vendredi 6 septembre 2019

[manifeste] Vers une Economie de la Création.s des territoires ?, février 2018

Manifeste écrit le 02 février 2018 par Alexis Durand Jeanson, n’engageant que lui-même. 

Des Arts & Crafts aux Tiers-lieux

Aujourd’hui, les “troisièmes places” de Ray Oldenburg,   interprétées en France sous le terme de “tiers-lieux” ont 29 ans. Le mouvement d’Arts and Craft, lui, naissait il y a 158 ans. Les manufactures royales se dessinaient, elles, dans la pensée de Voltaire en 1770. Les principes de l’économie circulaire créative et le mouvement Révolution Sensible sont nés quant à eux il y a 5 ans.
Toutes ces mouvements de pensée et d’action ne peuvent que se retrouver dans cette réflexion nouvelle des acteurs de la Révolution Sensible de penser ce mouvement, ces agissements locaux, ces lieux créatifs et créateurs comme un grand mouvement politique, économique et transgéographique réunis autour d’une idée commune. La France et l’Europe par extension seraient le berceau historique et le miroir moderne d’une renaissance, celle de “l’Economie de la Création.s”.

L’Economie de la Création.s

Aujourd’hui, nous sommes persuadés, Universités après Universités, que des lieux collectifs, ces “lieux partagés de création.s”s ancrent, concrétisent et inscrivent les valeurs et les forces du patrimoine vivant incarnés par les pratiques de l’artisanat et des arts appliqués, que l’on nomme souvent par “métiers d’art” (culture de la transmission du Maître à l’Elève, entreprise du patrimoine vivant, manufacture d’arts …).
Nous confirmons également que les principes territorialisés de l'Economie Circulaire Créative, à savoir un travail de convergence entre les flux, de données, d’idées et de matières, la pensée territoriale - ou la mobilisation des ressources et singularités locales - et les créativités - postures et pratiques individuelles, collectives et territoriales - permettent d’insuffler un nouveau paradigme, une nouvelle école de pensée.
Cette pensée ne peut se désinscrire de son histoire. Ainsi, repensons à l’enseignement des Beaux-Arts, de l’Architecture ou des Ponts et Chaussées, l’ancêtre du génie civile, aux manufactures royales, aux ateliers et manufactures associant dans un même lieu l’ensemble de la filière de confection d’un ouvrage.
Ainsi, nous pensons que, à la marge du mouvement populaire du “Faire soi-même” portée par le mouvement Maker et la culture mondialisante des fablabs d’origine américaine, de la pensée politique de l’Espace par l’Architecture, autrefois élitiste, que développe aujourd’hui plus que jamais des mouvements transdisciplinaires de design civique et d’urbanisme collaboratif, ou encore ces grandes écoles d’ingénieurs qui redécouvent les formidables perspectives qu’offrent le croisement des regards disciplinaires, des profils d’étudiants et des parcours pédagogiques inspirés par les Ecoles des Beaux-Arts - on pourrait citer l’exemple d’ARTEM Nancy ou l’Accélérateur Arts et Métiers à Station F - une école basée sur l’Economie de la Créations est née en France.
Basée sur le triptyque suivant, il aurait la faculté d’incarner une culture de l’excellence plurielle - excellence de l’Idée, de la Forme, de la Matière, de l’Innovation, etc. - une approche assumée de l’acte de créer (et non seulement remettre au goût du jour), depuis l’idée politique et philosophique, puis sa conception et sa fabrication pour, enfin et à nouveau, s’incarner dans des lieux propres à exprimer les racines, les matières et les identités singulières des territoires de France et d’Europe.
En résumé, cette Economie de la Création plurielle serait décomposable par selon trois facettes, proposées ici :
Penser, ou la culture de la coopération territoriale, construite sur l’installation de débat d’idées, le partage de ressources, matérielles et immatérielles et l’interaction puis l’incarnation pérenne de relations sociales fertiles “de proximité et lointaines”.
+
Faire, ou la culture des arts appliqués, distillée par une recherche de l’excellence, de la conceptualisation à la conception, de l'idéation au prototypage, du test à la diffusion et son essaimage pour en assurer la pérennité de l’Oeuvre.
+
Habiter, ou la culture des lieux partagés de créations, vivant par sa dimension collective et orientée sur les usages, multifonctionnelle et recherchant l’impact d’utilité territoriale !
Cette économie de la Création plurielle ferait ainsi (re)naître l’artiste-architecte-ingénieur, figure permanente au cours de la Renaissance avec Filippo Brunelleschi, Philibert Delorme ou Leornardo da Vinci ou, au XXème siècle, par Jean Prouvé notamment, ayant la maîtrise, le regard et la reconnaissance pour relier les Émotions par les Arts, les Hommes par la Politique, et les Techniques par l’Architecture.
Ce manifeste a pour but d’explorer et de constituer un début de mise en débat face à la voie aujourd’hui majoritaire et médiatiquement unanime, appelant à une unique culture numérique de la Création planétaire, construite sur des standards, des lieux et des pratiques qui, eux, ne le sont pas.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Articles les plus consultés