisième lieu à la friche culturelle, de l'espace coworking à l'Oasis nature ... en n'oubliant pas d'animer votre communauté, de modéliser vos expériences en mode recherche-action ou encore en prototypant vos concepts avec vos futurs utilisateurs !

Rendez-vous le lundi 15, mardi 16 et mercredi 17 mai 2017, à 15 minutes d'Angers, dans le lieu partagé et créatif Rive d'Arts, aux Ponts de Cé (49).

Les trois jours de formation pratique et créative se baseront sur le fil rouge du livre-manifeste "Economie circulaire créative, vers une révolution sensible" !



Deux tarifs sont proposés, dont un réduit pour l'étudiant, le créateur inscrit à la Maison des Artistes et le chercheur d'emploi.
> Voici un lien web qui vous expliquera en détails tout ce que vous avez à y gagner... et n'attendez pas de vous inscrire, il n'y a que 20 places !

​Belle semaine à vous,
​A très bientôt !

mardi 6 décembre 2016

[Evénement] "La coopération créative" présentée aux Assises des Pays et Pôles d'Equilibres Territoriaux

France Clusters a animé le 8 novembre lors des États Généraux de l’ANPP, un atelier portant sur la thématique « La coopération inter-entreprises, un outil au service de l’innovation et du développement dans les territoires ». 
Découvrez les initiatives invitées de coopération inter entreprise :
Constats : la coopération inter-entreprises et ancrage territorial.
Nous faisons deux constats majeurs. Premièrement, le principe des « clusters » (ou plus généralement des coopérations interentreprises sur un territoire) en tant qu’outil de développement économique des territoires semble acquis et l’on continue de voir émerger de « nouveaux clusters » notamment dans des territoires ruraux. Ensuite, ces réseaux d’entreprises sont particulièrement innovants et réussissent à tirer avantage de leur ancrage en territoire ruraux.
Problématiques
  • Quels sont les mécanismes spécifiques et innovants de la mise en coopération des acteurs économiques en milieu rural ?
  • Comment l’innovation peut -elle se traduire par la complémentarité rural / urbain et comment ces liaisons urbain / rural peuvent-elles contribuer au développement de ces coopérations économiques et de leurs territoires ?
  • Comment tirer profit des bonnes pratiques existantes et en faire un modèle transférable à d’autres territoires ?
Plusieurs questions se posent alors :
Quels sont les acteurs économiques innovants en milieu rural, que font-ils ? Comment l’innovation peut -elle se traduire par la complémentarité rural / urbain ? Comment tirer profit des bonnes pratiques existantes et en faire un modèle transférable à d’autres territoires ?
Les réponses des intervenants :
  • anpp-atelierUn exemple de coopération inter-entreprises du Pays Bruche Mossig Piemont:le projet SLIDE [lien web], qui soutient la compétitivité des entreprises du territoire en proposant de participer à différentes rencontres pour permettre l’identification de synergies inter-entreprises.
    Ces synergies pourront être des partenariats basés sur des échanges de matières, d’énergie, de services entre les différentes entreprise du territoire.
  • France Clusters, au travers du projet « clusters, territoires et lien rural / urbain ». La thématique « clusters, territoires et lien rural urbain » y est traitée sous deux angles :
    • Les lieux physiques d’innovation pour développer des coopérations interentreprises sur les territoires
    • Clusters et territoires locaux : quelles relations clusters et organisations territoriales ? Comment optimiser les projets de chacun.
  • Prima Terra, au travers du mouvement et des dispositifs contextualisés Révolution Sensible [lien web] mettant en avant le concept de coopération créative entre entreprises et territoires. Le concept est développé sous trois entrées :
    • Les talents, personnalités du territoire ayant des qualités de défricheurs, de leaders, d'ambassadeurs ... à rassembler sous des formes sociales collectives, où l'intérêt collectif et individuel s'équilibrent.
    • Les matières locales, données, connaissances, idées, matières premières et secondaires transitant sur le territoire, à révéler et valoriser à travers des temps de co-création, générant des projets à impact positif.
    • Les lieux de création.s, incarnations de l'économie plurielle, propre à révéler, symboliser et stimuler "l'amour du territoire" et les coopérations.
>> Découvrez toutes les possibilités qu'offrent la Révolution Sensible sur votre territoire, pour votre lieu partagé, votre organisation et votre territoire ici : www.revolution-sensible.com !

mercredi 31 août 2016

[apprentissages] Le Collège des Hautes Etudes en Développement Durable fait appel pour la seconde année à notre expertise


Alexis Durand Jeanson interviendra lors de la journée du vendredi 9 septembre 2016 du Collège des Hautes Etudes en Développement Durable de la Nouvelle-Aquitaine consacrée "aux nouveaux modèles économiques" et aux "biens communs", construisant son programme de formation-action à partir des outils développés de design pédagogique et territorial (merci à Sonia Woelfflin et Mathilde Cota !) de la veille quotidienne (merci à Cécile Villiers, Camille They et André Brouchet !) et aux analyses macro-économiques réalisées en interne (merci à Jean-Claude Vignerie et Mathilde Elie !).

Il poursuivra la soirée en tant que modérateur de la conférence d'Elisabeth Laville, fondatrice du Cabinet Utopies avant d'animer une table ronde sur les initiatives collaboratives locales et la part des tiers-lieux dans la transition picto-charentaise.





  Parmi les intervenants à la table ronde du vendredi, nous aurons la joie de rencontrer :

- Céline Magnant, directrice de la Maison des Etudiants de Poitiers - lieu en transition ;
- Denis Meunier, co-fondateur des Usines Nouvelles - tiers espace collaboratif près de Poitiers et du réseau Commun Espace - réseau de lieux partagés en Poitou-Charentes et au-delà ;
- Cédrice Sanglier, porte-voix du mouvement des Incroyables Comestibles à Poitiers - actions citoyennes et végétales sur l'espace public 

Vous pouvez vous inscrire ICI pour participer gratuitement aux deux conférences proposées ci-dessus.